Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > En Serbie, accord in extremis entre Tadic et Kostunica

En Serbie, accord in extremis entre Tadic et Kostunica

vendredi 11 mai 2007


Devant la levée de boucliers provoquée, au plan intérieur et plus encore à l’échelle internationale, par l’élection à la Présidence de Parlement serbe de l’ultra-nationaliste Tomislav Nikolic, dirigeant du Parti radical de Vojislav Seselj, dont le procès est en cours à La Haye, le Président de la République de Serbie Boris Tadic et le Premier ministre sortant, Vojislav Kostunica, sont parvenus à un compromis pour former un gouvernement avant la date butoir du 15 mai, au-delà de laquelle de nouvelles élections auraient été obligatoires. Cet accord devrait conduire Tomislav Nikolic à abandonner son fauteuil présidentiel et effacer ,en apparence, le scandale qu’a soulevé l’alliance des nationalistes dits" modérés" du Parti démocrate de Serbie (DSS) de Kostunica avec les partis de Milosevic et de Seselj, directement responsables des guerres yougoslaves et des crimes de masse qui les ont caractérisées.

La constitution d’un gouvernement des partis réputés "démocrates et proeuropéens", était exigée par les autorités européennes pour que puissent reprendre les discussions entre Bruxelles et Belgrade en vue de la conclusion d’un Accord de stabilisation et d’association, avec tous les avantages politiques et économiques qui s’y rattachent pour la Serbie La très forte pression qui s’est exercée sur les dirigeants serbes et surtout sur Kostunica pour qu’il répudie son alliance avec les radicaux a abouti à ce que le Premier ministre , qui conservera son poste, cède sur sa volonté de conserver le contrôle exclusif des organes de sécurité de l’Etat. Ceux-ci devraient tomber sous la direction conjointe du Président de la République Boris Tadic et du Ministre de l’Intérieur, membre du parti de Vojislav Kostunica.. L’enjeu du conflit qui opposait les deux têtes de l’exécutif est en effet crucial dans la perspective de l’arrestation de Mladic, qui demeure la condition posée par les Européens à la poursuite du processus de rapprochement de la Serbie de l’UE. La question, qui reste entière, est de savoir si l’Union européenne continuera de réclamer l’arrestation de Mladic comme préalable à la reprise des négociations ou si elle se contentera des assurances que leur prodiguera sans doute Belgrade, malgré l’ambiguïté qui pèse sur la volonté réelle des dirigeants serbes à se conformer à leurs obligations.

On peut en effet douter de la solidité de l’accord réalisé entre Tadic et Kostunica. Outre leurs attitudes respectives à l’égard de Mladic, ils sont très divisés sur la question du Kosovo malgré leur rejet, commun à la grande majorité de la classe politique serbe , de toute solution d’indépendance pour ce territoire. Sur ce sujet, les véritables alliés de Kostunica se trouvent du côté des radicaux et du SPS, partisans de la rupture et de l’alliance russe, plutôt que des "démocrates proeuropéens" qui feraient passer l’Europe avant le Kosovo. C’est en cela que le coup, cette fois manqué, de l’élection de Nikolic risque de se renouveler avec plus de succès et annonce de nouveaux dangers pour la région.

L’ "heureux" dénouement de cet épisode qui a secoué la Serbie permet pour le moment à celle-ci de prendre, comme prévu par le règlement, la Présidence du Comité des ministres du Conseil de l’Europe, un instant vacillante, ce qui donnera au ministre des Affaires étrangères de Serbie Vuk Draskovic l’occasion de se livrer aux déclarations lyriques qu’il affectionne en faveur du respect universel des droits de l’homme.

L’autre conclusion que l’on pourrait tirer de l’histoire est que, si elles le voulaient, la "Communauté internationale" et particulièrement l’Union européenne, pourraient utilement influencer, dans le bon sens, le cours des évènements dans les Balkans, car elles disposent des moyens de le faire.

Association Sarajevo

.


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP