Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > Europe du Sud-Est > La drôle de victoire des proeuropéens aux élections en Serbie

La drôle de victoire des proeuropéens aux élections en Serbie

lundi 12 mai 2008


L’inattendu et spectaculaire écart en voix et en sièges que les démocrates de Tadic ont creusé aux dépens des radicaux de Nikolic semble avoir masqué aux commentateurs locaux et étrangers, qui célèbrent la grande victoire des proeuropéens aux élections en Serbie, la réalité des chiffres qui, selon les dernières informations, sont les suivants :

Démocrates et alliés de Boris Tadic : 38,75 % des voix 102 sièges

Radicaux de Tomislav Nikolic (parti de Seselj) 29,22 77 sièges

Coalition dirigée par Vojislav Kostunica 11,34 30 sièges

SPS et alliés (parti de Milosevic) 7 ;57 20 sièges

LDP (Cedomir Jovanovic) 5,30 14 sièges

Partis de minorités nationales 3,17 7 sièges

Ces résultats, loin de l’euphorie entretenue par la coalition démocratique largement arrivée en tête après avoir craint le pire, donnent une majorité aux partis qui se sont prononcés contre la signature de l’Accord de stabilisation et d’association avec l’Union européenne:77+30+20 font incontestablement 127, soit plus de la moitié de 250, nombre des députés qui composent l’Assemblée nationale.

Le porte-parole du DSS, Parti démocratique de Serbie, du Premier ministre sortant Kostunica, a d’ores et déjà annoncé que des discussions allaient s’engager entre son parti, les radicaux et le SPS, qui partagent depuis longtemps une même orientation antieuropéenne et prorusse et un même positionnement sur le Kosovo, qui cimenteraient leur entente pour la formation d’un gouvernement majoritaire à l’Assemblée.

Le Président Boris Tadic, fort de son succès incontestable mais relatif, est certes, par ses prérogatives constitutionnelles, en mesure d’orienter la formation du prochain gouvernement pour tenter de déjouer cette combinaison et d’en fabriquer une autre, à sa main. Mais quelle que soit la formule envisagée, cabinet minoritaire ou nouvelle coalition gouvernementale majoritaire, il lui faudrait pour réussir, obtenir le soutien d’une des formations antieuropéennes. Un rapprochement avec les radicaux étant impensable et les ponts avec Kostunica ayant été coupés, il ne lui resterait d’espoir que du côté du SPS, ou du moins de quelques députés des petits partis associés à celui-ci, comme le "parti des retraités".Mais outre que ce genre de manœuvres risquerait de lui retirer le soutien indispensable du LDP, ce serait vouloir faire barrage à Seselj à l’aide des nostalgiques de Milosevic. Exaltante perspective démocratique et européenne, riche de promesses, en particulier pour l’arrestation et l’envoi à La Haye des criminels de guerre ou le relâchement des tensions au Kosovo !

Il y a de quoi modérer les manifestations d’enthousiasme prodiguées par Bruxelles et les capitales européennes, Paris n’étant pas en reste. La principale hantise des responsables internationaux, celle du triomphe des radicaux, étant pour le moment écartée,il leur sera bien temps, plus tard, de se pencher sérieusement sur les résultats de ces élections.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP