Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > Evasion, a Foca, d’un condamné pour crimes de guerre

Evasion, a Foca, d’un condamné pour crimes de guerre

lundi 28 mai 2007


A Foca, en RS, Radovan Stankovic, condamné le mois dernier à vingt ans d’emprisonnement par le Tribunal bosnien chargé des crimes de guerre, pour viols en série, esclavage et torture de civils pendant la guerre de 92-95, s’est échappé en faussant compagnie à neuf gardiens sur le trajet qui le menait de la prison à l’hôpital pour une visite chez le dentiste. Son procès avait été le premier délégué par le TPI aux autorités bosniennes.

A Belgrade, des manifestants membres du parti radical de Vojislav Seselj qui attend son procès à La Haye, ont apposé des plaques au nom de Ratko Mladic pour les substituer à celles de Zoran Djindjic sur la voie qui porte, depuis peu, le nom de celui-ci. Ils en ont aussi posé sur l’immeuble de la télévision B 92. Ces démonstrations, lancées à l’appel du parti radical, sont considérées par le ministre de l’intérieur Dragan Jocic, qui appartient au Parti démocratique de Serbie du Premier ministre Vojislav Kostunica, comme entrant dans le cadre légal de la liberté d’expression.

Toujours à Belgrade, le ministre des Affaires étrangères serbe Vuk Jeremic, réitère devant la Commission permanente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe que la Serbie préside pour six mois, la détermination de son gouvernement à coopérer pleinement avec le TPI pour trouver, arrêter et extrader tous les accusés , ce qu’il considère comme une "obligation internationale" et un "devoir moral" de la Serbie. L’ancien ministre des Affaires étrangères Goran Svilanovic estime que l’attitude du gouvernement à l’égard des mouvements déclenchés par les radicaux sera un test de sa capacité à tenir ces engagements.

En Bosnie, la découverte de deux nouveaux charniers, contenant les restes de 28 civils croates et bosniaques à Sokolac, près de Sarajevo, et de 6 bosniaques, près de Prijedor, comme la persistance des revendications insatisfaites des familles des victimes de Srebrenica, comme aussi les contre- accusations fusant du côté des dirigeants de la RS, rappellent le besoin de vérité et de justice sans lesquelles rien ne pourra se faire pour reconstruire le pays.

A Washington, les discussions entre Dodik et Silajdzic menées sous l’égide de la diplomatie américaine, se sont soldées par un échec, achoppant sur les sempiternelles questions de la police et de la constitution. Dans sa défense d’une quasi-indépendance de la RS, qu’il justifie par son désir de protéger les Serbes de Bosnie d’une domination islamique représentée maintenant par la menace "wahabbiste", le chef du gouvernement de Banja Luka, ne fait que reprendre la rhétorique des initiateurs de la guerre, ceux là mêmes qui ont été mis en accusation par le TPI, jugés, condamnés ou encore en fuite.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP