Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > Les élections du 1° octobre

Les élections du 1° octobre

mardi 3 octobre 2006


Les élections générales du 1° octobre se sont déroulées très correctement et sans incidents, selon l’avis de tous les observateurs, nationaux et internationaux .Les ONG locales, telles que le Comité Helsinki des Droits de l’Homme, les associations GROZD ou Dosta, qui avaient critiqué le fond et le ton de la campagne électorale l’ont reconnu, se félicitant même, avec une participation de 54,48 %, d’une légère augmentation de celle-ci par rapport à 2002, en particulier parmi les jeunes.

Les résultats traduisent d’abord et sans surprise, le triomphe en RS, des candidats présentés par le SNSD (sociaux-démocrates indépendants) du Premier ministre Milorad Dodik, que ce soit pour l’Assemblée de Banja Luka, la Présidence de l’entité serbe ou le membre serbe de la Présidence tripartite de BH, dépassant très nettement, pour tous ces scrutins, les 50 % des suffrages,laissant loin derrière le SDS.

Dans la Fédération, Haris Silajdzic est parvenu à ses fins, comme on s’y attendait également, en battant largement, avec 62 % des voix, le membre sortant bosniaque de la Présidence, Sulejman Tihic, candidat du SDA. Le succès de son parti, le SBiH (parti pour la Bosnie) est toutefois limité, le SDA demeurant le premier parti parlementaire, à l’Assemblée de la Fédération comme, probablement à celle de la BH. La répartition des sièges dans ces assemblées n’est pas encore exactement connue, de même que les résultats définitifs concernant les cantons de la Fédération.

Le SDP, qui n’arrive dans la Fédération qu’après le SDA, le SBiH et le HDZ-BIH, revendique néanmoins des progrès pour sa représentation parlementaire Il peut surtout se targuer d’avoir conquis une représentation au sein de la Présidence de l’Etat en la personne de Zeljko Komsic, élu au titre de membre croate de cette institution.

Cette dernière élection est vivement contestée par les partis à dénomination croate, au prétexte qu’elle aurait été due principalement à des voix non croates. Tandis qu’ Ivo Miro Jovic, le candidat du HDZ- BIH battu refuse de reconnaître la validité de cette élection, celui de sa formation rivale et dissidente,le HDZ 90, l’accepte, distinguant sa légalité, incontestable, de sa légitimité, selon lui, nulle. Il est à noter qu’Haris Silajdzic, qui se présente pourtant comme le fervent défenseur d’une Bosnie citoyenne, avait lui aussi, pendant la campagne, jeté le doute sur la légitimité du candidat du SPD, comme susceptible de recueillir une majorité de votes non croates.

La composition définitive, en sièges, de la prochaine Assemblée des représentants de BH, permettra de connaître l’état exact des forces en présence et les possibilités d’alliances qui devront nécessairement se nouer. Une chose est certaine, c’est que l’heure de vérité sonnera pour les deux principaux protagonistes de l’empoignade qui a marqué la campagne, Milorad Dodik et Haris Silajdzic, et leur a si bien réussi à tous deux, en terme de conquête de positions de pouvoir. Soit ils tairont leurs exigences inconciliables, qu’ils savent au demeurant inacceptables par la diplomatie internationale, pour rechercher les formules constitutionnelles et politiques aptes à rendre viable l’Etat de BH, soit ils camperont sur leurs positions et rendront la situation du pays encore plus intenable, avec tous les risques conséquents.

Les analystes bosniens divergent sur le tour que prendra le lendemain des élections. Pour les uns, les adversaires acharnés d’hier devront bien oublier leurs postures de combat. Pour les autres, le blocage des institutions et du fonctionnement politique du pays, sur fond de crise économique et sociale aggravée, ne pourra que s’accentuer. Cette dernière perspective est jugée par certains commentateurs comme la plus plausible, en fonction de l’attitude générale de la classe politique serbe dans la conjoncture actuelle. La politique de fuite en avant, hors des réalités, des dirigeants de Belgrade, qui viennent de bâcler un projet de constitution incluant le Kosovo dans la Serbie, pour le soumettre à un référendum à la fin du mois, ne pourra avoir que des répercussions négatives en Bosnie après la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo.

La confiance que veut témoigner le Haut-Représentant Christian Schwarz-Schilling à l’égard des nouveaux élus bosniens pour qu’ils fassent leur travail, notamment en rapprochant la Bosnie-Herzégovine de l’Europe, risque d’être vite mise à l’épreuve et c’est toute la politique de l’Union européenne à l’égard de ce pays, dans la mesure où elle en a une, qui devra être revue. On n’ose même pas évoquer une quelconque position française.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP