Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > ASHDOWN ET LES REFORMISTES

ASHDOWN ET LES REFORMISTES

mardi 4 février 2003

Si Paddy Ashdown devait exercer son mandat jusqu’au bout, la Bosnie-Herzégovine se retrouverait dans une situation impossible. On s’est rendu compte dès le début, lorsqu’il a salué le retour des nationalistes au pouvoir, tout en affichant sa devise : " Travail et Justice", qu’il ne savait ni où il se trouvait, ni pourquoi il était venu. Ce lord britannique, de toute évidence, sait très bien ce qu’il veut - ou ne veut pas : ce qu’il veut, ce sont les nationalistes, ce qu’il ne veut pas, c’est la social-démocratie. Si l’on a pu se faire certaines illusions sur Ashdown et ses objectifs, cette période est désormais dépassée. Il a dévoilé ses cartes après avoir été proclamé personnalité de l’année par le quotidien Avaz. Lorsque j’ai lu ses remerciements dans la presse, je me suis attendu à ce que, comme d’habitude, il publie immédiatement un démenti. J’avais en effet du mal à imaginer qu’il ait vraiment pu faire de telles déclarations. Le Haut représentant, en effet, cite Avaz en modèle : le pays tout entier devrait être organisé à son image, c’est là un exemple que devraient suivre toutes les institutions, les hommes politiques et les organes du pouvoir. Il déclare par ailleurs qu’Avaz a largement contribué à la réforme de la société et y joue un rôle prépondérant. Dire de telles bêtises, même s’il s’agit d’Ashdown, c’est vraiment le comble. En fait, il n’a pas pu cacher son animosité envers la social-démocratie, unique alternative pour sortir de la crise et envers le SDP, unique parti multiethnique - qu’il a finalement réussi à éliminer avec l’aide précieuse de ce même journal. Il n’a pas caché non plus sa sympathie pour les nationalistes, qu’il qualifie de "réformistes". Alors qu’il s’agit de ceux-là même qui ont semé la haine entre nos peuples et ont dirigé la Bosnie pendant "les dix années les plus difficiles" de son histoire. S’il avait fait preuve d’un minimum de dignité, Ashdown aurait refusé cette nomination. Il aurait pu dire : merci, mais l’heure n’est pas encore venue. Qu’a-t-il donc fait en six mois pour être proclamé personnalité de l’année ? Mais cet homme vaniteux ne pouvait renoncer à ce titre. Récemment encore, je me disais que certains de mes collègues exagéraient peut-être en critiquant le comportement d’Ashdown. J’ai maintenant changé d’avis. D’ailleurs le fait même que jusqu’à présent les grands journalistes et médias nationaux n’ont jamais autant critiqué l’un des hauts représentants de la communauté internationale prouve à quel point Ashdown est impopulaire. Avec lui, aucun progrès n’est possible. Même la B-H, telle qu’elle est aujourd’hui, ne méritait pas un tel représentant. Elle s’est vue là infliger une véritable punition. Aussi l’idée lancée ces jours-ci dans la presse, selon laquelle la seule issue pour sortir de cette situation désespérée serait de procéder à des changements radicaux - la création d’une troisième République de Bosnie-Herzégovine - semble-t-elle tout à fait logique. La première phase pourrait être la convocation d’une assemblée constitutive, qui adopterait une nouvelle constitution, l’actuelle nous ayant été imposée. Cela nous permettrait de mettre fin à la situation actuelle et de créer un nouvel et commun Etat de peuples et citoyens égaux, à l’image de la société européenne civilisée. Les expériences de ces sept dernières années ont démontré que la B-H de Dayton n’était pas viable. La guerre a rompu les liens de la tolérance et de la vie en commun. Les nationalistes ne voudront ni ne pourront jamais renouer ces liens. Ils ne peuvent que les rompre encore plus. Et M.Ashdown les qualifie toujours de réformistes. Qu’ont-ils donc réformé, M.Ashdown ? Ils ont dirigé le pays pendant dix ans et n’ont fait qu’engendrer le chaos. L’Alliance pour le changement n’a été au pouvoir que pendant un an et demi. Elle n’a rien pu changer d’essentiel, car c’était impossible. Les nationalistes - et même certains membres de cette même Alliance - bloquaient tous leurs efforts.

Mirko Sagolj


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP