Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > "Démission" du Ministre des affaires étrangères de B.-H.

"Démission" du Ministre des affaires étrangères de B.-H.

jeudi 9 juin 2005


Le Premier ministre du gouvernement central de Bosnie-Herzégovine, Adnan Terzic, vient d’accepter la démission que lui avait remise en décembre dernier le ministre des affaires étrangères Mladen Ivanic, président du PDP (parti nationaliste de RS, réputé plus « modéré » que le SDS fondé par Karadzic actuellement au pouvoir à Banja Luka)

Il s’agit plus d’un limogeage que d’une démission. Celle-ci, déposée au cours de la crise de l’hiver dernier à la suite des sanctions prises par le Haut-Représentant contre des personnalités de RS avait, de fait, été mise sous le boisseau à l’issue du replâtrage politique qui était intervenu après de laborieuses discussions entre les partis qui forment la très fragile coalition qui gouverne la B.-H. sous le contrôle du Haut-Représentant.

Adnan Terzic a justifié son geste par l’ « obstructionnisme systématique » provoquant le « blocage permanent » du gouvernement, dont se serait rendu coupable Mladen Ivanic. Il a cité comme dernier exemple le fait qu’il a fallu que ce soit Paddy Ashdown qui nomme un nouveau chef de l’agence de renseignement de B.-H en la personne de Sredoje Novic, à la place du gouvernement, incapable de le faire en raison d’un désaccord portant sur d’autres désignations à des fonctions administratives. Il est à remarquer que cette nomination est, sur le fond, approuvée aussi bien par Terzic que par Ivanic, mais qu’elle est contestée par le HDZ, qui revendiquait le poste pour un Croate, alors que Novic est un membre du SDS.

Mladen Ivanic, ministre des affaires étrangères interdit de séjour aux Etat-Unis depuis les sanctions de décembre, refuse cette démission à retardement, qu’il présente comme une éviction, ce qu’elle paraît bien être.

On n’assiste là qu’à une nouvelle péripétie de la crise du système politique bosnien, qui s’aggrave de jour en jour, en dépit des appels à la raison d’un Haut-Représentant en fin de mandat et d’émissaires internationaux qui, tels ceux de l’Union européenne, ne sont pas le mieux placés pour donner à leurs interlocuteurs des leçons de crédibilité et de cohérence. Dans les circonstances présentes, la menace de voir leur pays privé d’adhésion à l’Union européenne ne semble pas de nature à impressionner outre mesure les dirigeants politiques locaux, qui constatent que les perspectives d’élargissement de l’Union s’éloignent à une vitesse accélérée pour tous les pays de la région.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP