Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > Miroslav Lajcak annonce une nouvelle politique

Miroslav Lajcak annonce une nouvelle politique

samedi 20 octobre 2007


Miroslav Lajcak n’aura pas attendu longtemps pour dévoiler la politique qu’il compte mettre en oeuvre après l’échec de la réforme de la police et sa conséquence quant aux rapports entre la Bosnie-Herzégovine et l’Union européenne. Il l’a fait dans une conférence de presse tenue le 19 octobre.

Partant du constat que les hommes politiques bosniens - sans distinction, mais il avait auparavant clairement mis en cause la responsabilité particulière des dirigeants de la RS - avaient, par leur refus de réformer la police, fermé la voie de l’intégration européenne, qui constituait selon lui le meilleur outil pour reconstruire la BH , il a décidé de s’attaquer, par d’autres moyens, aux dysfonctionnements des institutions centrales de l’Etat.

Il a énuméré les mesures qu’il allait proposer aux responsables bosniens aux trois niveaux de prises de décisions où se manifestent les blocages qui paralysent la BH : le Conseil des ministres central, le Parlement et la coalition majoritaire censée gouverner ,qui comprend les principaux partis nationalistes dont les désaccords alimentent la crise permanente du pays.

Au plan institutionnel, il proposera des modifications législatives et règlementaires pour faciliter le travail gouvernemental et parlementaire, notamment par l’assouplissement des règles relatives au quorum au gouvernement et dans les Assemblées et aux modalité"du "vote par entité". Il a relevé que l’obstruction actuellement constatée était due pour l’essentiel à l’absence systématique de ministres et de députés des séances du gouvernement et du Parlement. Il a déploré qu’en une année, seules trois lois réformatrices avaient pu être adoptées, dont une seule concernait l’intégration européenne.

Au plan politique, il invitera les partis de la majorité à de réelles discussions en vue de définir une politique commune. Il s’est, à cet égard, félicité de l’accord réalisé au cours de la conférence sur les problèmes économiques du pays qui s’est tenue le 16 octobre en présence des représentants de toutes les institutions et formations politiques bosniennes, comme de la dernière rencontre entre Haris Silajdzic et Milorad Dodik. Mais il a déclaré comprendre le scepticisme de l’opinion publique à l’égard de ces événements :" Un document et une réunion ne suffisent pas à créer la confiance après des mois de rhétorique négative et de déstabilisation délibérée, particulièrement lorsque tous les partis de la coalition ne participent pas aux prises de décision".

Le Haut-Représentant a souligné que ses propositions se situaient dans le cadre des accords de Dayton, qu’il ne voulait pas modifier, mais seulement appliquer. Il a aussi affirmé qu’il ne cherchait pas à priver quiconque de ses droits et responsabilités, mais en concluant qu’il devait "être clair que ceux qui rejetteraient ou mineraient ses efforts travailleraient contre les accords de Dayton et contre la volonté de la Communauté internationale", il n’a pas dissimulé son intention d’utiliser, le cas échéant, les droits que lui confèrent les "pouvoirs de Bonn", c’est à dire d’imposer des règles et de sanctionner des personnes.

Milorad Dodik, suivi par les personnalités de tous les partis de la RS, a immédiatement réagi en dénonçant le caractère, d’après lui, inconstitutionnel, des mesures envisagées, qui porteraient atteinte au "vote par entité" et à la protection des "intérêts vitaux" des peuples constitutifs de BH. et il a déclaré qu’il ne les accepterait pas.

Dans la Fédération, les partis croates et le SDA ont apporté leur soutien au Haut-Représentant, tandis qu’un porte-parole du SDP a surtout vu dans les annonces de Miroslav Lajcak un avertissement aux partis de la coalition gouvernementale, auquel le SDP ne participe pas, pour qu’ils abandonnent leur attitude irresponsable quant à la perspective européenne de la BH.

Un nouveau processus semble en tout cas s’enclencher, sans qu’on sache encore quelle tournure il prendra pour l’avenir de la BH. Cela dépendra, en grande partie, de la résolution du Haut-Représentant à impulser le changement et du soutien que lui accordera dans ce sens la "Communauté internationale" et surtout l’Union européenne.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP