Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > Discussions entre Dodik et Silajdzic à Washington

Discussions entre Dodik et Silajdzic à Washington

jeudi 24 mai 2007


Nebojsa Radmanovic et Haris Silajdzic, membres serbe et bosniaque de la Présidence collégiale de Bosnie-Herzégovine se sont rendus à New-York à l’occasion du 15° anniversaire de l’admission de leur pays à l’ONU. Le représentant croate Zeljko Komsic n’a pu faire le déplacement, pour des raisons de santé. Au cours de leurs entretiens avec les autorités onusiennes, dont le secrétaire général Ban-Ki-moon, et leurs rencontres avec la presse, les deux co-dirigeants de l’Etat ont eu le loisir d’étaler leurs divergences de vues sur le passé, le présent et l’avenir de la BH, leur seul point d’accord étant leur désir affiché de la voir prendre part au processus de l’intégration européenne. Ils ont pu exprimer leurs opinions contraires sur le maintien d’un Haut-Représentant de l’ONU en BH, jugée sans intérêt par Nebojsa Radmanovic et nécessaire par Haris Silajdzic, tant,a-t-il dit, que subsisteront "les incohérences et le blocage du système politique" dus aux accords de Dayton. Haris Silajdzic a également dénoncé le "silence assourdissant" de la Communauté internationale et de l’ONU au regard de l’arrêt de la CIJ qui a confirmé l’existence d’un génocide en BH avec la mise en jeu de la responsabilité des autorités serbes, ce à quoi Nebojsa Radmanovic a répondu que ce génocide ne concernait que l’enclave de Srebrenica et non la RS dans son ensemble.

Haris Silajdzic devait prolonger son séjour aux Etats-Unis, pour rencontrer à Washington le Premier ministre de la RS, Milorad Dodik, en compagnie des responsables du Département d’Etat qui suivent particulièrement les affaires des Balkans, Daniel Fried et Nicholas Burns, l’ambassadeur McElhaney et le n° 2 de l’Office du Haut-Représentant Raffi Gregorian, tous américains. Des entretiens entre les deux hommes qui sont présentés comme les principaux antagonistes dans le débat bosnien, s’étaient déroulés dans les jours précédents à Sarajevo, au siège de l’ambassade américaine Avant son départ pour les Etats-Unis, Milorad Dodik s’est publiquement plaint, à Banja Luka, des pressions internationales qui s’exerçaient sur les dirigeants de la RS, pour qu’ils cèdent sur le renforcement du pouvoir central de l’Etat, au détriment des entités. Il y a vu une menace d’abolition de la RS que les Serbes de Bosnie n’accepteront jamais, qualifiant la Bosnie-Herzégovine de pays "créé par la force". Il a d’avance jeté des doutes sur les résultats d’une rencontre qu’il a jugé "non nécessaire parce qu’elle ne ferait que confirmer nos différences, sans les réduire".

D’après la presse bosnienne, la proposition de compromis élaborée par la diplomatie américaine porterait sur trois points : que les forces de police des entités soient maintenues mais comme parties d’un ministère de la sécurité de BH, que le projet de réforme constitutionnelle rejeté soit repris avec une modification limitant le droit de veto des entités aux sujets relevant des compétences partagées entre les entités et l’Etat et que le nom de la RS soit changé pour devenir "République des Serbes, des Croates et des Bosniaques".

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP