Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > sur la B.H. > Biljana Plavsic prochainement libérée

Biljana Plavsic prochainement libérée

mercredi 16 septembre 2009


Le Président du TPIY, Patrick Robinson, a annoncé que l’ancienne Présidente de la RS, Biljana Pavsic, condamnée en févier 2003 à 11 ans d’emprisonnement pour crimes contre l’humanité, sortira de sa cellule suédoise en octobre prochain, après avoir purgé les 2/3 de sa peine. Cette décision a été prise conformément aux règles de la juridiction internationale et de la loi suédoise, en tenant compte de son grand âge, de son état de santé, de sa bonne conduite et de sa collaboration avec la justice. Ces considérations n’ont pas suffi à désarmer la colère des victimes d’une politique de nettoyage ethnique dont Biljana Plavsic a été, en son temps, le héraut. L’Association des "Mères de Srebrenica et Zepa" a déclaré que la libération de Plavsic, après seulement sept années de confortable emprisonnement, lui a fait perdre toute confiance dans le travail du Tribunal. L’ensemble de la presse de Sarajevo est au diapason de cette amertume. Le commentateur de "Dnevni Avaz" met en parallèle la condamnation de Florence Hartmann pour avoir dit la vérité et la récompense de Biljana Plavsic pour ses mensonges. Milorad Dodik a d’ores et déjà annoncé qu’il rendrait immédiatement visite dans sa prison à son illustre compatriote, avant un retour à Banja Luka, que tout laisse supposer triomphal.

Le déni est en effet plus que jamais à l’ordre du jour en RS, comme en témoigne la dernière sortie du Premier ministre de l’entité serbe et chef du SNSD ("sociaux-démocrates indépendants") qui vient de qualifier de "coups montés" le massacre du marché de Markale à Sarajevo et celui de Tuzla, de mai 1995, qui avait provoqué la mort de 71 personnes, en majorité des adolescents et des jeunes gens. Ces dernières provocations ont suscité de très vives réactions, avec entre autres, des déclarations des maires de Sarajevo et de Tuzla interdisant Milorad Dodik de séjour dans ces villes et le menaçant de poursuites en justice. Le Haut-Représentant Valentin Inzko, le chef de la mission de l’OSCE et le Représentant spécial du Conseil de l’Europe en B-H, ont, eux aussi, condamné ces propos, devenus banals dans la bouche du principal dirigeant de la RS, sans que cela ne dérange outre mesure les représentants de la "Communauté internationale". Dans le même ordre d’idées, Valentin Inzko n’a ainsi rien eu à redire à la récente visite impromptue du Président de Serbie Boris Tadic, venu inaugurer à Pale une école baptisée "Serbie", pays souvent complimenté, en hauts lieux, pour son, paraît-il, sincère engagement européen.

De leur côté, les ministres des Affaires étrangères des 27 envisagent toujours d’abolir la fonction de Haut-Représentant de la Communauté internationale, pour la remplacer par celle d’un Représentant spécial de l’UE. Le hic est que les fameuses conditions posées pour ce faire par le Conseil de mise en œuvre des accords de Dayton (PIC) ne sont pas remplies, que les Etats-Unis paraissent opposées à ce projet et que, de notoriété publique, l’Union européenne n’a aucune vision de l’avenir de la Bosnie-Herzégovine. En l’absence de la réforme constitutionnelle propre à instaurer des institutions bosniennes viables, l’affaiblissement de la présence internationale, que représenterait cette transformation, ne serait que le prélude à la dislocation définitive du pays, avec toutes ses conséquences pour la stabilité de la région, déjà mise à mal par la continuation de la politique nationaliste du gouvernement de Belgrade au regard de la Bosnie-Herzégovine comme du Kosovo.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP