Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > Lendemains d’élections

Lendemains d’élections

mercredi 11 octobre 2006


Les résultats définitifs des élections aux assemblées parlementaires bosniennes seront connus le 13 octobre à l’issue des derniers dépouillements des votes enregistrés à l’étranger. Ils ne pourront être guère différents des estimations les plus récentes qui donnent les indications suivantes :

A la Chambre des représentants de Bosnie-Herégovine, le SDA et le SBiH auraient chacun 9 députés , le SNSD en aurait 7, le SDP, 4, le SDS, 3, le HDZ BIH, 3, le HDZ 90, 2, 5 autres formations obtenant chacune 1 représentant.

En RS, le SNSD, parti de Milorad Dodik, règnera sans partage avec 42 mandats contre 17 au SDS, parti fondé par Karadzic, 10 attribués à d’autres formations serbes et 7 allant à des partis implantés dans la Fédération ( 3 SDA, 3 SBiH et 1 SDP).

Dans la Fédération, le SDA ( parti de feu Izetbegovic) disposerait de 29 sièges, le SBiH (H. Silajdzic) de 25, le SDP ( Z. Lagumdzija) de 17, le HDZ BiH de 10, l’autre branche du HDZ de 7, 11 allant à d’autres groupes. Le HDZ s’était scindé en deux fractions concurrentes sur la question de la réforme constitutionnelle avortée, le HDZ BiH s’étant prononcé en faveur des amendements constitutionnels, les scissionnistes s’y opposant.

Les analyses et prévisions sur les coalitions possibles pour les exécutifs de l’Etat et de la Fédération vont bon train, la direction de la RS ne faisant, quant à elle, aucun doute après le succès de Milorad Dodik, qui était attendu. Le parti représentant l’extrémisme nationaliste serbe en Bosnie a été supplanté par celui réputé « modéré » de Dodik, au prix d’une inversion des rôles qui serait comique si elle ne recélait les plus graves dangers pour le pays et la région.

On pourrait en dire presque autant, un ton en dessous, pour ce qui concerne la Fédération où nombre d’observateurs s’interrogent sur les conséquences de la victoire d’Haris Silajdzic au détriment de Sulejman Tihic qui apparaissait, dans certains milieux antinationalistes, comme la garantie d’un meilleur équilibre politique pour la Bosnie.

La première question à laquelle devront répondre les responsables bosniens et sur laquelle ils s’étaient affrontés avant et pendant la campagne électorale sera celle de leur position face aux demandes des autorités internationales quant à leur orientation concernant les relations de la BH avec l’Union européenne, bien que Bruxelles ait clairement manifesté qu’une adhésion en bonne et due forme était exclue pour longtemps. La conclusion d’un accord préliminaire de stabilisation et d’association fournirait néanmoins au pays des avantages substantiels.

Christian Schwarz-Schilling, devant la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen, suivi par les membres de la commission qui s’intéressent aux Balkans, comme Doris Pack, a rappelé les exigences maintes fois formulées à tous les niveaux des instances européennes, qui concernent la révision constitutionnelle et prioritairement, la réforme de la police, posée en préalable à toute avancée sur la voie européenne.

Après comme avant les élections, les représentants de la RS bloquent cette réforme de la police. Quant à la réforme constitutionnelle, les partis bosniens se montre réticents à se rendre à l’invitation que leur a lancée une ONG américaine pour venir en rediscuter à Boston. Il faudra sans doute attendre que les esprits se reprennent, beaucoup de choses dépendant des décisions que prendront Milorad Dodik et Haris Silajdzic, lequel vient d’effectuer un séjour de trois jours à Londres.

L’affaire de l’élection du social-démocrate Zeljko Komsic à la Présidence tripartite de BH,comme représentant croate non communautariste, continue d’agiter les milieux nationalistes croates, le cardinal Vinko Puljic ajoutant sa voix à la contestation de la légitimité de cette élection, qui remet en cause le système établi.Elu par une majorité d’électeurs non-croates, il ne serait pas un "vrai" croate.

Toutes ces préoccupations à dominante politique et institutionnelle confinent à l’arrière-plan les problèmes sociaux et économiques, négligés au cours de la campagne électorale. « Oslobodjenje » a publié l’information qui, selon le Forum économique mondial, classe la Bosnie-Herzégovine au 89° rang des pays pour ce qui concerne la concurrence économique. Pour ce quotidien ce chiffre est un exemple des effets négatifs que les défaillances du système politique et des dirigeants bosniens infligent au pays.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP