Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > Europe du Sud-Est > Arrestation de Stojan Zupljanin

Arrestation de Stojan Zupljanin

jeudi 12 juin 2008


Stojan Zupljanin, l’un des quatre fugitifs encore recherchés par le TPI, avec Radovan Karadzic, Ratko Mladic et Goran Hadzic, a été arrêté le 11 juin dans un appartement de Pancevo, près de Belgrade. Il devrait être prochainement transféré à La Haye.

Il est accusé de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre pour tortures, persécutions, meurtres, mauvais traitements, actes inhumains et destruction, commis notamment dans le nord-ouest de la Bosnie.

Cette arrestation a été immédiatement saluée en BH, en Serbie et par les autorités internationales, dont celles de Bruxelles, les uns y voyant la preuve de la collaboration effective de la Serbie avec le TPI, les autres de celle que le gouvernement de Belgrade est parfaitement en capacité de respecter ses obligations, s’il le veut. C’est cette dernière interprétation qui ressort de la déclaration du Procureur du TPI, Serge Brammertz, selon lequel cet événement confirme que " les fugitifs restants sont à portée de main en Serbie"

Ce geste des services de sécurité serbes intervient au lendemain de l’annonce par le gouvernement néerlandais, qu’au vu du rapport négatif que le Procureur a très récemment présenté au Conseil de Sécurité, il ne soumettrait pas l"Accord de stabilisation et d’association entre l’UE et la Serbie, à la ratification de son parlement. Il tombe aussi à un moment où se poursuivent à Belgrade de tortueuses négociations sur la formation d’une nouvelle majorité parlementaire et gouvernementale incluant le SPS (parti de Milosevic) au côté des démocrates du Président Tadic et leurs alliés. Le SPS, qui opère sans guère de scrupules- faut-il s’en étonner ?- un renversement de ses alliances, ira-t-il jusqu’ à accepter l’envoi à La Haye de ressortissants serbes, ce qu’il a jusqu’à maintenant refusé ? Sa vice-présidente, Slavica Djukic-Dejanocic, a réaffirmé que son parti contestait la légitimité du TPI. L’acquittement par le tribunal de Pozarevac de Marko Milosevic, fils de son père, faute de preuves suffisantes de son implication dans des violences faites à des militants du mouvement "Otpor" en 2000, ne serait qu’une concession mineure au regard des exigences des dirigeants de ce parti, bien avancés pour obtenir beaucoup plus, et principalement leur réhabilitation comme acteurs politiques fréquentables de la scène nationale et internationale.

Il semble maintenant presque acquis que Boris Tadic parviendra à constituer une majorité dite démocratique et proeuropéenne, avec la participation du SPS (qui ne renie pas la politique de Milosevic) et d’anciens compagnons du criminel Arkan. Les dirigeants du LDP (13 députés sur 250), et l’autonomiste de Voïvodine, Nenad Canak, vieil et farouche adversaire de Milosevic élu sur la liste du bloc démocrate, qui s’évertuent à expliquer que leur soutien parlementaire ne concerne que l’entrée dans l’Union européenne, ont du mal à se faire entendre du petit carré de l’opposition résolument antinationaliste, déconcerté par la brusque recomposition du paysage politique serbe.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP