Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > sur la B.H. > La R.S. et la Serbie

La R.S. et la Serbie

dimanche 25 mai 2003


Les rapports entre l’Etat de Serbie-Monténégro et la Bosnie-Herzégovine sont de nouveau à la une après la récente déclaration du Premier ministre de Serbie, Zoran Zivkovic, selon laquelle la sécession du Kosovo remettrait en cause les frontières de la Republika Srpska.Cette déclaration a été interprétée comme une tentative d’annexion de cette entité par le nouvel Etat de Serbie-Monténégro.

On laisse pourtant aussi entendre qu’au cas où Sarajevo accepterait de retirer la plainte qu’elle a déposée contre l’ancienne RF de Yougoslavie auprès de la Cour internationale de justice, Belgrade pourrait ne pas s’opposer à la suppression de la RS. Borislav Paravac, qui préside actuellement la présidence de la B-H, a déclaré que la RS n’avait pas été créée par la Serbie et le Monténégro mais au terme d’une guerre civile, en tant qu’expression de la volonté du peuple serbe de B-H. Ceci malgré le fait qu’il est évident que la RS n’aurait jamais été créée s’il n’y avait pas eu le régime de Slobodan Milosevic et l’agression de l’ancienne armée yougoslave et des unités paramilitaires serbo-monténégrines contre la B-H. En ce qui concerne l’évocation d’une guerre civile, tant les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU que les actes d’accusation et jugements présentés à La Haye ne parlent que d’agression et de génocide. Paravac a accusé Belgrade d’essayer de déstabiliser la B-H et de remettre en cause les accords de Dayton. Les dirigeants du SDS ont eux aussi qualifié la déclaration de Zivkovic d’atteinte à Dayton, ajoutant que l’information sur une éventuelle suppression de la RS était totalement infondée.

Ce brusque attachement à la stabilité de la B-H et à Dayton n’est pas dû à une soudaine affection pour l’Etat bosniaque, mais à la crainte de voir la RS remise en question. Ce qui est nouveau, c’est que cette entité refuse maintenant d’être rattachée à la Serbie. Ceux qui détiennent le pouvoir en RS ne veulent plus le partager avec leurs "frères", mais au contraire préserver leur entité comme une sorte de Piémont panserbe. Le SDS n’a pas apprécié le changement de situation en Serbie, ni le règlement de comptes avec les reliquats du régime de Milosevic. On pourrait dire que comparée à la RS, la Serbie est en fait multiethnique. Aussi les partisans de Karadzic préfèrent-ils rester tous ensemble chez eux et renoncer à cette étreinte fraternelle.

Article de Zija D. paru le 23.05.2003 dans "Oslobodjenje"


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP