Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > Europe du Sud-Est > La Bosnie attend toujours dans son coin que d’autres décident de son (...)

La Bosnie attend toujours dans son coin que d’autres décident de son sort

samedi 21 décembre 2002


La nouvelle de l’admission de dix nouveaux membres à l’UE au mois de mai 2004, conformément à la décision prise à Copenhague par le Sommet de l’Union européenne, événement d’importance continentale et planétaire, a été accueillie dans une indifférence totale par les pouvoirs et médias de Bosnie-Herzégovine. Dans aucun des grands quotidiens du pays cette information n’a eu droit à la première page. Il eut été logique que la Présidence, ou (et) le Ministère des affaires étrangères de B-H réagissent rapidement, surtout par rapport à la partie du document évoquant l’Etat de B-H. Cette indifférence, maladive presque, est l’expression de l’état d’esprit général de la société et de la douloureuse réalisation du fait que nous ne représentons pas grand chose face à ces changements spectaculaires.

Il a donc été décidé, à Copenhague, d’élargir l’Union européenne et d’accueillir dix nouveaux pays, si bien que d’ici un an et demi celle-ci devrait compter vingt-cinq membres. La marche triomphale de l’Ouest vers l’Est se poursuit sur les ruines de l’URSS et des autres régimes communistes, alors que la Slovénie, ancienne République de la RSFY, fait partie des membres qui seront prochainement admis. Les portes ont également été grandes ouvertes à deux petits pays méditerranéens, dont Chypre - toujours divisée - et ce bien plus que ne l’est la B-H. Elle est pourtant la bienvenue à l’UE. On annonce l’admission de la Roumanie et de la Bulgarie pour 2007 et aussi, sans doute, de la Croatie. Le cas de la Turquie doit faire l’objet d’un examen particulier, ce qui est important pour la B-H, en raison du facteur islamique, objet d’une véritable aversion de la chrétienté. Il est évident que l’on craint d’accueillir un Etat islamique (euroasiatique), même s’il s’agit d’un Etat laïc, car cela augmenterait de manière significative le nombre de musulmans au sein de l’UE, qui se compte déjà par millions.

Quant au reste des Balkans, et donc aussi la B-H, il a été précisé que ces pays étaient toujours considérés comme des membres potentiels, susceptibles d’être admis aux environs de 2010. Erhard Busek, coordinateur spécial du Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est, a déclaré que la phase préparatoire à l’admission des autres pays balkaniques à l’UE est liée à leur intégration, et qu’il est essentiel que soit réglé auparavant le problème du statut de la B-H et du Kosovo. Cette notion d’intégration est très vague et l’on associe à nouveau, sans raison aucune, le Kosovo et la B-H, tout en évoquant le problème du statut de la Bosnie, dont les fondements historiques sont incontestables.

La Bosnie-Herzégovine reste victime d’une terrible injustice. Bien que nullement responsable, c’est elle surtout qui a souffert suite à la disparition des anciens pays communistes et la division tragique de la RSFY. Les puissants de ce monde se sont joués d’elle alors qu’elle baignait dans le sang, pour ensuite lui imposer un système au nom duquel elle se voit maintenant critiquée et déclarée inapte à rejoindre l’Europe. Les représentants de la politique menée par ses voisins, qui aspirent toujours à sa destruction, restent présents en B-H et participeront même, dans une large mesure, au nouveau pouvoir. Les forces de paix internationales n’ont pas arrêté Radovan Karadzic, ni Ratko Mladic, elles n’ont pas mis au point un projet permettant le retour des réfugiés et la reconstitution - en partie du moins - du multinationalisme dans toutes les régions du pays. Rares sont les Boshniaques ou les Croates à être revenus en RS (à peine un sur dix), et ils y sont de nouveau soumis à la terreur - ce qui est toléré. Tout ce qui confirme que la communauté internationale a reconnu le fait accompli de l’agression et du génocide.

Vu cette situation, c’est un vrai travail de Sisyphe que d’assurer l’autonomie politique bosnienne, en raison du fait surtout que le plus grand parti boshniaque, le SDA, courtise en permanence les partis nationalistes serbe et croate - SDS et HDZ - ou coopère même directement avec eux. La débâcle post-électorale du SDP - dont la direction porte l’entière responsabilité - a porté un coup dur à l’option démocratique et à l’ensemble de la B-H, rendant l’atmosphère politique encore plus déprimante.

On a ainsi créé l’impression, qu’à quelques exceptions près, seuls les facteurs internationaux sont en faveur d’un Etat de B-H alors qu’ils ne font rien pour mettre à jour ou éliminer cet état de choses. On ne pourra axer le rapport de forces politiques interne vers une véritable autonomie de l’Etat de B-H que si l’on crée les conditions permettant le retour ciblé et massif des réfugiés (en Posavina et à Banja Luka, à l’est de la Bosnie, Sarajevo, Mostar....) ; si l’on arrête les principaux criminels de guerre, si l’on élimine les éléments nazis et fascistes, si l’on offre à la jeunesse de véritables perspectives. Ce n’est que grâce à une action systématique que le projet "Travail et Justice" du Haut représentant Paddy Ashdown pourra prendre forme, une action visant à réduire l’ingérence et la responsabilité des organes centraux du pouvoir, à réformer la justice et la police et à mettre fin à la bureaucratisation en Bosnie.

Ainsi, la Bosnie-Herzégovine est-elle toujours condamnée à rester dans son coin, à attendre que d’autres décident de son destin. Il faudrait enfin s’organiser, imposer une prise de position politique bosnienne au niveau citoyen, rassembler les forces du centre et de la gauche, ainsi que l’ensemble de la société, afin qu’elle puisse décider elle-même de son propre avenir.

(Article de Zija D (Oslobodjenje) - pour l’Association Sarajevo)

Traduction : Nicole Philip-Dizdarevic


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP