Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > sur la B.H. > Pas de réforme de la police, pas d’Europe

Pas de réforme de la police, pas d’Europe

samedi 13 octobre 2007


L’échec d’une ultime formule de compromis sur la réforme de la police, établie par les partis croates, a fait disparaître la dernière chance de conclusion prochaine de l’Accord de stabilisation et d’association qui aurait ouvert la porte de l’Union européenne à la Bosnie-Herzégovine.

Le semblant d’accord qui était intervenu à ce sujet entre Milorad Dodik et Haris Silajdzic avait été jugé insatisfaisant par les autorités de Bruxelles et vivement rejeté par la majorité des partis de la Fédération, y compris par le SDA, pourtant allié du SBiH dirigé par Silajdzic.

Le rapport que Miroslav Lajcak présentera le 15 octobre au Conseil des ministres de l’Union européenne constatera cette absence d’entente entre les dirigeants bosniens.

Le porte-parole du Haut-Représentant, tout en constatant les réticences d’autres acteurs à parvenir à un accord, a rejeté la responsabilité principale de cet échec sur les dirigeants de la RS, qui ont refusé de mettre en oeuvre le premier principe de la réforme, celui de la compétence exclusive des organes centraux de l’Etat quant à la législation et au budget de la police, principe qui avait été unanimement accepté il y a deux ans.

Le commissaire européen à l’élargissement Olli Rehn a exprimé sa déception et souligné que la Bosnie-Herzégovine risquait ainsi de se trouver isolée parmi tous les autres Etats de la région, en meilleure position qu’elle vis à vie de l’Union européenne.

Cette observation soulève le cas de la Serbie à propos duquel le Conseil de l’Union aura aussi à se prononcer, en fonction notamment du rapport que lui fera Carla Del Ponte sur la coopération de Belgrade avec le TPIY. Les dernières appréciations de la Procureure en chef étaient plutôt mitigées, insistant autant sur les insuffisances que sur les progrès supposés des autorités serbes, mais on en saura plus le 15 octobre. Le paradoxe serait que la Serbie se voit accorder un brevet de bon élève de la classe européenne alors que Mladic continue de séjourner sans risque en Serbie. Il est vrai que comme preuve de sa bonne volonté, le gouvernement serbe vient d’offrir une prime d’un million d’euros pour tout renseignement qui permettrait son arrestation ....

Il est fort possible que l’Union européenne se satisfasse de ce geste, de nombreux gouvernements , parmi lesquels ceux d’Italie,d’Espagne et de pays voisins de la Serbie, poussant à une politique d’apaisement à l’égard de Belgrade, dans l’espoir, bien vain, que la récompense de l’intégration à l’Europe suffise à calmer la douleur de la "perte" du Kosovo. Au nom de l’unité de la famille européenne, toutes les capitulations sont envisageables.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP