Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > La Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et la Serbie dans le Partenariat pour (...)

La Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et la Serbie dans le Partenariat pour la Paix de l’OTAN

jeudi 30 novembre 2006


Le sommet de l’OTAN, réuni à Riga a, contre toute attente, invité la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et la Serbie à rejoindre le Partenariat pour la Paix, marche-pied vers leur admission future comme membres de plein droit de cette organisation.

Ce pas en direction de l’intégration de ces pays aux structures euro-atlantiques avait jusqu’ici toujours été conditionné par l’arrestation et l’envoi à La Haye de Karadzic et de Mladic. Cette obligation reste bien inscrite dans le cahier des charges présenté aux nouveaux récipiendaires, mais ils en sont pratiquement exonérés, au moins pour le moment.

Nul doute que le cadeau soit d’abord adressé à la Serbie et la RS, où les deux grands criminels puisent leurs appuis, Mladic étant, de notoriété publique, établi et protégé en Serbie. Il s’agit, encore une fois, de tenter d’amadouer les dirigeants et l’opinion serbes, pour leur faire passer la pilule de la "perte" du Kosovo et les empêcher de verser dans l’extrémisme du parti de Seselj aux élections législatives du 21 novembre, opposé aux bons sentiments démocratiques de ses concurrents.

Si toutes les autorités internationales, ministres, ambassadeurs, Haut-Représentant se félicitent, comme les premiers intéressés, de la bonne nouvelle, celle-ci a tout de même provoqué, en Bosnie-Herzégovine, de la surprise et des interrogations. Tandis qu’ "Oslobodjenje" fait le lien avec la conjoncture politique serbe et le Kosovo, un journaliste du quotidien de Banja Luka "Nezavisne Novine" pose carrément la question de savoir si la levée de la condition de l’arrestation de Mladic et de Karazdzic n’envoie pas un dangereux message aux nationalistes.

Carla Del Ponte a, quant à elle, regretté la décision de l’OTAN qu’elle considère comme une récompense donnée au défaut de coopération avec le TPI.

Au train où vont les choses, et pour en revenir à la situation en Bosnie-Herzégovine engluée dans les marchandages sur le partage des postes à pourvoir après les élections, sans qu’il soit question des programmes à mettre en oeuvre, on peut craindre que l’Union européenne ne cède devant le chantage de Milorad Dodik sur la réforme de la police, ce qui signifierait le maintien du statu quo institutionnel et politique qui rend impossible tout progrès dans le pays. C’est aussi cela la prime donnée aux "modérés" qui, en Serbie comme en RS, ne le sont que nominalement.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP