Lettre d'information de l'association Sarajevo, Fondatrice Mirjana Dizdarevic
mensuel 10F - n° 6
7 octobre 1998
CHAT NOIR, CHAT BLANC
ET AUTRES CONTES...
La sortie du dernier film de Kusturica a été saluée par un tel concert d'éloges qu'il n'y a pas lieu de douter de ses grandes qualités cinématographiques. On peut par contre légitimement s'interroger sur les significations que recouvrent certains des commentaires et des jugements des laudateurs du grand cinéaste.
C'est ainsi que, d'après Pascal Mérigeau (Nouvel Observateur du 24-9-98), "on peut comprendre qu'au sortir de la tragédie qu'a vécue son pays, Kusturica ait eu envie de lumière". Cette lumière "illumine les rives du Danube où le cinéaste a situé cette histoire. Et, comme pour mieux en terminer avec la nuit dans laquelle la guerre l'avait plongé, il ressuscite les morts". Ces quelques lignes ont de quoi laisser rêveur l'observateur le moins averti de la situation du pays (lequel d'ailleurs?) de Kusturica, et l'on ose espérer que l'humour macabre qui s'en dégage est involontaire. Si le critique du N.O. croit que l'un quelconque des pays supposés de Kusturica est sorti de la tragédie, cest qu'il doit confondre l'imaginaie cinématograptique, dans lequel apparem- ment il vit, et la realité... Un autre thème repris par les fans du champion des festivals est la "truculence" (la "truculence" est, semble-t-il un trait de caractère apprécié des journalistes français, qui parlent souvent de la "truculence" de Mladic) de ses personnages qui, pour être des "trafiquants de drogue, des escrocs, des tueurs", n'en sont pas moins des êtres humains "émouvants et ridicules", qui rient, chantent et boivent. Le critique de Libération, Olivier Séguret, rejoint son confrère du N.O. lorsqu'il voit dans le film "l'enregistrement palpitant de la vie dans ce quelle a de plus grouillant, de plus vif, de plus drôle, brtrtal et incandescent. " Cest bien connu, les Yougos boivent, chantent, s'aiment, s'entre-tuent à tire-larigot dans la joie et sans savoir pourquoi. C'est ce qui fait leur charme, celui-là même de Kusturica tel quïl est toujours dépeint hirsute et gai luron. Car la chose qu'il préfère, c'est "réunir ses amis pour manger, rigoler et jouer au, foot", il ne s'intéresse plus à la politique, "plus de fascistes, ni de communistes, ni de philosophes français", il tourne des films "pour témoigner de son enthousiasme face à la vie" (Philippe Piazzo, dans Aden, supplément au Monde du 1-10-98). De toute façon, comme l'écrit Vincent Rémy (Télérama du 30-9-98), "I'Histoire suit son cours, de façon anecdotique, comme si la communauté gitane s'était maintenue à l'écart de la guerre, à la périphérie du grand foutoir balkanique, lui-même simple boursouflure du désordre planétaire".
En une phrase, le critique de Télérama a tout dit: les guerres yougoslaves relèvent de l'anecdote, et que représentent-elles à l'échelle de I'Histoire planétaire? Mais Kusturica a beau dire et faire, le Danube et les Gitans de ses films renvoient irrésistiblement aux acteurs et à la scène réels de la tragédie inachevée de son (ou ses) pays. Qu'il veuille oublier et faire oublier ses prises de position passées et trouver le bonheur dans des histoires strictement gitanes, c'est son affaire et celle des admirateurs de son cinéma. Que le lancement de son film soit l'occasion de conforter dans le public les lieux communs éculés d'une ethno-psychologie de bazar, destinée à faire croire que dans les Balkans, tout finit toujours par une fête, c'est autre chose et c'est moins innocent. Les critiques qui, inconsciemment sans doute, participent à cette mystification, devraient savoir que les 'Tziganes heureux" figurent parmi les plus grandes victimes des guerres yougoslaves. Ils devraient, pour le moins, savoir et rappeler que la guerre, dont Kusturica s'est unilatéralement débarrassé, n'a pas pour autant quitté l'horizon des pays de l'ex-Yougoslavie.

Kosovo
Dernière miinute

Nous ne savons pas à l'heure où nous préparons la sortie de ce bulletin quelle suite exacte sera donnée au pseudo- ultimatum que l'OTAN a lancé contre la Serbie. Il semble que les grandes puissances s'apprêtent à feindre de croire que Milosevic se conformera aux exigences de la résolution 1199 du Conseil de Sécurité des NationsUnies. Ce serait une nouvelle reculade, une de plus, devant Milosevic

______________

Le président Clinton a déclaré à New-York: '"Les cimetières des Balkans sont pleins des promesses non tenues du président Milosevic. Dans les jours à venir, nous surveillerons non seulement ses paroles mais aussi ses actes."

______________

"La guerre des nerfs continue peut-on lire dans le quotidien viennois Die Presse du 13 octobre, faisant allusion aux discussions à venir pour mettre en oeuvre les détails de l'exécution des engagements pris par Milosevic.

______________

"A Pristina, capitale de la province serbe à majorité albanaise du Kosovo, une délégatioin du Front National, dirigée par Jacques Dore, adjoint au vice-président chargé des questions internationales du parti français d'extrême droite, a apporté samedi 10 octobre son soutien « à la juste lutte des Serbes pour la sauvegarde de leur identité nationale »."
Le Monde, 13 octobre 1998.

______________

Le président albanais Rexhep Mejdani a déclaré à la "Süddeutsche Zeitung" du 13 octobre, que "la diplomatie s'est révélée inefficace jusqu'à présent dans ses rapports avec Milosevic et que maintenant une intervention militaire pourra seule apporter une solution politique
L'unification du Kosovo avec l'Albanie n'est pas une éventualité réaliste dans un proche avenir"


La Bosnie-Herzégovine après les élections
Les secondes élections générales de l'après-guerre se sont déroulées en Bosnie-Herzégovine les 12 et 13 septembre derniers. Il s'agissait d'élire les membres de la Présidence de B-H, les Chambres des représentants du Parlement de B-H, des entités, et les assemblées cantonales (dans la Fédération de B-H) et, en Republika Srpska, les président et vice-président de la RS. Des élections locales ont également eu lieu à cette occasion dans 12 communes. Plus de 2,5 millions d'électeurs étaient inscrits sur les listes et 7 1 % d'entre eux ont voté. Les résultats de ces élections ont révélé que la B-H était toujours en proie à ses démons nationalistes, ce qui est vrai pour les trois peuples. D'importants changements sont intervenus sur la scène politique de la B-H au cours des deux dernières années. Pas suffisamment, toutefois, pour faire basculer la balance en faveur des groupes à orientation citoyenne. Il a néanmoins été démontré que le pouvoir des trois partis nationalistes, prédominant avant, pendant et après la guerre, commence à s'effriter. Il s'agit du Parti de l'Action démocratique (SDA) d'Alija lzetbegovic, du Parti serbe démocratique (SDS) fondé par le criminel de guerre Radovan Karadzic, et de la Communauté démocratique croate (HDZ), parti contrôlé par le Président croate, Franjo Tudjman. Il y a eu des scissions au sein du SDS et du HDZ, du SDS surtout, car le HDZ maintient toujours son emprise sur les Croates de B-H. Les partis SDS et HDZ doivent désormais faire face à une alternative, mais celle-ci est surtout composée de partis à tendance nationaliste. La plus grande avancée a été enregistrée par le Parti social démocrate, qui a pris une certaine importance, dans la Fédération surtout. Il n'existe pratiquement pas de véritable centre citoyen, l'ancien centre ayant été absorbé par les partis nationalistes. Ceci pourrait aussi être dû aux ambitions personnelles de ses dirigeants et au peu d'intérêt qu'ont suscité leurs programmes.
Il s'est révélé que la Coalition pour une B-H unifiée et démocratique BiH-KCD (composée du SDA, du Parti pour la B-H de l'ancien co-premier ministre de la B-H Haris Silajdzic, ainsi que de deux autres partis peu influents - le Parti libéral de Rasim Kadic et le Parti démocrate et citoyen d'Ibrahim Spahic), était à l'heure actuelle le groupement politique le plus puissant en B-H. Le SDA, s'efforçant de relativiser ses tendances nationalistes initiales, à forte connotation religieuse (caractéristique que partagent les autres partis nationalistes), compense en usant du nom de son partenaire, le Parti pour la B-H, à consonance bosno-herzégovienne. Sa coopération avec le Parti libéral et le Parti citoyen et démocratique est l'expression de son désir de mettre l'accent, à travers eux, sur des notions plus proches de l'Occident. En RS, le SDS et son partenaire, le Parti radical serbe (SRS) - dirigé de l'extérieur par l'ultranationaliste Vojislav Seseij, actuel premier collaborateur du président de la Yougoslavie, Slobodan Milosevic -, ont perdu un peu de terrain au profit de la coalition "Sloga", composée du Parti socialiste de RS (SPRS) dirigé par le nouveau membre de la Présidence tricéphale de B-H, Zivko Radisic, de l'Alliance populaire serbe (SNS), parti de l'ancienne présidente de la RS Biljana Plavsic et du Parti des sociaux- démocrates indépendants de l'actuel premier ministre de la RS, Milorad Dodik.
Quant à la composition de la Présidence de la B-H, c'est Alija Izetbegovic (SDA) qui a obtenu le plus de voix et le seul à avoir été réélu. l'extrémiste Momcilo Krajisnik (SDS) a été remplacé par Zivko Radisic (SPRS). Le parti de Radisic est issu de celui de Slobodan Milosevic (et porte le même nom); pourtant Radisic prétend être autonome par rapport à ce dernier. Krajisnik empêchait le bon fonctionnement de la Présidence, alors que Radisic promet de coopérer et de respecter les accords de Dayton. Kresimir Zubak, qui avait quitté le HDZ et crée son propre parti (Nouvelle initiative croate - NHI), a été remplacé par Ante Jelavic (HDZ). Il sera particulièrement important de surveiller l'attitude de Jelavic, censé représenter l'aile dure du HDZ. On a enregistré, après les élections, plusieurs initiatives politiques et actes terroristes représentant des attaques directes contre la B-H et l'Accord de paix, et qui semblent liés au HDZ. D'ailleurs, a en juger d'après les résultats, les intérêts politiques des Croates de B-H dépassent de loin leur présence réelle, particulièrement en RS.
Contrairement au premier mandat de la Présidence de B-H,celui-ci s'étendra sur 4 ans et les trois membres se succéderont tous les huit mois. Le premier Président sera Radisic, le second Jelavic et le troisième Izetbegovic lequel était à la tête de la B-H (formellement du moins) depuis huit ans. Le mandat du Parlement (sur décision de l'OSCE) sera de deux ans. A la Chambre des représentants du Parlement de B-H, c'est le KCD qui l'emporte de loin avec 40% des sièges; la Communauté populaire et démocratique de B-H (parti fondé par Fikret Abdic, membre de la Présidence après les élections de 1990 en tant que membre du SDA, qui a ensuite quitté cette Présidence et collaboré avec Milosevic et Tudjman), a obtenu 2 sièges. Le HDZ a obtenu 14% des sièges et le NHI, associé à l'HKD (Union croate des chrétiens-démocrates) 2 %. En RS, les deux rivaux, la Coalition "Sloga" et la liste du SDS ont obtenu chacun 10%. Mais il y a, aux côtés du SDS, deux partis serbes radicaux qui ont obtenu 7%, si bien que l'on se retrouve avec un score de 17 % pour les ultranationalistes. Avant ces élections, le SDS était l'unique représentant de la RS et paralysait en fait totalement les travaux du Parlement de B-H. Le SDP, disposant de 10% des mandats, aura un rôle important à jouer dans la constitution de cet organe et le choix du Conseil des ministres de B-H.
Il y aura eu, au cours d'une même année, deux élections pour le Parlement de la Republika Srpska, la présidente d'alors, Biljana Plavsic, fortement encouragée par la communauté internationale, a en effet dissous le Parlement et convoqué des élections anticipées. Ce qui a totalement changé le rapport de forces en RS où l'Alternative, aidée par les partis siégeant à Sarajevo, a réussi à faire légèrement reculer le SDS. Ces dernières élections viennent de confirmer cette tendance. Le SDS a néanmoins obtenu le plus grand nombre de voix et 24 sièges à la Chambre des représentants du Parlement de la RS. Leurs partenaires du SRS (Parti radical serbe), ont obtenu 13 sièges et deux partis qui leur sont proches mais un peu moins extrémistes, 7% (soit au total 40%). La coalition "Sloga" s'est présentée seule et, au sein de ce groupe, c'est le SNS qui a obtenu le plus de voix (14%), suivi du SPRS (12%) et du SNSD (7%), soit un total de 33%. Dans ce contexte, le rôle des partis ayant leur siège dans la Fédération sera important. Le plus puissant est le KCD, qui a conservé les 19% remportés aux dernières élections. Le SDP s'est aussi maintenu au même niveau, avec 2%. Le HDZ et l'Alliance NHI- HKUD ont obtenu l'un et l'autre 1%.
Les ultra nationalistes serbes ne pourront nommer le gouvernement de l'entité sans la collaboration des membres de "Sloga". S'ils devaient s'associer en une grande coalition post-électorale grand-serbe, cela représenterait un retour en arrière capable d'entraîner l'exclusion de représentants politiques bosniaques et croates de l'Assemblée nationale de RS et de son gouvernement. Il paraît pourtant plus probable que, comme cela a été le cas l'année dernière, les KCD et SDP, ainsi que les partis croates, soutiennent "SIoga". C'est néanmoins au Président de la RS qu'il revient de proposer le chef du gouvernement, c'est-à-dire à Nikola Poplasen, élu avec l'appui général du SDS. On ne s'attendait pas à ce que Biljana Plavsic perde les élections et cela complique la situation en RS. Mais si l'Assemblée rejette le choix de Poplasen, cela entraînera automatiquement sa propre dissolution et la convocation de nouvelles élections.
Le parti de Poplasen (SRS - Parti radical serbe) a célébré son élection à la manière des tchetniks, l'associant à la crise du Kosovo.
Le KCD a remporté 49 % des sièges à la Chambre des représentants de la Fédération de B-H, le HDZ 20 %, le SDP 14 % et les sociaux-démocrates de B-H (SDBiH) 4% (ceux-ci n'ont pas obtenu les résultats escomptés). On trouve également, dans cette Chambre, 10 partis qui n'occupent pas un grand nombre de sièges mais pourraient jouer un rôle essentiel dans la formation d'une majorité parlementaire. Il est intéressant de noter qu'un parti de la RS (le SPRS) est représenté dans cette Chambre, ce qui est encourageant. Les Président et Vice-président de la Fédération ne sont pas élus au suffrage direct comme en RS, mais par les membres du Parlement.
Dans l'ensemble des 10 assemblées cantonales, et malgré la progression du SDP, la victoire est revenue aux partis nationalistes - c'est-à-dire au SDA (dans le cadre de la KDC), et au HDZ.
Les élections n'ont donc pas fait émerger en B-H une force politique intérieure capable d'entraîner le pays dans la voie tracée par les Accords de Dayton, la voie de la normalisation, de la sauvegarde de son unité et de son indépendance. La réalisation de ces objectifs vitaux dépend toujours, et avant tout, de l'action des facteurs internationaux. Il faudrait, pour consolider le front intérieur de la BH, tout en renforçant le bloc socialdémocrate, créer un centre citoyen, et s'efforcer de coordonner de manière plus efficace les organisations nongouvernementales et démocratiques, tout en créant des conditions optimales à l'intervention des médias indépendants.

Zija D.,
éditorialiste du quotidien "Oslobodjenje"


Les élections en Bosnie : réactions et commentaires

- Le Groupe de contact (EU, France, Angleterre, Allemagne, Italie et Russie), s'est réuni le ler octobre à Londres : "Les hommes politiques modérés ont renforcé leurs positions. Nous attendons que les nouveaux élus agissent en conformité avec les accords de Dayton... Il faut accélérer la constitution des institutions centrales et les renforcer, insister sur le retour des réfugiés et minorités, résoudre les problèmes liés à la propriété, travailler avec les médias... Nous n'hésiterons pas à sanctionner ceux qui feront obstruction aux accords de Dayton ".
- Washington, James RUBIN, porteparole de la Maison Blanche: "Les résultats sont modérés. Les ultranationalistes (élus) seront jugés selon leurs actes plutot que sur leurs discours électoraux ou leur passé. Nous sommes prêts à coopérer avec Poplasen (NDLR: élu président de RS).
- Robert GELBARD, envoyé spécial de Clinton : "je ne suis pas optimiste mais nous jugerons ( ... Poplasen) selon les résultats qu'il obtiendra, si jamais il y en a... Les Etats-Unis feront tout pour protéger l'intégrité territoriale et la souveraineté de la B-H... Nous considérerons tout discours sécessionniste comme un acte dirigé directement contre les accords de Dayton".
- Robert BARRY, chef de la mission de l'OSCE en Bosnie : "Le soutien aux partis nationalistes continue à s'éroder... Ces derniers ont perdu un certain pourcentage de voix, alors que les partis de l'opposition en ont gagné..."
- Juraj MARTINOVIC, ministre du gouvernement de l'ombre (AMV) : "Il est vrai que les partis nationalistes ont gagné, mais, en comparaison avec les élections générales de 1996, la gauche a fait un pas en avant... La victoire de Poplasen ne devrait pas susciter un trop grand pessimisme, car notre avenir dépend de la communauté internationale et surtout des Etats-Unis, qui insistent sur la mise en oeuvre de Dayton... Le danger réel pourrait venir d'un appel (de Milosevic, Krajisnik et Seselj) à l'union de tous les partis nationalistes serbes..."
- Selim BESLAGIC, maire de Tuzla et président du parti des sociaux-démocrates : "Nous sommes modérément satisfaits, mais nos pronostics (gagner de 25 à 30 % dans le canton de Tuzla) se sont avérés erronés; nous n'avons gagné que 17%".
- Miodrag ZIVANOVIC, président du parti social-libéral de RS : "Soutenir des gens comme Poplasen est la meilleure preuve que la communauté internationale renonce à appliquer les clauses fondamentales de l'Annexe 7 des accords de Dayton (retour des réfugiés et des personnes déplacées)."
- Milorad DODIK, premier ministre de RS : l'élection de Poplasen, c'est la déstabilisation de l'entité (RS)"..
- Mustafa CENGIC, porte-parole de a MBO (Organisation bosniaque musulmane) : "Nous partageons l'inquiétude et la déception des acteurs internationaux, qui estiment que les résultats des élections ralentiront les processus démocratiques, et surtout le retour des réfugiés".
- Zlatko DIZDAREVIC, rédacteur en chef de l'hebdomadaire Svijet : "En ce moment même, les résultats des élections ne sont pas les plus importants. Ce qui importe, c'est que les gens commencent à ouvrir les yeux. Même si ce processus est très lent et très douloureux. Même s'il ne s'est pas exprimé à l'occasion des élections. Les gens ne sont plus des moutons... Ceux qui ont été élus devront mettre en oeuvre les accords (de Dayton), ou ils disparaîtront. Ceux qui le feront, c'est-à-dire ceux qui contribueront à l'édification d'une Bosnie-Herzégovine composée de deux entités multiethniques, auront toutes leurs chances, qu'ils s'appellent Poplasen ou autre".
- Carlos WESTENDORP, le Haut représentant de la communauté internationale en Bosnie-Herzégovine : "je crois que la communauté internationale devra rester présente en Bosnie pendant plusieurs années, et nous devons nous y habituer. Pendant une génération au moins".

calendrier d'octobre et novembre

Galerie le lys
- le 21 octobre à 19 h : à l'occasion de la parution du livre Radiographie d'un nationalisme (les racines serbes du conflit yougoslave), sous la direction de Nebojsa Popov, éd. de l'Atelier, débat avec André Glucksmann (sous réserve), Marc Semo, Stanko Cerovic, animé par Florence Hartmann;
- le 29 octobre à 19 h : à l'occasion de la parution du livre La Méditerranée et l'Europe, leçons au Collège de France, de Predrag Matvejevic, éd. Stock, conférence de l'auteur, écrivain et professeur à la Sapienza de Rome, intitulée "la Méditerranée, l'Europe et les Slaves du Sud", présentée par Nikola Kovac, écrivain et ambassadeur de B-H en France, et Edgar Reichmann, écrivain et critique littéraire;
- le 4 novembre à 19 h : dans le cadre du Mois de la photo, vernissage d'une exposition de photographies de Vesna Pavlovic et de Zoran Naskovski;
- le 12 novembre à 19 h : présentation de l'ouvrage Les Livres de mon père, de Luan Starova, éd. Fayard.
Rappel : Le Lys espère toujours bénéficier de votre soutien financier.. C'est tellement urgent que c'est presque trop tard!

Le Lys, 12-14 rue St Louis en 1'lle 75004 Paris, tél. 01 46 33 22 79


L'association Soutien aux survivants de la vallée de la Drina - Srebrenica, très active, interviendra sur la situation dans les camps au Congrès mondial de la FDIF à Bobigny (du 19 au 21 novembre), sera présente les 21 et 22 novembre aux Pays-Bas, et participera le 10 décembre à la Journée des Droits de l'homme à Villeneuve-d'Ascq.
Renseignements et souscription
S.S.V.D.-S., c/o Sadija Ombasic, 6 square Villaret de Joyeuse 75017 Paris, tél. 01 44 40 08 41.

Dans notre prochain bulletin, vous trouverez le compte rendu de la Ren contre nationale des Citoyen(ne)s pour la B-H du 25 octobre.

Le nouvel album d'Enki Bilal, le Sommeil du monstre, vient de sortir aux Humanoïdes associés (70 pages couleur, 89 F). Située dans la Sarajevo imaginaire du troisième millénaire, mettant en scène trois héros d'origines différentes nés le même jour dans la capitale bosniaque assiégée, l'histoire s'attache à dénoncer les ravages des nationalismes et des intégrismes de tous bords. Comme toujours chez cet auteur, des images fortes et magnifiques illustrent un univers fantasmatique, pas si éloigné de la réalité pourtant...

Du 15 au 30 octobre, au Théâtre St-Gervais Genève (5 rue du Temple - 1201 Genève, tél. 022 908 20 00), dans le cadre des Rencontres sur les droits sociaux, économiques et culturels, exposition de photos de Yves Laplace et Valérie Frey: Inventaire bosnien.
 

 


N.B.:
Pour diffuser une information téléphonez au 01 42 71 24 00


Association Sarajevo
17 rue de l'Avre
-75015 Paris
tél. : 01 45 79 38 66
fax: 01 44 23 76 79

  Pour toute information sur la Bosnie et sur l'Association Sarajevo, vous pouvez consulter les adresses suivantes sur Internet
 

E-mail Sarajevo@ras.eu.org
Sabo@ras.eu.org
http://services.worldnet.net/corent/AECNantes
http://perso.club-internet.fr/fudo/

Président: Francis Jeanson
Directeur de la Publication: Francis Jeanson
Rédacteur en chef : Jean-René Chauvin
Commission paritaire : AA 75121

Abonnement simple

11 numéros par an : 100F
Adhésion à l'Association, 11 n°+ rapport annuel d'activité: 200F

Abonnement de soutien
Pour que les dons bénéficient d'une déduction fiscale, libeller le chèque d'un montant supérieur à 200F à l'ordre de la Fondation de France :
compte
600927

Original imprimé par Imprimerie CICP 21 ter rue Voltaire 75011 - Paris -Tél.: 01 44 93 93 24

 

La reproduction de ce numéro a été faite pour vous inciter à vous abonner - AEC Nantes




FOSSE COMMUNE
Une nouvelle fosse commune, la plus grande jusq'à présent, vient d'être découverte près du village de GLUMINA, à proximité de la ville de ZVORNIK (sur la rivière Drina). On a décompté près de 300 cadavres, enveloppés dans des sacs en plastique ayant appartenu à l'armée serbe. Ce charnier date de 1992, l'année des grands massacres perpétrés par les tchetniks de Milosevic et Karadzic en Bosnie, et tout particulièrement dans la vallée de la Drina.

 

L'AEROPORT DE TUZLA
Après Sarajevo, Barjaluka. et Mostar, l'aéroport de Tuzla vient d'être rouvert au trafic civil, début octobre. Les premiers vols ont été effectués par la compagnie "Air Bosna", vers Budapest et Istanbul. Des lignes aériennes relieront bientôt Tuzla aux grands centres de l'Europe occidentale. La reprise du trafic civil sur l'aéroport de Tuzla contribue à désenclaver cette ville.
Toutefois, le véritable handicap de cette région industrielle et minière réside dans le fait que les réseaux ferroviaires, immobilisés depuis l'été 1992, n'ont toujours pas été réactivés. Ce qui vaut pour l'ensemble du réseau ferroviaire en BosnieHerzégovine. Le transport routier a repris mais, en raison de la guerre, les routes restent en mauvais état. Sans une normalisation de ses voies de transport, la Bosnie et l'économie bosniaque auront du mal à redémarrer.

 

LE CENTRE ALBERT CAMUS
Après de multiples démarches et tracasseries administratives et financières, le Centre Européen de Tuzla "Albert Camus" a été inauguré le 28 juillet dernier. Il est soutenu par la Commission européenne, par l'association "DIA", en partenariat avec la mairie et la Maison des jeunes de Tuzla. Il fait partie d'un réseau de 14 centres pour les jeunes, créé à travers la B-H.
Sa première initiative a été d'assurer la participation d'une troupe de théâtre, composée de jeunes de Tuzla et de sa région, au Festival de théâtre dEdimbourg.
Contact à Tuzla: Dom Mladih, Ratka Vokica 2 B-H 750W Tuzla, tél./fax: (+387 75)221-069;
à Paris : 26,rue des Moines - 75001 Paris, tél. (+33-1) 53 31 Il 01, fax: (+33 1) 42 28 64 31.

 

UN PRIX DE LA PAIX
Fr. Ivo MARKOVIC, professeur de théologie à Sarajevo, a reçu le "Peace Activist Award" du Centre Tanenbaum pour l'"Entente Interconfessionnelle" (New York). C'est la première fois que ce prix de $ 5.000 est attribué, et l'on a voulu distinguer quelqu'un qui a travaillé d'arrache-pied à la pacification de son pays.
Ajoutons que les Franciscains de Bosnie ont toujours été attachés au sol bosniaque et qu'un grand nombre d'entre eux se sont distingués dans la défense d!une Bosnie-Herzégovine unie et plurielle. Tels leur Provincial fr. Petar ANDJELOVIC, fr. Marko ORSOLIC, fr. Luka MARKESIC, fr. Ivo MARKOVIC.

 

INAUGURATION DE LECOLE DE JOURNALISME FRANCO-BOSNIAQUE le 5 octobre.
Créée à l'initiative de l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille et de MEDIAPLAN, elle accueille une première promotion de 20 journalistes qui recevront une formation professionnelle pendant neuf mois.


Parlement de la République de Bosnie-Herzégovine

Le Parlement de la République de BH est composé de 42 sièges, la majorité absolue est donc de 22 sièges.


Chambre des représentants -Fédération de Bosnie-Herzégovine

La chambre se compose de 140 sièges au total, la majorité absolue est donc de 71 sièges.


Chambre des représentants - République Serbe

La Chambre est composée de 83 sièges au total, ce qui place la majorité absolue à 42 sièges.

Lettres d'information
de l'Association Sarajevo

Page sommaire AEC Nantes