Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > sur la B.H. > Remue-ménage en Bosnie-Herzégovine

Remue-ménage en Bosnie-Herzégovine

lundi 26 janvier 2004


D’une manière générale, tous les observateurs s’accordent sur le fait que la Bosnie-Herzégovine n’arrive pas à sortir de l’impasse, ce qui, dans la pratique, se traduit par une série d’affaires…

C’est ainsi que le Haut Représentant Paddy Ashdown, séjourne actuellement à Mostar où il tente d’obtenir l’accord des partis politiques pour réunifier la ville ravagée et divisée par la guerre de 92/95. Il semble, qu’en définitive, il devra se passer de leur consentement et imposer sa volonté.

Par ailleurs, la SFOR vient d’arrêter Ante Jelavic, ancien président du HDZ (Parti nationaliste croate actuellement au pouvoir) et ancien membre de la Présidence tripartite de Bosnie-Herzégovine. Son arrestation, ainsi que celle de deux autres personnes, est liée à la sinistre affaire de l’Hercegovacka Banka, pilier financier des extrémistes croates en Bosnie-Herzégovine, banque désormais placée sous la tutelle du Haut représentant.

La ville de Sarajevo se trouve, pour sa part, confrontée à une série de tumultueux règlements de comptes entre divers groupes mafieux, que la police n’arrive pas à identifier.

Ajoutons, pour finir, que rien ne va plus au sein du SDA (le Parti de l’action démocratique d’Alija Izetbegovic). La direction de ce parti a en effet exigé la démission du Premier ministre de la Fédération de Bosnie-Herzégovine Ahmet Hadzipasic, membre de ce parti, qui refuse d’obtempérer. L’éditorial d’Oslobodjenje en date du 23.01.2004, décrit la situation provoquée par ce premier cas d’insubordination, au plus haut niveau, d’une personnalité du SDA à l’égard de la majorité de sa direction :

« Hadzipasic semble vouloir engager une procédure constitutionnelle de destitution afin d’entraîner, non seulement son propre départ, mais celui aussi de l’ensemble du gouvernement. Le Premier ministre exige que l’on démontre qu’il n’a pas su gouverner, preuves à l’appui, mais le SDA n’aime pas exposer publiquement ses affrontements et résoudre ses problèmes dans le cadre du système. Bakir Izetbegovic et Hasan Muratovic ont demandé que l’on accorde une deuxième chance à Hadzipasic, ce qui prouve qu’il existe des divergences entre les principaux membres de la présidence du SDA et son dirigeant Sulejman Tihic, soutenu par ceux qui se sont rangés derrière lui.

La situation socio-économique est de plus en plus difficile et la révolte qui gronde parmi les citoyens inquiète le SDA dans cette année d’élections municipales, tout comme la pression exercée par l’opposition qui réclame l’organisation d’élections générales anticipées. Le malaise du SDA date de l’époque où il a échoué dans ses efforts pour renforcer ses positions au sein des services de renseignements et de l’appareil judiciaire. Il avait alors réagi en lançant une campagne sur le soi-disant danger auquel seraient exposés les Bosniaques musulmans, se comportant comme un parti clérical-nationaliste tout en insistant sur son essence "citoyenne". De l’autre côté, ce même SDA est entré en coalition avec le SDS et le HDZ, ces trois partis s’étant accordés pour faire monter les tensions en vue de protéger leur formule de pouvoir tripartite. Le SDA s’est révélé être un parti conflictuel, sans aucun programme positif. Il mène un combat sans merci contre le SDP (sociaux-démocrates) et est en mauvais termes avec la mission internationale en Bosnie-Herzégovine. Tel quel, le SDA représente un facteur politique particulièrement négatif ».

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP