Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > élections 2002 > Au lendemain des élections en Bosnie-Herzégovine

Au lendemain des élections en Bosnie-Herzégovine

VICTOIRE DES PARTIS NATIONALISTES

lundi 5 août 2002


De nouvelles élections ont eu lieu en Bosnie-Herzégovine au niveau de l’Etat, les septièmes depuis la fin de la guerre. La fréquence des scrutins est due au fait que la communauté internationale, en changeant souvent les instances au pouvoir, tente de trouver la meilleure solution pour venir à bout des problèmes nationaux et économiques qu’elle n’est pas en mesure de résoudre elle-même dans le cadre de son protectorat. Il est cependant évident que les citoyens en ont plus qu’assez de se voir convoquer aux urnes de manière quasi permanente depuis déjà sept ans, ce qui explique le dernier taux de participation, particulièrement bas - 51% en Republika srpska, 54 % en Fédération de B-H. Fait plus significatif encore, tout semble indiquer que ce sont les jeunes surtout qui ont boycotté les élections. On a d’ailleurs pu se rendre compte, en visionnant les nombreux reportages sur le déroulement du vote, que les files d’électeurs étaient composées en majeure partie de personnes âgées. Selon les données de l’organisation chargée du suivi des élections, presque 75% des votants avaient plus de quarante ans. Ajoutons, pour compléter cette image, que 10% à peine des jeunes ayant atteint leur majorité au cours des deux dernières années sont venus voter. La raison de cette abstention, celle des jeunes surtout, est due au fait qu’ils en ont tous assez de ces campagnes électorales et des innombrables promesses (non tenues) de l’ensemble des politiciens et des partis - toujours identiques à eux- mêmes.

Pour ce qui est des résultats, force est de constater que, dans la Fédération de B-H, ce sont les partis nationalistes durs qui l’ont remporté, et qu’en Republika Srpska, le SDS (Parti démocratique serbe) est resté le parti prédominant. Cependant, le parti des sociaux-démocrates indépendants (SNDS) de l’ancien Premier ministre réformateur, Milorad Dodik, a fortement progressé, ce que certains interprètent comme une avancée des forces modérées dans cette entité. Ces élections ont été les premières à être organisées par les pouvoirs locaux ; par ailleurs le mandat des députés et présidents a été prolongé (quatre ans au lieu de deux). Fait particulièrement important, ces élections ont jeté les bases d’une nouvelle Bosnie-Herzégovine, fondée sur l’égalité des trois peuples sur tout son territoire. Conformément à la décision sur la constitutivité des trois peuples, le principe d’une représentation multinationale a été réintroduit dans les gouvernements des entités. Ce qui revient à dire que, quels que soient les résultats, sur les seize ministres que comptera le gouvernement de la RS, huit seulement seront serbes. Il y aura, dans le gouvernement de la F-B-H, sept ministres boshniaques, 5 croates et trois serbes, plus un représentant "des autres". Ceci pour éviter que, dans les plus hautes instances constitutionnelles, l’un des peuples puisse détenir à lui seul plus de 51 % des voix. On espère ainsi qu’il y aura moins de décisions nationales radicales. En effet, pour toute prise de décision, la majorité nationale relative devra avoir obtenu l’accord d’au moins un des autres ministres.

Outre les députés au parlement de l’Etat et aux parlements des entités, les électeurs ont élu les membres de la Présidence de B-H (chef d’Etat collégial) et le nouveau président de la Republika Srpska. Les membres de la Présidence collégiale sont Dragan Covic, Croate (HDZ) : Mirko Sarovic, Serbe, (SDS), et Sulejman Tihic, Bosniaque, (SDA) - il n’a d’ailleurs obtenu que deux mille voix environ de plus qu’Haris Silajdzic (Parti pour la B-H).

C’est le SDA qui a remporté le plus grand nombre de sièges au Parlement de l’Etat de B-H (32%), suivi du HDZ, du SDP et du Parti pour la B-H, qui ont tous récolté à peu près le même nombre de suffrages. Les autres partis n’ont obtenu aucun siège. En Republika srpska, c’est le SDS qui l’a emporté (37%), devant le SNSD (24,8%) et le PDP (11,2%). La situation est pratiquement la même dans les parlements des entités.

En Fédération de B-H, les petits partis ont été vaincus. En effet, "La Nouvelle initiative croate" (de K. Zubak), le Parti libéral (de R. Kadic) et le Parti démocratique citoyen (de I. Spahic), ont perdu leurs sièges au Parlement, alors qu’ils avaient été les seuls, pendant des années, à faire "pencher la balance" et avaient fait partie de tous les gouvernements - de l’époque du SDA jusqu’à la dernière prise du pouvoir par le SDP. Certains diront que c’est là le "châtiment" infligé à ces partis pour avoir essayé de séduire les électeurs des partis nationalistes en critiquant leurs partenaires membres de la coalition au pouvoir - le SDP - et aussi pour n’avoir pas suffisamment défendu les intérêts nationaux ou boshniaques.

En Republika Srpska, le Parti radical serbe (V. Seselj), le Parti socialiste et l’Union démocratique populaire ont réussi à se " se faufiler " dans le Parlement en dépassant tout juste la barre des 3 %.

Paddy Ashdown, Haut représentant de la communauté européenne en B-H, a commenté les résultats des élections en déclarant que, dans les deux entités, les pouvoirs n’avaient pas été suffisamment constructifs et se voyaient ainsi punis. Il a ajouté qu’il ne pensait pourtant pas que la B-H avait fait un pas en arrière et a exprimé l’espoir que le processus de réforme se poursuivrait.


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP