Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > sur la B.H. > Srebrenica:quelle situation 9 ans après le massacre ?

Srebrenica:quelle situation 9 ans après le massacre ?

vendredi 3 septembre 2004


Du 07 au 11 juillet 1995, tandis que la guerre en Bosnie-Herzégovine arrivait à sa fin, le tristement célèbre massacre de Srebrenica fut perpétré. Entre 7 000 et 8 000 hommes Bosniaques furent tués par les forces serbes de Bosnie alors que la ville était censée être sous la protection de l’ONU et qu’elle était devenue un refuge pour tous les Bosniaques de la région. Le 19 avril dernier, ce massacre fut qualifié de génocide contre la communauté musulmane du pays par le tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie.

Nous sommes le 11 juillet 2004 dans la commune de Potocari située à quelques kilomètres de Srebrenica pour la neuvième commémoration du massacre. Un mémorial fut inauguré le 31 mars 2003 en face même de l’usine dans laquelle tous les Bosniaques de Srebrenica furent entassés avant le massacre. Le cimetière du mémorial accueille 338 corps identifiés grâce à des tests ADN qui se rajoutent aux 600 enterrés l’an passé.

La diplomatie bosniaque est représentée par Mustafa Ceric, chef de la communauté musulmane du pays, Sulejman Tihic, membre de la présidence du pays et Tersic Adnan, président du conseil des ministres. La Serbie est représentée par Natasa Kandic, présidente du fonds pour le droit humanitaire de Belgrade et par des délégations du collectif des femmes en noir et des jeunes de Serbie. Les hauts responsables de la République Serbe de Bosnie Herzégovine ont décliné l’invitation afin de se rendre à Belgrade pour l’inauguration de la nouvelle présidence de la Serbie Monténégro.

Environ 10 000 personnes venues en bus des quatre coins du pays sont présentes sous une chaleur étouffante. Les discours et la prière ont été prononcés, le moment est venu pour les familles de recouvrir de terre les 338 cercueils. La foule est compacte, les femmes pleurent, crient, s’évanouissent. Le bruit sourd de la terre qui tombe sur les cercueils accentue la pesanteur de l’atmosphère. A Tuzla où est entreposé le contenu des charniers de Srebrenica, 5 000 sacs avec des restes humains s’entassent encore dans des entrepôts réfrigérés.

Srebrenica, le soir même. Les Bosno-Serbes célèbrent depuis une semaine la fête orthodoxe de la Saint Pierre. Tournoi de football et soirées dansantes devant l’église sont au programme. Comme tous les soirs, l’ambiance est festive, il y a la musique traditionnelle, il y a toutes les générations et il y a surtout de nombreux drapeaux serbes.

L’atmosphère de fête qui règne au sein de la communauté Serbe est en contradiction complète avec le deuil de la communauté Bosniaque qui pleure au même moment ses milliers de disparus. Cela pose la question de la situation de la ville 9 ans après le massacre.

Le retour difficile des réfugiés bosniaques :

Avant la guerre, il y avait 37 000 habitants à Srebrenica dont 73% de Bosniaques. Aujourd’hui, il y a 7 500 habitants dont 85% de Bosno-Serbes(1) . Créer les conditions pour encourager le retour des réfugiés était l’un des principes centraux des accords de paix de Dayton. A Srebrenica, le processus de retour s’est lentement mis en place à partir de 1999. Le dernier recensement datant du mois d’avril 2004 fait état du retour de seulement 2 320 Bosniaques dans la ville. La majorité des 30 000 réfugiés Bosniaques habitent dorénavant à Sarajevo, Zenica-Dobov ou Tuzla(2).

Retourner habiter à Srebrenica est un choix délicat pour les réfugiés. Ils sont toujours propriétaires de leur maison mais celles-ci sont souvent habitées par des familles Bosno-Serbes venues repeupler la région ou doivent être reconstruites. Les intentions de retour exigent, par ailleurs, des démarches administratives lourdes qui peuvent être ralenties voire bloquées, par des autorités inefficaces, souvent corrompues ou motivées seulement par les échéances électorales. La situation sociale et économique de la région n’encourage pas les retours des réfugiés qui sont souvent des femmes seules pour qui il est pratiquement impossible de trouver un emploi à Srebrenica. Il y a, enfin, le problème des champs de mines qui freine encore les retours malgré le travail de déminage des Unités de Protection Civile et du Centre d’Action des Mines.

La tension est encore palpable entre les communautés :

Les jeunes Bosniaques revenus à Srebrenica déclarent être victimes d’intimidations et de provocations de la part d’une partie des Bosno-Serbes de la ville. Interrogé sur ces provocations, le maire de la ville Abdurahman Malki ? membre du SDA(3) se veut rassurant dans ses propos : « Il est vrai que la communauté bosniaque est parfois provoquée par une minorité de Bosno-Serbes mais la situation a tendance à s’améliorer. » Le docteur Radomir Pavlovi ?, président du conseil municipal et membre du SDS(4) est moins rassurant en admettant que : « La sécurité n’est pas véritablement assurée pour les Bosniaques qui sont de retour a Srebrenica. Une partie des Bosno-Serbes leur fait clairement comprendre qu’ils ne sont plus les bienvenus. »

Les jeunes Bosno-Serbes de la ville n’ont pas la même visions de la situation. Marco et ses amis, jeunes Bosno-Serbes de 16 ans déclarent : « Nous ne côtoyons jamais les Bosniaques car ils nous haïssent. Les Bosno-Serbes sont les vraies victimes de la guerre et la communauté internationale ne veut pas les aider. C’est aujourd’hui le même problème au Kosovo où les Serbes sont attaqués alors qu’ils veulent seulement se défendre des terroristes albanais. Le massacre de 1995 est exagéré par les médias pour faire du tort à la communauté serbe. La paix est impossible. ».

Ces jeunes s’expriment comme s’ils récitaient fièrement une leçon apprise par cœur. Il est indéniable qu’ils sont, au même titre qu’une majeure partie des Bosno-Serbes endoctrinés par une propagande médiatique qui a eu une influence considérable sur les événements avant, pendant et après la guerre. Les médias bosniaques et croates étaient aussi manipulés mais dans une moindre mesure comparé à l’instrumentalisation médiatique serbe qui avait pour objectif la démonisation des autres communautés ainsi que la réécriture de l’histoire. En ce sens, les innombrables et douteux « parallèles historiques », les créations d’oppositions simples, la désignation claire des adversaires, les phrases choc et les mots bien affûtés ont véritablement préparé, jour après jour, l’opinion publique à l’éclatement et à la justification du conflit. A Srebrenica, l’effet est accentué par le manque d’éducation d’une grande partie des habitants. Il y a derrière cette propagande certains partis politiques nationalistes dont la soif de pouvoir et d’argent suffisent à manipuler toute une communauté. L’exemple le plus flagrant est celui de Milosevic qui contrôla la quasi-totalité des médias serbes pour assouvir son incommensurable soif de pouvoir(5).

Une économie au plus bas et discriminatoire : Avant la guerre Srebrenica comptait parmi les 5 premières villes de Bosnie-Herzégovine en matière de productivité et de niveau de salaire. Sa bonne santé se basait sur la richesse et la transformation des minerais ainsi que la fabrication de métal.

Il y a aujourd’hui 85% de chômeurs à Srebrenica et 90% des habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté. La situation économique qui a continué de se détériorer depuis 1996 est aujourd’hui comparable à celle de 1960(6) . Les problèmes actuels de Srebrenica sont dans une certaine mesure relatifs à toute la Bosnie Herzégovine qui doit faire face aux conséquences d’un conflit ainsi qu’à une délicate transition d’une économie socialiste vers une économie de marché.

La quasi-totalité des entreprises a été détruite durant la guerre et il est depuis très difficile de trouver des investisseurs. La discrimination et la corruption sont monnaie courante autant dans le secteur public que privé qui sont étroitement connectés avec les partis politiques nationalistes serbes. Un exemple, La compagnie forestière de la ville emploie exclusivement des Bosno Serbes. Les privatisations qui sont à l’initiative du gouvernement de la République Serbe sont réalisées sans transparence et les nouveaux propriétaires sont généralement des personnes très proches du SDS. Les entreprises privatisées ne stimulent pas l’économie locale et n’offrent pas les emplois espérés(7) . Enfin, l’économie locale reçoit de moins en moins d’aides du gouvernement de la République Serbe et cela depuis 1999, date où la mairie est revenue au SDA.

Le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) : une présence peu efficace :

Financé par l’aide internationale et par la République Serbe de Bosnie-Herzégovine le PNUD fut mis en place en 2002 pour les municipalités de Srebrenica, Bratunac et Milici. Il est composé de quatre axes :

 La réforme des institutions locales avec le souci de placer les citoyens au centre des décisions budgétaires de leur municipalité.

 Le développement civil pour améliorer la représentation des citoyens auprès de leur municipalité.

 Le développement économique avec une série de mesures pour relancer l’emploi et la productivité.

 Le développement des infrastructures avec le financement de la reconstruction des routes, de la remise en place du réseau électrique et d’eau potable.

Alexandre Priéto, chef du programme, souligne l’insuffisance des moyens financiers nécessaires au suivi de chaque projet. L’aide internationale a tendance à diminuer et le financement du programme jusqu’en 2005 n’est pas assuré. Le maire et le président du conseil municipal s’accordent pour dénoncer le manque d’efficacité de ce programme dont ils attendaient beaucoup. Selon eux celui-ci n’a été concret que dans la reconstruction des voies de communications.

Dix ans après le massacre, au vu de la situation très préoccupante de Srebrenica, nous pouvons nous demander s’il y a une réelle volonté politique pour la réhabilitation de Srebrenica.

Hakija Meholjic, conseiller municipal de la ville, a déclaré le 26 mai dernier dans le quotidien bosniaque Oslobodjenje au sujet de la situation de Srebrenica. : « Les directions du SDA et du SDS voudraient en finir avec Srebrenica. Les Bosno Serbes la quittent volontairement et les Bosniaques n’y rentrent pas. Les uns et les autres le font parce qu’à Srebrenica ils n’ont pas de quoi vivre. Les autorités ont peur de voir Srebrenica revivre et les fonctionnaires locaux exécutent leurs ordres pour beaucoup d’argent. Plus tôt elle deviendra une ville fantôme, celle-là même où une catastrophe planétaire a eu lieu, plus vite elle sera oubliée. C’est la volonté des partis au pouvoir pour lesquels Srebrenica a été un objet de trafic et de la communauté internationale qui est responsable du martyre des habitants durant la guerre. ».

Radomir Pavlovi ? pense lui aussi que « Les dirigeant du SDS et du SDA ne font rien pour améliorer la vie des habitants à Srebrenica et que la ville va mourir à petit feu. »

En 1995, Srebrenica a connu la terreur qui a détruit la vie de milliers de Bosniaques et qui n’a pas pour autant amélioré la vie de la communauté serbe. La pauvreté des habitants ne connaît pas de frontières communautaires. La situation ne profite qu’à une poignée de responsables politiques et économiques qui, entre démagogie et corruption, gagnent à ce qu’elle n’évolue pas réellement.

Ludovic Chapelle.

(1),(2) Source : PNUD Bosnie-Herzégovine : Programme de rétablissement de la région de Srebrenica.

(5) Les réfugiés qui ont quitté la ville en 1995 sont toujours propriétaires de leur habitation et ont le droit de voter depuis la ville où ils habitent dorénavant. C’est pourquoi la mairie revient au SDA (Parti de l’action démocratique) bien qu’elle soit aujourd’hui habitée par 85% de Serbes. Le SDA est le principal parti politique nationaliste bosniaque.

(4) SDS(parti démocratique serbe) : principal parti nationaliste Bosno Serbe.

(5) Source : Propagande politique et projet d’ « état pour tous les Serbes » : conséquence de l’instrumentalisation des médias à des fins ultranationalistes. Renaud de La Brosse. (janvier 2003)

(6),(7) Source : Rapport du PNUD sur l’évaluation de 16 municipalités en Bosnie Herzégovine. (Avril 2004)

La municipalité de Srebrenica :

Depuis les accords de Dayton signés en 1995, le pays est un régime de type présidentiel et parlementaire, constitutionnel avec une présidence tripartite (Bosniaque, Serbe, Croate) sous laquelle il y a deux entités autonomes, la Fédération de Bosnie-Herzégovine (51 % du territoire) et la République Serbe de Bosnie Herzégovine(49 % du territoire). Srebrenica se trouve dans la République Serbe.

Ludovic CHAPELLE


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP