Lettre d'information de l'association Sarajevo, Fondatrice Mirjana Dizdarevic
mensuel 10F - n° 59 février 1998 Abonnement: 1 an 100 F

17 rue de l'Avre -75015 PARIS tél. : 01 45 79 38 66 - fax : 01 44 23 76 79
Editorial

L'invitation officielle à Bonn et à Paris des six partis du "Forum des partis d'orientation social-démocrate de Bosnie-Herzégovine" est un nouveau signe des changements qui interviennent en Bosnie et dans leur perception par les puissances internationales. Elle confirme que le regroupement des forces se proclamant elles-mêmes antinationalistes, qui a pris forme et s'est consolidé au cours de plusieurs réunions tenues alternativement en RS et dans la Fédération, s'impose désormais comme une réalité, y compris à ceux qui n'imaginaient pas d'autres interlocuteurs possibles que les trois clans nationalistes rivaux et complémentaires qui prétendent se partager le pouvoir en Bosnie.

Face à la coalition de la fermeture et du refus apparaît ainsi un rassemblement des partisans de la solution des problèmes par la négociation sur la base commune acceptée des accords de Dayton, même si leur application est diversement interprétée.

Quelles que soient les incohérences de ces accords, quelles que soient aussi les fortes réserves qu'inspire l'authenticité de certaines professions de foi démocratique, il n'est pas d'autre voie que la discussion pour parvenir à une réintégration pacifique de la Bosnie-Herzégovine, acceptée par tous les interlocuteurs comme un seul pays, ouvert à tous ses citoyens et doté des institutions adaptées à sa diversité. Dans le moment présent, la liberté de communication et de circulation, le retour des réfugiés, l'arrestation des criminels de guerre, etc... forment un tout dont la réalisation doit être une obligation martelée et imposée à tous les responsables de la politique bosniaque.

La réception un peu surdimensionnée de Madame Plavsic par le Président de la République n'aura pas été inutile si ce message lui a été clairement délivré. Les déclarations du ministre des Affaires étrangères à l'issue de la visite des six dirigeants du Forum marquent de leur côté l'infléchissement longtemps attendu de la politique française. La livraison de deux criminels de guerre présumés par le gouvernement Dodik s'inscrit heureusement dans la suite des événements. Il reste que comme le rapporte Christian Lecomte dans Le Monde du 17-02-98, Foca, en zone de stationnement des militaires français de la SFOR, demeure une résidence privilégiée pour les criminels de guerre recherchés.


LA BOSNIE-HERZÉGOVINE À LA CROISÉE DES CHEMINS

Les dirigeants des six formations regroupées dans le Forum des partis d'orientation social-démocrate de Bosnie-Herzégovine, invités à Paris par le ministère des affaires étrangères, ont exprimé leurs vues au cours d'un débat organisé par le CERI (centre d'études et de recherches internationales). Trois de ces partis (Parti des sociaux démocrates indépendants du Premier ministre Milorad Dodik, Parti social libéral et Parti socialiste de RS) participent au gouvernement de la Republika Srpska, les trois autres constituent l'opposition dans la Fédération.

Pour Lagumdzija(SDP) ce regroupement-est-le noyau d'un nouveau concept politique en vue de la prochaine échéance électorale. "Bien qu'il y ait des divergences entre nous, ce qui nous unit est beaucoup plus important que ce qui nous divise", affirme-t-il. L'année 1998 devrait être celle du retour des réfugiés en B-H, condition du départ des forces politiques aujourd'hui au pouvoir.

"La B-H est à un carrefour," affirme Radisic (PS). Les partis politiques démocratiques ont pris plus d'importance depuis les dernières élections et s'efforcent d'établir la démocratie pour mieux participer à l'Europe. Ce leur fut difficile en RS, ils ont dû travailler dans une semi-clandestinité, tellement ils étaient satanisés par les médias. Aujourd'hui nous sommes plus confiants en nous-mêmes, plus de la moitié des mairies sont passées à l'opposition, et nous espérons nous renforcer encore aux prochaines élections à deux conditions : la bonne entente entre nos forces politiques et le soutien international en particulier de la France. En réponse à une question de Pierre Hassner, il rappelle que la RS ne comprend que 10% des Serbes, tandis que la Serbie est peuplée de 40% de non-Serbes. Les rapports avec Belgrade résident dans le processus global de changement économique et démocratique.

Sliskovic (HSS) : Le processus de démocratisation nécessite un accord, c'est à l'opposé de la dynamique nationaliste. Il est très important de dépasser les options nationalistes afin de préserver la société en BH. La mise en place des accords de Dayton a fécondé la BH. Nous sommes en quelque sorte les accoucheurs de la Paix, mais les politiciens en place y t'ont obstacle. La BH est indivisible comme la paix. En tant que Croate je suis très heureux d'y contribuer. A propos des incidents de Stolac et de Bosnie centrale, il affirme qu'ils sont le produit de la politique des partis HDZ et SDA qui au lieu de favoriser le retour des réfugiés le rendent difficile.

Beslagic (UBSD) : Jusqu'à présent la Fédération croato-bosniaque accusait la RS de ne pas être coopérante. Après l'arrivée de Dodik les choses ont changé, c'est maintenant aux partis de la fédération croato-bosniaque de faire un effort et d'inviter à voter pour ces partis. Il faut trouver des modules de coopération dans l'intérêt de la population car on a fait très peu sur le plan social.

Répondant à Jacques Rupnik au sujet des risques principaux de l'équilibre actuel Bastinac (SDL) affirme : "Pour la RS il n'y avait pas d'autre alternative que cette scission pour mettre en oeuvre les accords de Dayton. Ces derniers sont les seuls possibles. Les autres (les partis nationalistes) mettent l'accent sur tout ce qui les oppose. En ce qui nous concerne les criminels de guerre portent la responsabilité personnelle, mais nous ne pensons pas que ce problème soit le plus fondamental.Tout acharnement de ce type pourrait causer la paralysie de notre gouvernement. Il faut laisser le champ libre au nouveau gouvernement. Les représentants de la SFOR ont les mains libres. On est tous conscients qu'on ne peut pas ne pas les arrêter, mais il faut choisir le moment. La situation économique et sociale est catastrophique. 2% de l'aide seulement est attribué à la RS. Il faut réviser ces proportions. 90% de la population de la RS est au chômage. 2 millions de personnes ont été chassées de leur résidence. Il nous faut une grande stabilité politique.

Zivanovic (SL) précise :"Nous vivons dans un petit pays de 2 500 000 habitants, où il y a plus de 100 partis politiques et 2 idéologies 1/2 : le nationalisme, la démocratie citoyenne et 1/2 idéologie, celle des ex-communistes. Les criminels devraient répondre de leur crime sans tenir compte de leur position. Qui devrait avoir cela en charge'! C'est une question d'évolution politique. Soit les autorités locales, soit les organismes internationaux. Le problème social est le plus complexe. La reconstruction et les réformes sociales sont plus difficiles. Il y deux catégories de réfugiés : ceux chassés par la guerre, et ceux qui résultent de la paix de Dayton (déplacés en BH). Le premier problème est celui de la structure sociale des réfugiés~ nous n'avons pas de classe moyenne, il y a une inversion des facteurs ruraux et urbains, enfin, un départ massif des jeunes vers l'étranger. On compte 20 000 demandes de visa de sortie de Serbes de RS dans les ambassades de Belgrade, ce qui fait 100 000 personnes, en majorité des étudiants et des spécialistes.
LE NOUVEAU GOUVERNEMENT DE REPUBLIKA SRPSKA
Premier ministre: Milorad Dodik Guerre: Manojlo Milovanovic Aff. étrangères : Milovan Stankovic (SPRS) Finances: Novak Koudic Information: Rajko Vasic Industrie: Djuran Banjac Administration : Ostoja Kremenovic (SNS) Anciens combattants: Tihomir Gligoric (SP) Justice: Petko Cancar Commerce: Nikola Kraguki (ANIV) Energie: Vladimir Dokic Communication: Marko Pavic Agriculture : Milenko Savic Urbanisme: Jovo Basic Instruction: Nenad Sudic Réfugiés: Miladin Dragicevic Santé: Zeliko Rodic Sciences et culture: Zivin Eric Confessions: Jovo Turanjanin Economie et ,commerce extérieur: Savo Loncar

REVUE DE PRESSE BOSNIAQUE

Défense et illustration du fait bosniaque ! Voilà le sujet qui a dominé le débat public dans les deux quotidiens piliers de la presse bosniaque Dnevni Avaz et Oslobodjenje. Ce n'est pas le nouveau drapeau très conceptuel, qui a déchaîné l'enthousiasme. Une fois le débat de forme clos par la décision de la communauté internationale, le fond reste ; c'est des menaces à l'existence du pays qu'il s'agit, une fois de plus. Avaz et Oslobodjenje s'attachent depuis trois semaines à répondre aux offensives répétées et synchronisées de Zubak et Prlic, qui objectent avec persistance à l'existence de la Bosnie-Herzégovine et du peuple bosniaque, à ses spécificités politiques et culturelles. Les objectifs de la campagne médiatique croate apparaissent clairement avec les dernières déclaration publiques de Tudjman, un soutien politique et inconditionnel à l'Herceg Bosna, au nom de la défense des droits du «peuple croate».

Les appétits étrangers obsédant l'actualité, l'événement Dodik est apparu secondaire. et son intense activité reçue avec scepticisme. Après la surprise de sa nomination, plus rien n'émeut Dnevni Avaz et Oslobodjenje, et rien moins que les aventures diplomatiques du premier ministre de Republika Srpska, malgré l'importance des enjeux des rencontres de Vienne et Washington (le retour des 70 000 réfugiés non serbes dans leurs foyers, l'arrestation des criminels de guerre basés dans l'entité serbe). Les quotidiens s'interrogent plutôt sur la position du pouvoir serbe, et le jeu de Dodik, qui est ainsi résumé : «Donnez-Brcko à la République serbe, ou je pars.» Menace tactique, rhétorique nécessaire pour bâtir sa popularité intérieure, ou véritable exigence ? Qui est Dodik ? La question a commencé à intriguer. Conclusion irritée et méfiance perceptible de Dnevni Avaz à l'égard des «promesse» de Dodik, son image de «sauveur de Dayton» auprès des Américains, alors que son gouvernement est composé de criminels.
Le journal-organe officieux du SDA souligne : Dodik est la cinquième colonne de Milosevic, concession démocratique provisoire aux Américains, passage obligé vers les dollars promis à la RS, pourvu que le nouveau pouvoir fasse mine de coopérer au retour des réfugiés et à l'arrestation de ses criminels de guerre.

A la théorie, Oslobodjenje préfère l'ironie, et répète avec condescendance : pauvre Dodik! Au mieux, il a les mains liées à cause du soutien politique des SI) et de la coalition pour la Bosnie intégrale. Au pire, il est présenté comme un pion de plus dans le nouveau jeu américain (diviser le pouvoir serbe pour en finir avec Karadzic). Milorad Dodik paraît après quelques semaines d'exercice un homme politique à puissance conditionnelle, dans la lignée de Plavsic, avec cet horizon tragiquement prisonnier de l'urgence économique et de l'argent américain.


Lettre du cercle 99 à l'Association Sarajevo

Chers amis,

Nous vous remercions très cordialement pour le soutien que vous accordez en permanence à l'ensemble de nos activités. Comme vous le savez sans doute d'importants changements politiques sont actuellement en cours. Nous sommes heureux de constater qu'ils vont dans le sens de notre objectif fondamental : une Bosnie-Herzégovine démocratique, un Etat des droits de l'homme. Nous soulignons avec satisfaction que l'Alternative politique dont le Cercle 99 est l'un des fondateurs, a désormais fait son entrée sur la scène sociale et politique de la Bosnie-Herzégovine. Les représentants de la communauté internationale en B-H ont finalement compris qu'il existe "une autre Bosnie-Herzégovine", personnifiée par l'Alternative démocratique capable de trouver et d'offrir des solutions permettant de renforcer la paix et d'assurer un avenir meilleur à l'ensemble de la Bosnie-Herzégovine.
Nous savons que ce ne sont là que les signes avant-coureurs d'un important processus et que d'autres tâches et responsabilités nous attendent au cours des années à venir. Nous avons besoin pour cela de votre aide précieuse et de votre collaboration.
Nous pensons qu'il serait très important que l'opinion publique française soit tenue au courant de manière permanente, des changements intervenant actuellement chez nous afin que les milieux officiels français contribuent, eux aussi, à l'accélération de la mise en oeuvre des Accords de Dayton. Mais plus important encore, les membres de l'Alternative démocratique de B-H devraient, à notre avis, pouvoir bénéficier d'un plein soutien politique et financier dans le but de promouvoir leurs projets et activités quotidiennes - afin de neutraliser l'absolutisme des partis nationalistes au pouvoir en BH. Il serait utile, dans ce contexte de renforcer les contacts personnels entre l'Association Sarajevo et le Cercle 99, ce que nous avons déjà suggéré à plusieurs reprises. Dans tous les cas nous comptons sur vous pour poursuivre la lutte à nos côtés.
Avec tous nos voeux et nos salutations les plus cordiales.

Le Président du Cercle 99
Prof.dr. Vlatko Dolecek



Du comité Sarajevo Citoyens-Citoyennes de Toulouse


Solidarité avec les démocrates bosniaques!
Jugement des criminels de guerre!


Nous sommes toujours là! Pourquoi? Que pouvez-vous faire? Ces questions ne manquent pas de nous être posées. Nous sommes toujours là, parce qu'il y a toujours dans les pays de l'ex-Yougoslavie, des forces démocratiques qui se battent pour exiger, pour lutter contre les nationalises au pouvoir. Elles ont besoin d'aide, de soutien. Nous sommes toujours là, parce qu'il y a des criminels de guerre impunis, qu'il est nécessaire de rappeler sans cesse aux gouvernements, aux organisations internationales, le devoir de soutenir le Tribunal Pénal International, le devoir d'arrêter les criminels de guerre. Nous sommes toujours là, parce que là-bas, les nationalistes sont au pouvoir, chez nous ils sont à l'oeuvre pour y parvenir. Nous ne pouvons accepter un état de fait là-bas, et prétendre lutter ici contre le Front National. Nous sommes toujours là... Et nous dit-on, le Rwanda, l'Afghanistan, l'Algérie, etc... Ne pas accepter l'injustice, l'épuration ethnique, l'exclusion dans un lieu, c'est ne l'accepter nulle part. Alors nous sommes là.
Comité Sarajevo Citoyens -Citoyennes
B.P. 195-31004 Toulouse Cedex 06

RETOURNEMENT DU QUAI D'ORSAY

Le 12 février dernier, avant leur rencontre avec H.VEDRINE le porte-parole du Quai d'Orsay a déclaré : "Le ministre, lors de sa visite avec M. KINKEL à Sarajevo, avait déjà rencontré ces personnalités dont la caractéristique commune est de défendre une vision pluriethnique et démocratique de la Bosnie. L'existence d'une autre logique que celle défendue par les partis monoethniques constitue un signal particulièrement positif. L'enracinement de la paix en Bosnie dépend en effet, outre de la réconciliation entre les différentes communautés du pays. du succès du processus de démocratisation."
Et le 13 février, après la rencontre avec Hubert VEDRINE, le porte-parole déclare: "Comme vous le savez. ces personnalités représentent les trois communautés et les deux entités de la Bosnie. Une telle rencontre avait déjà eu lieu à Sarajevo lors du déplacement du ministre et de M. KINKEL en décembre dernier. Cette nouvelle rencontre est jugée par le ministre comme très encourageante et très significative du fait que les choses bougent en Bosnie. D'ailleurs, l'une des personnalités. M. DODIK, qu'il avait rencontré à l'époque à Sarajevo, est devenu premier ministre de RS."

FERAL TRIBUNE EN CHIFFRES

A la galerie Le Lys, le 19 février, le public a pu rencontrer et interroger le rédacteur en chef du célèbre journal satirique de Split,Viktor IVANCIC, et l'une de ses collaboratrices, Heni ERCEG. Le Feral Tribune a été créé il y a six ans par six personnes, et compte aujourd'hui 25 collaborateurs. Il est diffusé à 65000 exemplaires, chacun lu en moyenne par 4 lecteurs. pour la plupart citadins. jeunes et cultivés. La vente du journal couvre tout juste les frais de fabrication et de diffusion, mais comme il est privé de tout revenu publicitaire, l'équipe rédactionnelle ne touche pratiquement aucun salaire. De plus, l'Etat lui intente actuellement pas moins de 60 procès, réclamant au total 5 millions de Deutschemarks! Comme 90% des médias sont contrôlés par l'Etat, que les imprimeries et la distribution sont également sous son contrôle, que les livres sont taxés de 30 à 40% (le Feral Tribune a aussi lancé sa collection de livres), la survie reste précaire. IVANCIC définit sa ligne éditoriale comme " anti-politicienne " - en fait, dirigée contre le HDZ. Ce qui n'empêche pas Mate GRANIC. le ministre des affaires étrangères croate. de brandir le journal au Conseil de l'Europe, à Strasbourg. comme preuve de la grande liberté dont jouissent les médias en Croatie! Il est par ailleurs intéressant de noter qu'à Belgrade, l'exemplaire est vendu 85 fois son prix à Zagreb?

MEDIA PLAN A SARAJEVO
UNE ORGANISATION QUI AGIT
POUR L'INDEPENDANCE DES MEDIAS


CRÉÉ en 1994, Media Plan est une organisation indépendante qui a acquis une grande expertise sur les médias de Bosnie-Herzégovine. Elle propose des analyses détaillées de leur contenu, offre un soutien aux organes de presse et publie plusieurs revues. Les activités de Media Plan forment un ensemble cohérent qui permet aux médias bosniaques d'assurer leur indépendance grâce à un plus grand professionnalisme. Dès sa création l'Association Sarajevo a apporté son soutien à Media Plan, elle en est aujourd'hui un partenaire privilégié. Autour des deux principaux bureaux, à Sarajevo et à BanjaLuka, Media Plan est implanté dans les grandes villes de Bosnie-Herzégovine.
L'ensemble Media Plan est constitué d'un institut d'enseignement et de recherche (Média Plan intitut, d'une société de marketing pour les médias (Média Plan Prima), d'une agence de presse (Safax), et regroupe des journalistes et des consultants de diverses spécialités.

Trois publications
Par l'intermédiaire de Safax, Média Plan édite trois revues. Nase Sanse s'adresse aux réfugiés bosniaques. Elle offre des informations concrètes sur la situation des réfugiés et sur les conditions de retour en Bosnie. Distribuée gratuitement par courrier électronique, la revue est hebdomadaire. L'analyse détaillée de l'actualité bosniaque est l'objet de la deuxième revue hebdomadaire, BH Perspektive qui est aussi disponible en anglais. Une revue mensuelle, Medijske novosti, traite pour sa part de la vie des médias bosniaques. Safax anime également un réseau d'échange de programmes pour les radios locales de Bosnie.

Une action d'enseignement et de recherche autour d'un Institut
Media Plan Institut assure la formation technique et rédactionnelle des professions des médias. Elle organise aussi des séminaires et conduit une analyse permanente des principaux médias bosniaques et des télévisions croates et serbes. Elle publie une étude régulière de l'opinion publique bosniaque à l'égard des médias et envisage de créer une école franco-bosniaque de journalisme à Sarajevo.
Ces actions nourrissent l'ambition d'assurer l'autonomie politique et financière des médias, de développer la compétence des journalistes et les échanges au sein de la profession. En oeuvrant ainsi pour l'indépendance de la presse. Media Plan est une organisation cruciale pour l'avenir de la liberté d'expression en Bosnie.
  Pour contacter Media Plan :
Bureau de l'Association Sarajevo
Media Plan Sarajevo
Obala Kulina Bana 4 71000 Sarajevo
Bosnie Herzégovine Tél/Fax ::00 387 71 66 77 34
ou 00 387 71206 542
- Par courrier éléctronique
safax-mp@bih.net.
Calendrier culturel du mois de Mars

GALERIE LE Lys

Actuellement à la galerie Le Lys, et jusqu'au 21 mars, exposition des installations, dessins et photographies de Josef Nadj (du mardi au samedi de Ilh à 19h). Le Lys, 12-14, rue Saint Louis en 1'lle, Paris 4'.
APPEL DE LA LIBRAIRIE-GALERIE LE LYS

La librairie-galerie Le Lys, lieu unique en France d'échanges intellectuels et artistiques pour tout l'espace yougoslave, traverse actuellement une mauvaise passe. Aidez-la financièrement à survivre et à se développer encore, pour devenir le véritable Centre Culturel dont elle a tout le potentiel. Envoyez vos dons à l'ordre de La Démocratie des cultures, Le Lys, 12-14 rue St Louis en l'Ile, 75004
Paris. Merci à tous!

CONVERGENCES B-H

Le journal des citoyens pour la Bosnie-Herzégovine, animé par une équipe renouvelée, reparaiît fin février sous une forme bimestrielle et thématique (thème du prochain numéro : " Pas de paix sans justice "l. Abonnez-vous ou réabonnezvous en écrivant à l'AIBH (J.-Y. Roy), 13, allée du Chorin, 53100 Saint Baudelle (1 an, 150F ). Il va sans dire que les anciens abonnés continueront de recevoir Convergences.

Au PARC DE LA VILLETTE


Un important programme commencera le 25 mars et se poursuivra jusqu'au 12 juillet: :
" 1914 - 1998 , Le travail de mémoire". Une confrontation avec les drames et génocides de notre siècle et une réflexion sur notre temps.

Trois expositions de photos, documents d'archives, oeuvres plastiques, dont l'une intitulée "Bosnie : avant / après la guerre", photos de Gilles Peress, à la Maison de La Villette. Un dossier pédagogique et un conférencier accompagneront sur demande la visite des expositions.

Un colloque international présenté par l'Académie Universelle des Cultures, le 25 mars au grand auditorium de l'Unesco (9h-18h) et le 26 mars au grand amphithéâtre de la Sorbonne (9h-
18h), avec d'illustres intervenants (accès libre sur inscription).
Huit séminaires (accès libre sans réservation) passionnants, tous les jeudis d'avril àjuin (19h30) au théâtre Paris-Villette (à partir du 16 avril), avec des intervenants connus des lecteurs de Sarajevo. A ne manquer sous aucun prétexte. Programme complet à demander à Françoise Gigleux-Guerber, Tél : 0 1 - 4 0 - 0 3 - 7 7 - 6 8 .

R A P P E L
L'écrivain Marko Vesovic a rencontré le public à la librairie Le Lys le 5 février dernier. Parmi de nombreuses phrases émouvantes et fortes, retenons celles-ci : " Je n'ai pas écrit un seul poème pendant la guerre, sauf ces deux vers : Ô vous qui êtes liés à Sarajevo par un désir ardent de quitter cette ville ... ! Mais j'ai écrit plus de textes pendant la guerre que pendant toute ma vie d'avant - de la prose, des récits que les gens me racontaient dans la rue. La pire chose que m'ait faite la guerre, c'est de m'avoir coupé de mes sentiments et de mes émotions. J'étais comme un arbre parmi les autres - et ça a duré beaucoup trop longtemps. J'ai aussi découvert que la distance entre le Bien et le Mal en l'homme était beaucoup plus grande que je ne l'imaginais. Je ne connais que des gens qui ont perdu la guerre, aucun ne l'a gagnée. Aujourd'hui, nous résistons toujours à l'évidence que la B-H n'existe plus. Tant que cette foi reste vivante, il demeure une chance que ce soit vrai... "

N.B.: Vous voulez diffuser une information concernant les manifestations culturelles que vous organisez?
Téléphonez au 01 42 71 24 00

Avis aux adhérents

L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ASSOCIATION SARAJEVO aura lieu au Foyer Grenelle, 17 rue de l'Avre, 75015, Paris le Samedi 14 mars 1998 à 14 h 30

Ordre du jour
1 - Rapport moral
2- Rapport financier
3 - Election du CA
4 - Proposition de message vers la Bosnie

Erratum

Dans la deuxième partie de l'éditorial de notre précédent n'58 consacré au Kosovo, il faut lire "80 000 plaintes contre les employeurs serbes" au lieu de 8 000.

Association Sarajevo
17 rue de l'Avre-75015- Paris
tél : 01 45 79 38 66 fax: 01 44 23 76 79
e-mail Sarajevo@ ras.eu.org
Sabo@ras.eu.org

Président: Francis Jeanson
Directeur de la Publication: Francis Jeanson
Rédacteur en chef : Jean-René Chauvin

Commission paritaire : AA 75121

Abonnement simple

11 numéros par an : 100F
Adhésion à l'Association, 11 In'+ rapport annuel d'activité: 200F

Abonnement de soutien Pour que les dons bénéficient d'une déduction fiscale, libeller le chèque d'un montant supérieur à 200F à l'ordre de la Fondation de France : compte n'600927

Imprimerie CICP 21 ter rue Voltaire- 75011 - Paris -Tél: 01 44 93 93 24
La reproduction de ce numéro a été faite pour vous inciter à vous abonner - AEC Nantes

Lettres d'information
de l'Association Sarajevo

Page sommaire AEC Nantes