Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > sur la B.H. > Poursuite de la crise en Bosnie-Herzégovine

Poursuite de la crise en Bosnie-Herzégovine

jeudi 27 janvier 2005


L’ancien ministre SDS Pero Bukejlovic, Premier ministre désigné par le Président de la RS, Dragan Cavic, continue ses consultations en vue de constituer un nouveau gouvernement de l’entité. Il semble qu’il entende utiliser tout le temps qui lui est imparti, soit 40 jours à partir du 8 janvier, ce qui l’amènerait au 15 février pour présenter son équipe. Il se dit assuré de réunir une majorité, mais rien n’est moins certain dans l’état de confusion qui règne dans les milieux politiques de Banja Luka, où chacun joue ses cartes et pose ses exigences. S’il peut compter sur son propre parti SDS et sur les radicaux (parti de Seselj), qui ne demandent que l’exclusion du gouvernement, du SDA, du SBiH (Silajdzic) et du SDP (Lagumdzija), les positions des autres formations représentées à l’Assemblée de la RS vont de l’hostilité déclarée au soutien conditionné. Le SNSD (sociaux-démocrates de Dodik), principale formation politique de la RS et le parti socialiste ont d’ores et déjà annoncé leur refus de soutenir Pero Bukejlovic, de même que le SDP, tandis que le PDP du Ministre des Affaires étrangères de B.-H. sortant, Mladen Ivanic, marchande sa participation et que le SDA réclame la sienne.

Les forces politiques dominantes dans la Fédération ne sont pas moins divisées entre elles que celles qui sont implantées en RS. C’est ainsi qu’une réunion initiée par le SDU (formation social-démocrate minoritaire), qui a rassemblé six partis, dont le SDA, le SBiH et le HDZ, pour contrer le rassemblement des six partis défenseurs de la RS et affirmer la vocation européenne de la Bosnie-Herzégovine, s’est heurtée au refus d’y participer d’autres partis , dont le SDP. Celui-ci, qui a mis en doute l’utilité d’une telle rencontre,opposant entité à entité, incline,selon Zija Dizdarevic dans « Oslobodjenje », à une alliance social-démocrate avec le SNSD. Mais celle-ci bute à son tour sur l’attachement persistant du parti de Dodik à l’existence de la RS. C’est pourquoi l’éditorialiste du quotidien de Sarajevo en revient encore à la question cruciale de savoir qui veut et qui refuse l’existence d’un Etat de Bosnie-Herzégovine et sur la « nécessité pour les autorités internationales de briser définitivement l’illusion d’une séparation de la RS de la Bosnie-Herzégovine ».

En attendant, le prochain épisode de la crise aura lieu le 1° février, avec la réunion prévue du Conseil des Ministres de B.-H. à laquelle participeront ou non ses membres issus de la RS,qui ont vivement été invités par le Haut-Représentant à faire acte de présence.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP