Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > sur la B.H. > Plavsic, Bildt et l’Union européenne

Plavsic, Bildt et l’Union européenne

mercredi 28 octobre 2009


De nombreux observateurs ont relevé la coïncidence entre la libération de prison de Biljana Plavsic et l’ouverture du procès de Radovan Karadzic devant le Tribunal pénal international de La Haye. L’ancienne présidente des Serbes de Bosnie, condamnée pour crimes contre l’humanité, a dans des interviews données à la presse suédoise, déclaré que l’aveu de ses crimes contre le retrait du chef d’accusation de génocide avait juste été motivé par le désir d’alléger sa peine. Son prédécesseur à la tête de la "République serbe" de Pale, fait tout pour que son procès tourne à la farce, et il y parviendra peut-être si le Tribunal ne réagit pas vigoureusement.

Une autre coïncidence est que celui qui a joué un rôle déterminant dans la libération de Biljana Plavsic pour "bonne conduite" n’est autre que le ministre des Affaires étrangères de Suède, Carl Bildt, qui inspire actuellement la politique de l’Union européenne en direction de la Bosnie-Herzégovine. En signe de protestation contre la recommandation du gouvernement de Stockholm, le Président de la Présidence de BH, Zeljko Komsic, a annulé la visite qu’il devait faire en Suède. L’attitude de Carl Bildt est par ailleurs sévèrement jugée en Suède même où le député Thomas Bodstrom, Président de la commission de la justice du Parlement, a dénoncé un conflit d’intérêt du fait que celui qui avait participé à la décision de libérer B. Plavsic avait aussi été cité à son procès comme témoin de la défense.

La réunion du 27 octobre des ministres des Affaires étrangères de l’UE a confirmé, s’il était besoin, que la politique bosnienne de Bruxelles demeurait inchangée. L’échec de Butmir n’a pas poussé les ministres européens à imaginer une autre approche de règlement du problème de la Bosnie que celle des palabres sans fin entre interlocuteurs en désaccord sur tout. Selon le journal "Dnevni Avaz", Carl Bildt se serait exprimé en ces termes : "Nous ne ferons rien maintenant. Nous espérons que la Bosnie-Herzégovine fera quelque chose. C’est leur pays. Si les dirigeants bosniens peuvent s’asseoir et discuter pour aller vers l’UE au même pas que les autres pays des Balkans, nous les soutiendrons"

De tels propos ne peuvent que conforter la position de Milorad Dodik, qui d’un côté va faire ramener en avion officiel la théoricienne de la "purification ethnique" présentée en héroïne, et de l’autre invite à Banja Luka tous les partis bosniens à des discussions hors de la présence étrangère, sur des bases aussi inébranlables pour lui qu’inacceptables pour les autres. Seul le président du HDZ-BiH, Dragan Covic, a répondu favorablement à cette offre, ce qui peut laisser entrevoir un accord à deux prévoyant la création d’une confédération de trois entités auxquelles s’ajouterait un district de Sarajevo, projet qui rappelle celui concocté en son temps par Milosevic et Tudjman pour se partager le pays.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP