Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > Reconnaissance confirmée du crime de Srebrenica, par le gouvernement de la (...)

Reconnaissance confirmée du crime de Srebrenica, par le gouvernement de la Republika Srpska

vendredi 12 novembre 2004


Le gouvernement de la Republika Srpska a accompli, le 10 novembre, un pas décisif dans le processus inauguré en mars 2003 sous la pression internationale, de sa reconnaissance progressive de la réalité du crime de masse commis à Srebrenica en juillet 1995 par les autorités bosno-serbes de l’époque, crime qualifié de génocide par le TPIY.

Après avoir commencé d’admettre cette vérité en juin dernier et entériné, en octobre, les faits et les responsabilités mises en évidence dans le rapport de la commission d’enquête qu’il avait dû créer, le gouvernement de Banja-Luka, vient, à la suite de l’avis positif émis sur ce document par la Cour constitutionnelle de Bosnie-Herzégovine, de présenter, pour la première fois, ses excuses aux proches des victimes du massacre, 7800 selon les listes nominatives collectées par la Commission.

L’adjoint du Haut-Représentant, Bernard Fassier, a salué l’adoption définitive du rapport, en soulignant toutefois que le travail d’investigation sur les circonstances du massacre devait être poursuivi, de même que celui d’identification des restes des victimes, et que tout restait à faire concernant l’arrestation des criminels poursuivis par le TPI. Les représentants diplomatiques des pays de l’Union européenne à Sarajevo ont publié une déclaration dans le même sens.

Sur cette question de l’arrestation des individus poursuivis par le Tribunal de La Haye, Milorad Dodik, dirigeant de l’opposition en R.S., a directement mis en cause le Premier Ministre de Serbie, Vojislav Kostunica, accusé d’avoir ignoré les renseignements que lui auraient transmis les autorités de Banja-Luka sur la localisation, en Serbie, de certains des accusés. Cette information a été confirmée par d’autres personnalités politiques serbes. Le quotidien « Oslobodjenje » estime qu’il ne reste plus qu’à trouver un « accord entre la Serbie-Monténégro et la R.S. pour savoir de quel côté de la Drina se cachent Karadzic et Mladic ». Illustrant les divergences et les oppositions qui se manifestent en Serbie et entre les cercles dirigeants de Serbie et du Monténégro, on a remarqué le geste d’hommage rendu aux victimes de Srebrenica par le Ministre des Affaires étrangères du Monténégro, Miodrag Vlahovic, qui a déposé une gerbe au mémorial de Potocari. C’est la première démarche de ce genre effectuée par une haute personnalité officielle de Serbie-Monténégro, mais elle n’a été faite qu’au nom du Monténégro.

Les réactions au rapport de la Commission et aux déclarations des autorités de Banja-Luka sont évidemment très nombreuses en Bosnie. Celles des représentants directs des victimes, comme par exemple le « mouvement des mères de Srebrenica et de Zepa », portent principalement sur la nécessité de publier les noms des responsables du massacre et sur l’exigence des réparations à obtenir de la R.S. et de la Serbie. Le maire de Srebrenica, Abdurahman Malkic, estime pour sa part que le chiffre des victimes indiqué par la Commission est sous-estimé. Du côté des médias de la R.S., on insiste plutôt sur le fait que les crimes ont été individualisés, ce qui selon leur opinion, laverait l’entité de toute responsabilité globale.

Association Sarajevo.


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP