Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > Crise à Banja Luka. Négociations à Sarajevo entre la BH et

Crise à Banja Luka. Négociations à Sarajevo entre la BH et l’UE

samedi 28 janvier 2006


La crise politique provoquée en RS par la rupture, en décembre, de la coalition gouvernementale dirigée par Pero Bukejlovic (SDS) s’est officialisée le 25 janvier à la suite du vote de défiance à l’égard du gouvernement, émis par l’Assemblée de l’entité serbe, par 44 voix contre 29 et 6 absentions.

La motion déposée par le principal parti de l’opposition en RS, le SNSD (sociaux-démocrates indépendants) de l’ancien Premier Ministre Milorad Dodik, a recueilli les suffrages du PDP, jusqu’ici allié au SDS, et des représentants des partis issus de la Fédération, SDA, Parti pour la BH et SDP.

Le Président de la RS, Dragan Cavic a dix jours pour désigner un nouveau Premier Ministre, celui-ci disposant de 40 jours pour former un nouveau gouvernement. Milorad Dodik s’est porté candidat à la fonction.

Cette péripétie n’a pas nui à la mise en route des négociations entre l’Union européenne et la Bosnie-Herzégovine pour la conclusion d’un Accord de stabilisation et d’association. Elles ont commencé le même jour à Sarajevo entre hauts fonctionnaires de BH et de l’UE. L’événement est commenté en ces termes par l’éditorialiste d’ « Oslobodjenje », Zija Dizdarevic :

Européanisation

Le premier round de négociations officielles entre représentants de l’Union européenne et de la Bosnie-Herzégovine sur la conclusion d’un Accord de stabilisation et d’association s’est déroulé dans une atmosphère plutôt encourageante pour les deux parties. Il s’agit ici du plus important dialogue jamais engagé depuis Dayton et dont, pour la première fois, l’Etat de Bosnie-Herzégovine n’est pas l’objet, mais le sujet, ce qui marque le début d’un processus d’adaptation de l’Etat de B-H aux standards européens et, d’une manière générale, de son européanisation.

Il est certain que les représentants de la Bosnie-Herzégovine s’acquitteront de leur tâche au mieux possible et chercheront à s’assurer que l’Etat de B-H atteigne la phase de la candidature à l’UE dans des conditions optimales. Cette équipe a immédiatement centré son attention sur les trois tâches qui se révéleront décisives pour la poursuite de ce processus : la coopération avec La Haye, la réforme de la police et la création d’une Radiotélévision publique. Ce sera le test de la véritable volonté politique nationale de s’intégrer à l’UE et de notre désir d’avoir un Etat démocratique, rationnel, responsable, efficace et prospère et, plus généralement, d’avoir vraiment une Bosnie-Herzégovine . Aucun des autres candidats à l’UE ne se trouve dans une telle situation.

Nos représentants tâcheront de s’assurer qu’il existe une véritable volonté de mettre en œuvre rapidement, et de manière conséquente, ce qui aura été convenu. Bruxelles, de son côté, veillera soigneusement à la réalisation des réformes, changements constitutionnels y compris. Wolfgang Petric [Ancien Haut-Représentant] a laissé entendre que toute opposition à des amendements constitutionnels - lesquels seront obligatoirement encore plus radicaux que ce qui est actuellement exigé - pourrait entraîner l’interruption des pourparlers. Le Président en exercice de la Présidence de la B-H, Ivo Miro Jovic, a déclaré que cela ne l’étonnait pas de la part d’un Petric et qu’il pouvait raconter tout ce qu’il voulait, pourvu qu’il le fasse en son propre nom. Petric est pourtant très certainement un ami de la Bosnie-Herzégovine, citoyen du pays qui préside actuellement l’Europe.

Zija Dizdarevic. « Oslobodjenje » du 27-1-2006


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP