Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > L’Accord de stabilisation et d’association entre l’UE et (...)

L’Accord de stabilisation et d’association entre l’UE et la BH serait signé le 16 juin

vendredi 23 mai 2008


Le Haut-Représentant Miroslav Lajcak a annoncé le 19 mai, au cours de la présentation au Conseil de sécurité de son rapport semestriel sur la situation en Bosnie- Herzégovine, que la signature de l’Accord de stabilisation et d’association entre ce pays et l’Union européenne sera officialisée le 16 juin.

Il a rappelé la décision du Conseil de mise en œuvre des Accords de Dayton ( PIC) de mettre un terme à la mission du Haut-Représentant [de la Communauté internationale], qui ne sera maintenue qu’ au titre de Représentant spécial de l’Union européenne, lorsque les autorités bosniennes auront réalisé cinq objectifs spécifiques et deux conditions générales. Selon le communiqué officiel du Conseil de sécurité, "ces cinq objectifs sont les suivants:règlement acceptable et de la répartition des biens publics entre l’Etat et les autres institutions du gouvernement, règlement acceptable et durable de la question des biens militaires, application complète de la sentence définitive du Tribunal d’arbitrage sur Brcko, viabilité fiscale et ancrage de la règle de droit. Quant aux deux conditions, il s’agit de la signature de l’Accord de stabilisation et d’association et la formulation par le Comité directeur [du PIC] d’une évaluation favorable de la situation en Bosnie-Herzégovine sur la base d’une application complète des Accords de paix de Dayton".

Le représentant de la Russie a appuyé la demande maintes fois exprimée par les dirigeants de la RS que cette fermeture du Bureau du Haut-Représentant, intervienne au plus vite, sitôt l’Accord avec l’UE signé. Les partis de la Fédération ne sont, par contre, pas favorables à ce que la présence internationale soit diminuée avant qu’un véritable Etat ne soit à même de fonctionner en BH, ce qui pose la question de la réforme constitutionnelle .Celle-ci est bien mentionnée, comme nécessaire, dans le rapport du Haut-Représentant, mais est toujours renvoyée à plus tard, dans l’attente d’un accord entre les parties, en fait impossible à atteindre. . Dans une interview à un journal slovaque, Misoslav Lajcak estime que la durée restante de son mandat devrait être évaluée en mois plutôt qu’en années. Les conditions fixées par le Conseil de mise en œuvre laissent toutefois une large marge de manœuvre aux tuteurs internationaux de la BH. Le Haut-Représentant s’est déclaré à l’avance inquiet du climat qui risque de régner au cours de la campagne électorale qui précédera les élections locales du 5 octobre, ce qui rend incertain tout pronostic sur la date de la fin de la fonction de Haut-Représentant.

L’accord sur la police et l’annonce de la prochaine signature de l’Accord de stabilisation et d’association n’ont en effet pas atténué les profondes divergences de vues qui séparent les forces politiques en présence. Malgré les mises en garde réitérées par le Haut-Représentant contre toute idée de sécession de la Republika srpska, Milorad Dodik vient de relancer ses menaces en expliquant, dans une interview au journal Nezavisne Novine, que si la dissolution de la Bosnie-Herzégovine n’était pas, pour lui, la meilleure solution, elle demeurait une possibilité. Alors que les représentants des autorités internationales plaident, comme tous les observateurs, pour un renforcement des institutions centrales du pays, le Premier ministre de l’entité serbe veut, au contraire, réduire encore leurs compétences et voir reconnu aux entités le droit de sécession.

L’évolution de la situation en Serbie n’est pas faite pour amener le dirigeant de la RS à la modération. Quel que soit le gouvernement qui sortira des marchandages en cours à Belgrade, il se livrera probablement à une surenchère dans le serbisme qui se répercutera en Bosnie. Si c’est un gouvernement à direction démocrate et participation SPS ( parti socialiste de Milosevic), il lui faudra prouver qu’il ne trahit rien, si c’est un gouvernement SRS (radical de Seselj), SPS, DSS, sous la direction de Kostunica, il lui faudra montrer qu’il est bien ce qu’il est.

Les Européens n’étant pas prêts de se départir de l’attentisme qui leur sert de politique, la Bosnie-Herzégovine risque de se trouver aussi abandonnée à son sort que jamais, malgré toutes les promesses d’intégration européennes qui lui sont prodiguées.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP