Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > Inauguration de la nouvelle Présidence de BH

Inauguration de la nouvelle Présidence de BH

mardi 7 novembre 2006


Après les retentissantes déclarations de Carla Del Ponte dans "Paris-Match" de la semaine dernière, qui ont reçu un large écho en Bosnie, le président du TPIY, Fausto Pocar a, à son tour, vivement critiqué, dans une interview au quotidien de Sarajevo, "Dnevni Avaz", les autorités de Serbie et de RS, accusées d’ avoir manqué à leurs promesses de trouver et d’ arrêter Mladic et Karadzic. Il a demandé que le Tribunal de la Haye ne soit pas fermé avant l’arrestation de ces deux inculpés.

Si les deux principaux responsables des atrocités massives commises en BH demeurent toujours hors d’atteinte de la justice internationale, les tribunaux bosniens sont maintenant à la tâche pour traiter des cas on n’ose dire "secondaires". Deux officiers de l’armée serbe de Bosnie viennent d’être condamnés à 26 et 12 ans de prison et le procès de Momcilo Mandic, ancien ministre de l’intérieur et de la justice de RS, accusé de crimes de guerre ou crimes contre l’humanité, commencera le 13 novembre, tandis que des officiers du HVO croate et de l’armée de BH sont poursuivis sous le même chef d’accusation. Parmi ces derniers figure un ancien commandant de la brigade "Hamza", Sefik Alic, suspecté de crimes commis contre des Serbes pendant l’opération "Tempête".

La nouvelle présidence collégiale de Bosnie-Herzégovine a été installée dans ses fonctions à Sarajevo le 6 novembre en présence des corps constitués, des autorités religieuses et des représentations diplomatiques étrangères, en l’absence toutefois du Premier ministre de RS, Milorad Dodik et d’autres dirigeants de l’entité serbe, empêchés de participer à la cérémonie par un incident technique qui a affecté le vol de leur avion. C’est le membre serbe de la présidence Nebojsa Radamnovic, qui a pris le premier, à son tour, le titre et la fonction de Président. Le Haut-Représentant Christian Schwarz-Schilling avait auparavant averti que les membres de la Présidence devaient représenter l’ensemble des citoyens bosniens et non chacun son "peuple", mais il semble qu’il ait quelque mal à se faire entendre si l’on en juge par la diatribe lancée par le journal "Vecerji List" contre le membre croate de la Présidence Zeljko Komsic, accusé d’avoir prononcé son allocution en "bosniaque" et non en "croate". Le journaliste Rober Bubalo a rappelé à celui-ci, dans son interprétation des accords de Dayton, que "son devoir était d’être un vrai Croate et le premier Croate du pays, en défendant, avant tout, les intérêts croates et d’essayer d’être aimé par les Croates et non par les habitants de Sarajevo".

Le ton de cette mise en garde, qui n’est pas propre au journaliste en question, mais qui, à des degrés divers, caractérise l’orientation des partis majoritaires en BH, donne un avant goût des difficultés qui attendent la constitution des équipes gouvernementales au niveau de l’Etat. L’une des iconnues porte sur le type de rapports qui s’établiront entre le SNSD de Dodik et le SBiH de Silajdzic fort de son accession à la Présidence de BH, qui ont construit leurs succès sur leurs antagonismes proclamés. En jouant sur les mots, ils noueront peut-être des "partenariats" de fait et non des "coalitions" supposant des objectifs communs.

A quoi s’ajoute la grave crise qui traverse le SDA où son dirigeant, Sulejman Tihic, est vivement attaqué par l’aile radicale du parti soutenue par le chef de la Communauté islamique Mustafa Ceric, qui a lui-même largement contribué à la victoire de Silajdzic. Il est notamment reproché à Tihic de vouloir éloigner le SDA d’une ligne purement "bosniaque", et de pencher vers une alliance avec le SDP, principale formation multinationale du pays.

Toutes ces incertitudes laissent présager de longues tractations pour parvenir à des accords purement formels, qui ne sortiront pas le pays de son bourbier. Le rapport attendu de la Commission européenne qui repoussera l’intégration des Balkans occidentaux à l’Union européenne à des temps meilleurs ne fera que confirmer l’état d’abandon dans lequel se débat la Bosnie-Herzégovine.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP