Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > La BH signe l’accord européen de libre échange (CEFTA)

La BH signe l’accord européen de libre échange (CEFTA)

mercredi 20 décembre 2006


Le Président du Conseil des ministres de BH, Adnan Terzic, a signé le 19 décembre à Bucarest, l’Accord européen de libre échange (CEFTA) qui réunit à cette date la BH, la Bulgarie,la Croatie, la Roumanie,le Monténégro,l’Albanie,la Serbie,le Kosovo et la Moldavie. Cet accord remplacera les 31 accords bilatéraux qui lient actuellement les pays de la région , en harmonisant les règles qui régissent leurs rapports commerciaux. Les experts sont partagés sur les effets de cet engagement, notamment pour l’agriculture et l’industrie alimentaire de la BH, mais les officiels mettent en avant les avantages globaux que représente l’inclusion du pays dans le système économique du Sud-est européen. Cet accord est surtout considéré un instrument primordial en vue de l’intégration à l’Union européenne, l’adhésion à celle-ci entraînant la sortie du CEFTA, comme cela a été le cas des derniers pays entrants d’Europe centrale et le sera le 1° janvier 2007 pour la Bulgarie et la Roumanie. Sa signature par tous les pays de la région est donc généralement considérée comme une avancée importante dans la voie de leur rapprochement de l’UE.

La Bosnie-Herzégovine est censée avoir franchi un pas de plus dans cette direction par l’achèvement positif des pourparlers de mise au point technique de l’Accord de stabilisation et d’association, préalable à l’ouverture des négociations proprement dites sur l’adhésion. Restent les conditions politiques à remplir pour que la promesse devienne la réalité, conditions qui sont bien connues pour être rappelées à chaque occasion par les autorités de Bruxelles et le Haut-Représentant Schwarz-Schilling qui multiplie conseils et remontrances pour inviter les responsables bosniens à s’entendre sur les éternels problèmes de la réforme de la police, de la constitution, du système de l’audiovisuel public, de l’éducation, de la répartition des recettes de la TVA,etc...Sur la levée de l’obstacle de la réforme de la police, première exigence posée par l’UE, la situation est toujours au point mort en raison de l’obstruction persistante de la RS, mais toutes les autres questions demeurent en suspens, faute d’autorités constituées pour les prendre en charge dans la Fédération et au niveau central de l’Etat., paralysie engendrée elle-même par un système institutionnel imposé qui empêche toute prise de décision.

Il existe néanmoins un autre obstacle à l’entrée dans l’UE, au moins aussi important que la carence de la BH à se gouverner elle-même, qui est le coup d’arrêt donné par Bruxelles à l’élargissement, à l’instigation de la majorité des membres de l’Union, dont au premier rang la France, presque toutes opinions confondues. Le Sommet européen des 14 et 15 décembre a officialisé cette tendance à la fermeture, consécutive aux "non" français et néerlandais .Les pays candidats ne doivent pas seulement satisfaire aux exigences posées par Bruxelles, elles doivent aussi attendre que l’Union européenne se réforme elle-même et qu’elle veuille bien les accueillir selon des conditions qui tiennent plus de l’humeur que de critères objectifs. Et tant pis pour les peuples qui se trouvent ainsi privés de toute perspective de sortie de leur situation, sans espoir d’avenir, ce qui est le cas de la Bosnie-Herzégovine.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP