Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Points de vue de l’Association > Elections locales en Serbie

Elections locales en Serbie

mercredi 22 septembre 2004


Le premier tour des élections municipales qui s’est tenu en Serbie le 19 septembre, avec la plus faible participation des électeurs (35 %), relevée depuis 1990, a été marqué par la bipolarisation des forces politiques entre le parti démocrate (DS), du Président Boris Tadic et le parti radical ultranationaliste (SRS) de Tomislav Nikolic, successeur de Vojislav Seselj, en prison à Scheveningen.

Le Parti démocrate devance généralement le SRS dans les grandes villes, mais de peu. Les électeurs du DSS,de l’actuel Premier Ministre Vojislav Kostunica, dont les résultats confirment qu’il est sur une pente descendante, et ceux des autres partis de la coalition gouvernementale, feront la différence au deuxième tour, qui aura lieu le 3 octobre. Ils auront à choisir entre l’option de l’ouverture européenne que leur proposent les héritiers de Djindjic et celle d’une ligne nationaliste dure, telle que vient de la confirmer Tomislav Nikolic en réaffirmant son attachement à la réunion de tous les Serbes dans un même Etat, par l’annexion à la Serbie, ouvertement revendiquée, de la Republika Srpska et de la Krajina croate.

A Belgrade, où comme à Nis, Novi-Sad et Kragujevac, le maire est désormais directement élu par le corps électoral, le candidat du Parti démocrate a obtenu 33 % des voix, celui des radicaux 29 et celui du DSS,15, ce qui indique que rien n’est joué pour le second tour.

La Voïvodine, où le SRS l’a emporté dans la capitale Novi-Sad avec 42 % des voix, présente une configuration électorale particulière, sur fond de recrudescence d’incidents interethniques, mettant en cause l’importante minorité hongroise, mais pas seulement elle, selon l’avis autorisé du Comité Helsinki des droits de l’homme. La Voïvodine demeure en effet, malgré le départ de nombreux Hongrois et Croates une terre de cohabitation de multiples minorités. Les élections à l’assemblée provinciale, qui se sont déroulées le même jour que les municipales ont donné 31 % des voix au SRS, 21 au DS, 11 à la Ligue des Hongrois de Voïvodine et 9 aux autonomistes d’ « Ensemble pour la Voïvodine ».

La Hongrie, maintenant membre de l’Union Européenne, use de toute son influence pour faire respecter les droits de ses nationaux, par des démarches auprès du gouvernement serbe qui cherche à minimiser la gravité de la situation, mais aussi et surtout par l’entremise des autorités de Bruxelles, Conseil de l’Union et Parlement européen, qui se sont saisies de la question.

La Serbie reste ainsi, avec la nécessité de procéder aux profondes réformes intérieures qui conditionnent son avenir, face aux problèmes hérités de l’ère Milosevic, qu’il s’agisse du respect des droits de ses minorités, de la reconnaissance des limites extérieures de son Etat avec la Bosnie, le Kosovo et le Monténégro ou encore de la lancinante question de sa coopération effective, toujours promise mais jamais mise en œuvre, avec le TPI.

Le deuxième tour des élections municipales, s’il ne donnera aucune réponse claire à toutes ces interrogations, apportera peut-être un indice de ce que pourrait être l’évolution de la société serbe dans la prochaine période.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP