Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > sur le TPI > Un nouveau mandat d’arret contre Mladic

Un nouveau mandat d’arret contre Mladic

vendredi 9 mai 2003


Le 101ème mandat d’arrêt contre le criminel de guerre Ratko Mladic vient d’être signé par Boris Tadic, ministre de la défense de l’Etat de Serbie-Monténégro. Si j’ai bien compris la teneur de ce texte, les militaires se verraient dans l’obligation, s’ils apprenaient quelque chose de nouveau sur cet individu recherché par La Haye, d’en informer leurs supérieurs. Mais ce n’est pas tout. Ce nouveau mandat prévoit aussi d’autres possibilités ; par exemple si certains des accusés de crimes de guerre se retrouvaient par hasard dans une caserne, un véhicule de l’armée, un navire de guerre ou même - imaginez ! - dans un avion militaire !? Dans ce cas, est-il stipulé, les soldats seront tenus de mettre aux arrêts l’individu en question et de l’emmener au plus vite là où, en fait, il devrait être. Cet épisode semble sorti tout droit de la légendaire série télévisée "Allo-Allo" !. Mais comme pour conjurer le sort, le ministre Tadic a déclaré à cette occasion qu’à son avis Ratko Mladic déciderait de se rendre lui-même. Dans le cas contraire, s’il est retrouvé sur le sol de l’Etat de Serbie-Monténégro, il sera arrêté sur-le-champ et transféré à La Haye. Le problème est donc le suivant - le général Mladic se trouverait-il "sur notre territoire" ?. On sait que jusqu’ici il était en Serbie, protégé par l’armée dont le commandant en chef était Vojislav Kostunica ; ce que Belgrade vient précisément de reconnaître officiellement. "Que Carla del Ponte nous donne son adresse et nous l’arrêterons immédiatement ", avait déclaré en son temps et avec un certain cynisme le ministre de l’intérieur serbe Dusan Mihajlovic. Carla s’était alors précipitée à Belgrade et avait remis l’information requise. Elle fut raccompagnée par des sourires ironiques, puis vint une nouvelle déclaration de Monsieur le Ministre. "Nous avons vérifié. M. Mladic ne se trouve pas à cette adresse". Et ainsi de suite. Le ministre de la défense Boris Tadic tire les mêmes ficelles, leur efficacité ayant déjà été prouvée. Lui non plus, n’a aucune idée où se trouve Mladic et qui le protège. Toujours la loi de l’omerta. Quant à Tadic, il ne demande qu’une chose, ne pas être mêlé à toute cette histoire.

Gojko Beric


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP