Association Sarajevo http://www.association-sarajevo.org/ fr SPIP - www.spip.net Association Sarajevo http://www.association-sarajevo.org/IMG/siteon0.jpg http://www.association-sarajevo.org/ 253 581 "Quinze ans après,n'oublions pas Srebrenica" http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article742 http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article742 2010-07-08T14:07:33Z text/html fr Maurice LAZAR "Comme si le passé était venu frapper à la porte des oublieux, faute de pouvoir ouvrir la porte des négationnistes, « à dix jours de la commémoration de 15 ans des massacres à Srebrenica, un nouveau charnier a été localisé à proximité de la ville […] il pourrait s'agir d'un des plus vastes charniers… Les experts supposent que la fosse contient des restes de victimes tuées dans un entrepôt agricole à Kravica où plus de mille hommes ont été tués sur au total 8.000 (...) - <a href="http://www.association-sarajevo.org/spip.php?rubrique2" rel="directory">srebrenica</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">"Comme si le passé était venu frapper à la porte des oublieux, faute de pouvoir ouvrir la porte des négationnistes, « à dix jours de la commémoration de 15 ans des massacres à Srebrenica, un nouveau charnier a été localisé à proximité de la ville […] il pourrait s'agir d'un des plus vastes charniers… Les experts supposent que la fosse contient des restes de victimes tuées dans un entrepôt agricole à Kravica où plus de mille hommes ont été tués sur au total 8.000 hommes et adolescents bosniaques en l'espace de quelques jours. Un crime qualifié de génocide par la Cour Internationale de Justice [CIJ].</p> <p class="spip">Près de 6.800 personnes ont déjà été identifiées, exhumées d'une centaine de fosses communes au total.</p> <p class="spip">Le 11 juillet prochain, un enterrement collectif de 700 victimes nouvellement identifiées aura lieu au centre mémorial de Potocari, près de Srebrenica »</p> <p class="spip">Quinze ans après, n'oublions pas Srebrenica !</p> <p class="spip">Dimanche 11 juillet, 30 à 40 000 personnes se recueilleront et partageront une incommensurable douleur : assassinat d'un être cher, deuil impossible, vie brisée, un présent lourd, un futur obscur…</p> <p class="spip">Mais Srebrenica ne doit pas occulter le reste de la Bosnie-Herzégovine : si le massacre de Srebrenica a bien été reconnu comme génocide par la CIJ, les autres massacres de masse perpétrés en BH ne l'ont pas été. La Cour Internationale de Justice avait été saisie par la Bosnie-Herzégovine.</p> <p class="spip">Faute de preuves juridiquement recevables, la CIJ n'a pas reconnu l'Etat serbe pour responsable du génocide perpétré contre les non serbes B-H, mais seulement de n'avoir pas empêché des massacres des bosniaques (Musulmans) après la chute de Srebrenica prétendument commis par les seules forces serbes de Bosnie.</p> <p class="spip">Or, de telles preuves existaient : les comptes-rendus du Conseil Suprême de Défense de la Serbie-Monténégro de Milosevic. Parce qu'ils établissaient trop clairement l'implication de la Serbie dans la guerre d'agression contre la Bosnie-Herzégovine, certaines pages ont été soustraites par des juges du TPIY au procès de Milosevic afin qu'elles ne soient pas connues de la CIJ</p> <p class="spip">L'arrêt de la CIJ exigeait aussi de la Serbie qu'elle punisse les auteurs du génocide et cette obligation continue de s'imposer puisque les autorités de Belgrade n'ont toujours pas livré à la justice internationale, comme elles le doivent, le chef de l'armée des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, qui aux dires mêmes du Procureur en chef du TPIY, se trouve encore sur le territoire de la Serbie.</p> <p class="spip">Ce faisant, le déni prévaut encore et toujours dans les opinions publiques serbes, dans l'entité serbe de Bosnie, la Republika Srpska, comme en Serbie où quelques progrès sont toutefois constatés.</p> <p class="spip">Seule la vérité pourra libérer les consciences et les inconscients serbes.</p> <p class="spip">C'est pourquoi la Résolution du Parlement européen du 17 juin 2010 sur la situation en Bosnie-Herzégovine revêt une importance capitale"</p> <p class="spip">Associations signataires : Association Sarajevo (Paris), Balkans-Transit (Caen), Comité de soutien à Florence Hartmann (France), Enfants Europe Bosnie (Châteaudun), Fédération nationale des Mères pour la Paix (France), Solidarité Bosnie (Genève), à l'initiative de la Coordination francophone Bosnie-Herzégovine (France et Suisse).</p> <p class="spip">Les associations et leurs membres sont nombreux à participer sur place à la commémoration</p></div> Résolution du Parlement européen du 15-1-2009 sur Srebrenica http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article656 http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article656 2009-01-16T11:13:47Z text/html fr Maurice LAZAR Résolution du Parlement européen du 15 janvier 2009 sur Srebrenica adoptée par 556 voix contre 9 <br />Le Parlement européen , <br />— vu sa résolution du 7 juillet 2005 sur Srebrenica <br />— vu l'accord de stabilisation et d'association entre les communautés européennes et les États membres, d'une part, et la Bosnie-et-Herzégovine, d'autre part, signé à Luxembourg le 16 juin 2008, ainsi que la perspective d'adhésion à l'Union européenne, offerte à tous les pays des Balkans occidentaux lors du (...) - <a href="http://www.association-sarajevo.org/spip.php?rubrique2" rel="directory">srebrenica</a> <div class='rss_texte'><h3 class="spip">Résolution du Parlement européen du 15 janvier 2009 sur Srebrenica adoptée par 556 voix contre 9</h3> <p class="spip">Le Parlement européen ,</p> <p class="spip">— vu sa résolution du 7 juillet 2005 sur Srebrenica</p> <p class="spip">— vu l'accord de stabilisation et d'association entre les communautés européennes et les États membres, d'une part, et la Bosnie-et-Herzégovine, d'autre part, signé à Luxembourg le 16 juin 2008, ainsi que la perspective d'adhésion à l'Union européenne, offerte à tous les pays des Balkans occidentaux lors du sommet européen de Thessalonique en 2003,</p> <p class="spip">— vu l'article 103, paragraphe 4, de son règlement,</p> <p class="spip">A. considérant que, en juillet 1995, la ville bosniaque de Srebrenica, qui était à l'époque une enclave proclamée, le 16 avril 1993, zone protégée par le Conseil de sécurité des Nations unies, est tombée aux mains des milices serbes de Bosnie placée sous le commandement du général Ratko Mladić et sous l'autorité suprême de Radovan Karadžić, qui était alors président de la République serbe,</p> <p class="spip">B. considérant que, au cours des journées de carnage qui ont suivi la chute de Srebrenica, plus de 8 000 hommes et jeunes garçons musulmans qui avaient cherché refuge dans cette zone placée sous la protection de la force de protection des Nations unies (FORPRONU) ont été exécutés sommairement par les forces serbes de Bosnie placées sous le commandement du général Mladić et par des unités paramilitaires, notamment des unités de police non régulière serbes qui étaient entrées sur le territoire bosniaque à partir de la Serbie ; que près de 25 000 femmes, enfants et personnes âgées ont été déplacés de force ; qu'il s'est agi là du crime de guerre le plus massif commis en Europe depuis la fin de la deuxième guerre mondiale,</p> <p class="spip">C. considérant que cette tragédie, reconnue comme acte de génocide par le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), a eu lieu dans une zone proclamée zone de paix par les Nations unies, constituant dès lors un symbole de l'impuissance de la communauté internationale à intervenir dans le conflit et à protéger la population civile,</p> <p class="spip">D. considérant les nombreuses violations des conventions de Genève perpétrées par les troupes serbes de Bosnie contre la population civile de Srebrenica, notamment la déportation de milliers de femmes, d'enfants et de personnes âgées et le viol d'un grand nombre de femmes,</p> <p class="spip">E. considérant que, en dépit des efforts considérables déployés jusqu'à présent pour retrouver et fouiller les fosses communes et les tombes individuelles et identifier les restes des victimes, il n'a pas été possible à ce jour de reconstituer intégralement les événements qui ont eu lieu à Srebrenica et dans les environs,</p> <p class="spip">F. considérant qu'il ne saurait y avoir de paix véritable sans justice et qu'une coopération sans réserve avec le TPIY reste une condition fondamentale de la poursuite du processus d'intégration à l'UE des pays des Balkans occidentaux,</p> <p class="spip">G. considérant que le général Radislav Krstić, de l'armée serbe bosniaque, est le premier à avoir été reconnu coupable, par le TPIY, d'avoir soutenu et encouragé le génocide de Srebrenica, tandis que le principal accusé, Ratko Mladić, est toujours en liberté près de quatorze ans après les événements tragiques, et considérant qu'il y a lieu de se réjouir que Radovan Karadzic ait désormais été déféré au TPIY,</p> <p class="spip">H. considérant que l'institutionnalisation d'une journée du souvenir est le meilleur moyen de rendre hommage aux victimes du massacre et d'adresser un message clair aux générations à venir,</p> <p class="spip">1. rend hommage à toutes les victimes des atrocités commises pendant les conflits en ex-Yougoslavie ; exprime sa sympathie et sa solidarité avec les familles des victimes, dont beaucoup vivent sans avoir eu confirmation du sort réservé aux membres de leur famille ; reconnaît que cette souffrance persistante est aggravée par le fait que les responsables de ces actes n'ont pas été traduits en justice ;</p> <p class="spip">2. demande au Conseil et à la Commission de commémorer dûment l'anniversaire de l'acte de génocide de Srebrenica-Potočari en soutenant la reconnaissance, par le Parlement, du 11 juillet comme journée de commémoration du génocide de Srebrenica, dans l'ensemble de l'UE, et leur demande d'appeler tous les pays des Balkans occidentaux à faire de même ;</p> <p class="spip">3. réclame des efforts supplémentaires visant à traduire en justice les responsables qui sont encore en fuite ; appuie sans réserve le travail précieux et difficile accompli par le TPIY et souligne que le fait de traduire en justice les responsables des massacres commis à Srebrenica et dans les environs est une étape importante vers la paix et la stabilité dans la région ; rappelle à cet égard qu'une attention particulière doit être portée aux procès intentés pour crimes de guerre au niveau national ;</p> <p class="spip">4. souligne l'importance de la réconciliation dans le cadre du processus d'intégration européenne ; met l'accent sur le fait que les autorités religieuses, les médias et le système éducatif jouent un rôle important dans ce processus, en manière telle que les civils de tous les groupes ethniques puissent dépasser les tensions du passé et entamer une coexistence pacifique et sincère, pour une paix, une stabilité et une croissance économique durables ; exhorte tous les pays à déployer des efforts supplémentaires afin d'accepter un passé difficile et agité ;</p> <p class="spip">5. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission, ainsi qu'aux gouvernements des États membres, aux gouvernements et aux parlements de Bosnie-et-Herzégovine et de ses entités, ainsi qu'aux gouvernements et qu'aux parlements des pays des Balkans occidentaux.</p></div> Treizième commémoration du génocide de Srebrenica http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article644 http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article644 2008-07-13T13:14:23Z text/html fr Maurice LAZAR Une trentaine de milliers de personnes ont participé le 11 juillet aux cérémonies de commémoration du génocide commis à Srebrenica en 1995 par les troupes de l'Armée des Serbes de Bosnie sous le commandement du général Mladic. Les restes de 308 victimes du massacre sont venus s'ajouter à ceux des quelques 2900 personnes déjà identifiées et inhumées à Potocari depuis l'inauguration du mémorial en 2003. <br />Les plus hautes autorités de l'Etat et les représentants de la communauté internationale (...) - <a href="http://www.association-sarajevo.org/spip.php?rubrique2" rel="directory">srebrenica</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">Une trentaine de milliers de personnes ont participé le 11 juillet aux cérémonies de commémoration du génocide commis à Srebrenica en 1995 par les troupes de l'Armée des Serbes de Bosnie sous le commandement du général Mladic. Les restes de 308 victimes du massacre sont venus s'ajouter à ceux des quelques 2900 personnes déjà identifiées et inhumées à Potocari depuis l'inauguration du mémorial en 2003.</p> <p class="spip">Les plus hautes autorités de l'Etat et les représentants de la communauté internationale étaient présents, la RS ayant délégué pour l'occasion son ministre des réfugiés et personnes déplacées Omer Brankovic, un conseiller du Premier ministre et un vice-président de son Assemblée. Des discours ont été prononcés, notamment par le membre de la Présidence collégiale de l'Etat, Haris Silajdzic et le Haut-Représentant Miroslav Lajcak, pour déplorer, comme d'habitude, l'impunité persistante dont jouissent les principaux responsables du massacre, Ratko Mladic et Radovan Karadzic.</p> <p class="spip">On a remarqué la présence, comme chaque année, d'une délégation des "Femmes en noir", de Belgrade, qui ont également fait projeter dans la capitale serbe un film sur le génocide, avec la participation de personnalités parmi lesquelles figurait le dirigeant du LDP, Cedomir Jovanovic. Sept associations serbes qui combattent pour que la vérité soit reconnue par les autorités de leur pays, Centre pour le droit humanitaire, Comité Helsinki des droits de l'homme, Initiative de la Jeunesse pour les doits de l'homme, etc…avaient une fois de plus demandé que la Serbie s'acquitte de ses obligations internationales et particulièrement celles découlant de l'arrêt de la Cour Internationale de Justice du 27 février 2007, en arrêtant et en transférant à La Haye les auteurs du génocide de Srebrenica.</p> <p class="spip">Cette dernière exigence a aussi été solennellement rappelée par le Secrétaire général du Conseil de l'Europe, Terry Davis, dans une déclaration qui se termine en ces termes : " Deux criminels de guerre, accusés d'être les premiers responsables de ce génocide sont toujours en liberté. C'est une insulte à la mémoire des victimes, un obstacle à la réconciliation et une honte pour ceux qui n'ont pas fait ce qu'ils auraient pu et dû faire : livrer Ratko Mladic et Radovan Karadzic à la justice."</p> <p class="spip">Tandis que le Président serbe Boris Tadic se contente de répéter que ceci est bien son intention, ce qu'il assure depuis des années, les dirigeants de la RS préfèrent riposter en organisant des cérémonies de souvenirs en hommage aux victimes serbes de la guerre et en protestant contre l'inégalité de traitement qui leur serait infligé par la justice internationale. Le Premier ministre de RS, Milorad Dodik présente ainsi le massacre de Srebrenica comme l'aboutissement des combats et crimes qui auraient causé dans la région de Srebrenica 3500 morts serbes victimes, selon lui, des ordres de Naser Oric, acquitté par le TPI, alors que Biljana Plavsic a été condamnée bien qu'elle n'était chargée d'aucune responsabilité de commandement.</p> <p class="spip">Des associations de familles de victimes de Srebrenica ont par ailleurs manifesté à La Haye contre la décision du tribunal de la ville qui s'est déclaré incompétent pour juger de la plainte déposée devant lui contre l'ONU, accusée d'avoir laisser s'accomplir le massacre.</p> <p class="spip">Association Sarajevo</p></div> Régime électoral spécial pour Srebrenica http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article632 http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article632 2008-05-10T07:47:21Z text/html fr Maurice LAZAR Les élections municipales se tiendront en Bosnie-Herzégovine le 5 octobre prochain, les listes des candidats devant être déposées le 25 juin au plus tard. <br />Le Parlement de BH a voté le 7 mai un amendement à la loi électorale permettant aux citoyens enregistrés à Srebrenica en 1991, de voter pour le conseil municipal de cette ville, quel que soit leur actuel lieu de résidence. <br />Cette exception a été acquise après d'intenses discussions, sous la pression des représentants de la Communauté (...) - <a href="http://www.association-sarajevo.org/spip.php?rubrique2" rel="directory">srebrenica</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">Les élections municipales se tiendront en Bosnie-Herzégovine le 5 octobre prochain, les listes des candidats devant être déposées le 25 juin au plus tard.</p> <p class="spip">Le Parlement de BH a voté le 7 mai un amendement à la loi électorale permettant aux citoyens enregistrés à Srebrenica en 1991, de voter pour le conseil municipal de cette ville, quel que soit leur actuel lieu de résidence.</p> <p class="spip">Cette exception a été acquise après d'intenses discussions, sous la pression des représentants de la Communauté internationale et après une entrevue entre le Haut -Représentant Miroslav Lajcak et le Premier ministre de RS Milorad Dodik. Celui-ci, comme les autres dirigeants de Banja Luka, ont indiqué qu'ils n'accepteraient aucune autre mise en cause du statut de Srebrenica, sur quoi ils sont implicitement soutenus par Miroslav Lajcak qui a demandé aux responsables politiques bosniens de ne pas faire de ce sujet un enjeu électoral qui ne respecterait pas la Constitution de la BH, autrement dit l'appartenance de la ville à l'entité serbe.</p> <p class="spip">Mais cet appel ne désarme pas tous ceux qui considèrent que l'arrêt de la Cour Internationale de Justice du 26 février 2007, qui a établi l'existence d'un génocide à Srebrenica, suffit à justifier le détachement de la ville de la RS, ou tout au moins l'obtention d'un statut spécial.</p> <p class="spip">Association Sarajevo</p></div> 12° commémoration du massacre de Srebrenica http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article580 http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article580 2007-07-13T13:35:13Z text/html fr Environ 30.000 personnes ont participé le 11 juillet, à Srebrenica, à la commémoration du massacre de 1995. Les cérémonies se sont déroulées en présence des plus hautes autorités de l'Etat et de la Fédération, avec une importante représentation internationale, en l'absence toutefois du membre serbe de la Présidence de BH. La RS n'avait délégué que des personnalités de second rang. Aucun officiel de Belgrade ne s'est déplacé, mais le Président de Serbie Boris Tadic a fait une déclaration (...) - <a href="http://www.association-sarajevo.org/spip.php?rubrique2" rel="directory">srebrenica</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">Environ 30.000 personnes ont participé le 11 juillet, à Srebrenica, à la commémoration du massacre de 1995. Les cérémonies se sont déroulées en présence des plus hautes autorités de l'Etat et de la Fédération, avec une importante représentation internationale, en l'absence toutefois du membre serbe de la Présidence de BH. La RS n'avait délégué que des personnalités de second rang. Aucun officiel de Belgrade ne s'est déplacé, mais le Président de Serbie Boris Tadic a fait une déclaration rappelant que le 11 juillet devait être un jour de souvenir à la mémoire des victimes de Srebrenica, mais aussi de celle de toutes les autres victimes innocentes , prêchant le respect de toutes et réitérant l'engagement de la Serbie d'arrêter Mladic et Karadzic. On a pu noter qu'à l'exception de l'agence de presse "Beta" et du quotidien "Danas", les media de Serbie n'ont donné que peu d'écho à cette commémoration, dominée par le thème de la justice qui n'a toujours pas été rendue, certains intervenants, comme Haris Silajdzic, insistant plus particulièrement sur la nécessité de tirer les conséquences politiques de l'arrêt de la CIJ qui a qualifié le massacre de"génocide". Des délégations des "Femmes en noir",de Belgrade, et du Parti libéral-démocrate, représenté au Parlement serbe par 15 députés, témoignaient de la solidarité de la Serbie anti-nationaliste.</p> <p class="spip">La Marche de la Paix qui a précédé la commémoration officielle et celle-ci, qui comprenait la cérémonie religieuse de l'enterrement de 465 victimes dernièrement identifiées, se sont déroulées sans incidents, sous le contrôle coordonnée de la police de RS, du SIPA (organe de sécurité de l'Etat) et de la Mission de police de l'UE. Le rencontre entre Carla Del Ponte et les associations des familles des victimes s'est passée par contre dans un climat très tendu, la Procureure en chef du TPIY ayant été vivement prise à partie par les associations de familles de victimes et notamment par Munira Subacic, Présidente des "Mères de Srebrenica. Accusée d'avoir manqué à ses promesses de faire arrêter Mladic et Karadzic et d'avoir autorisé la rétention par Belgrade de preuves qui auraient permis la condamnation de la Serbie par la CIJ. Carla Del Ponte a eu beaucoup de mal à répondre à ces attaques.</p> <p class="spip">Absent de la commémoration du 11 juillet, Milorad Dodik a voulu marquer à Bratunac le 15° anniversaire de la mort, le 12 juillet 1992, dans les villages de la région,de 65 militaires et civils serbes. Il a évalué le nombre des victimes serbes de la région de Podrinje à 1.000, l'évêque de Tuzla le portant, quant à lui, à 5.000. Le Premier ministre du gouvernement de la RS a regretté que la Communauté internationale ne portait pas autant d'attention aux victimes serbes qu'aux victimes bosniaques et s'est de nouveau insurgé contre la présentation de la RS comme fruit d'un génocide. On remarquait, dans la foule des participants à la commémoration, des personnes revêtues de T-shirts ornés des portraits de Mladic, de Karadzic et du chef des tchetniks de la 2° guerre mondiale Draza Mihajlovic.</p> <p class="spip">Association Sarajevo</p></div> Srebrenica : marche internationale 2007 http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article570 http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article570 2007-06-03T10:11:00Z text/html fr S R E B R E N I C A <br />MARCHE INTERNATIONALE DE LA PAIX SUR LE CHEMIN DE LA MORT ET DE LA LIBERTE du 8 au 11 juillet 2007 <br />Nous vous invitons à participer à la Marche de juillet 2007, sur le chemin parcouru en 1995 par la colonne des 14.000 hommes obligés de fuir Srebrenica, le 11 juillet, après l'attaque des forces serbes et la trahison de l'ONU, qui n'a pas défendu la "zone protégée de Srebrenica". <br />Le 8 juillet, nous partirons de Nezuk : ce village qui tenait la ligne de front a (...) - <a href="http://www.association-sarajevo.org/spip.php?rubrique2" rel="directory">srebrenica</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">S R E B R E N I C A</p> <p class="spip">MARCHE INTERNATIONALE DE LA PAIX SUR LE CHEMIN DE LA MORT ET DE LA LIBERTE du 8 au 11 juillet 2007</p> <p class="spip">Nous vous invitons à participer à la Marche de juillet 2007, sur le chemin parcouru en 1995 par la colonne des 14.000 hommes obligés de fuir Srebrenica, le 11 juillet, après l'attaque des forces serbes et la trahison de l'ONU, qui n'a pas défendu la "zone protégée de Srebrenica".</p> <p class="spip">Le 8 juillet, nous partirons de Nezuk : ce village qui tenait la ligne de front a accueilli le 17 juillet les 6500 survivants de la colonne.</p> <p class="spip">La Marche passe par la vallée de Kamenica, le mont Udric, Cerska, Konjevic Polje, Pobudje, Bulim. Les habitants de ces villages et vallées, qui ont dû se réfugier à Srebrenica en mars 93, sont les principales victimes du génocide.</p> <p class="spip">Par solidarité avec les rescapés de cette population paysanne, courageusement retournée sur ses terres, nous marchons dans le sens du retour. Le 11 juillet, nous serons accueillis au Memorial de Potocari où nous participerons à la Commémoration du génocide de Srebrenica avec 40.000 personnes.</p> <p class="spip">Comment s'organise la Marche ?</p> <p class="spip">Elle est organisée par un Comité local, dont nous sommes membres.</p> <p class="spip">Il y a des véhicules d'accompagnement pour le transport des bagages et dépannage en cas de problème. L'hébergement est prévu chez l'habitant (7 Euros la nuit) ou sous tente.</p> <p class="spip">Participation aux frais d'organisation : 65 E</p> <p class="spip">Les passages entre les zones encore minées sont bien signalés. Il n'y a eu aucun incident lors des Marches 2005 et 2006.</p> <p class="spip">Une solidarité en marche :</p> <p class="spip">Cette Marche veut rendre hommage aux milliers d'hommes sans défense tués dans leur fuite. C'est le plus grand massacre commis en Europe après 1945 ; à la fin du génocide subi par la Bosnie entre 1992 et 1995. <br /> En marchant au côté des Srebreniciens, nous voulons aussi apporter notre contribution à la résolution des problèmes présents.</p> <p class="spip">La région de Srebrenica a scandaleusement été laissée, par les Accords de Dayton, sous l'autorité de la "République serbe de Bosnie", qui s'est imposée par la barbarie et le génocide.</p> <p class="spip">Il est temps maintenant que l'Europe reconnaisse ses responsabilités et soutienne un travail de mémoire, de reconnaissance des crimes et réconciliation afin que les personnes des différentes communautés puissent revivre ensemble, dans le cadre d'une République de Bosnie-Herzégovine réunifiée et sans partition.<br /> C'est pourquoi la participation de marcheurs de toute l'Europe et des anti-fascistes de Serbie, comme les « femmes en noir », sont bienvenus.</p> <p class="spip">Il est important de soutenir les projets présentés par les associations locales : bourses scolaires, création d'entreprises, aménagement routes, centres d'animation avec bibliothèque.<br /> La Permanence Srebrenica y participe.</p> <p class="spip">Indications pour le voyage :<br /> Départ le 5 juillet en car., fr. 200.-, 20 h. de voyage avec retour à différentes dates.<br /> N'hésitez pas à nous contacter</p> <p class="spip">Permanence Srebrenica Maison des Associations 15, rue des Savoises 1205 Genève<br /> Tél. 0041/22/349.36.06 ou 328.03.49. Portable : 079/428.64.67<br /> E-mail : <a href="mailto:srebrenica@romandie.com" class="spip_url spip_out">srebrenica@romandie.com</a> <br /> Site <a href="http://www.srebrenica-asds.com" class="spip_url spip_out">www.srebrenica-asds.com</a> <br /> CCP : 17-96054-1 (dons bienvenus pour le soutien de la Marche).</p> <p class="spip">Contact à Srebrenica . Sead Jahic, dir. tourisme & hébergement. Tél.-fax 00387/56/440.072<br /> E-mail : <a href="mailto:tours_srebrenica@yahoo.com" class="spip_url spip_out">tours_srebrenica@yahoo.com</a> <br /> La Permanence Srebrenica est membre de l'Association des survivants de la Drina-Srebrenica (Suisse) Pour la France : Forum pour la Démocratie dans les Balkans. <br /> Tél. (334)76.53.55.29 ou (336)18038842</p> <p class="spip">Talon d'inscription :</p> <hr class="spip" /> <p class="spip">Nom et prénom : Tél. :</p> <p class="spip">Adressse : E-mail :</p> <p class="spip">Je participe au voyage en car de Genève à Tuzla le 5 juillet :</p> <p class="spip">Je participe à la Marche sous ma responsabilité :<br /> S R E B R E N I C A<br /> MARCHE INTERNATIONALE DE LA PAIX SUR LE CHEMIN DE LA MORT ET DE LA LIBERTE du 8 au 11 juillet 2007</p> <p class="spip">Nous vous invitons à participer à la Marche de juillet 2007, sur le chemin parcouru en 1995 par la colonne des 14.000 hommes obligés de fuir Srebrenica, le 11 juillet, après l'attaque des forces serbes et la trahison de l'ONU, qui n'a pas défendu la "zone protégée de Srebrenica".<br /> Le 8 juillet, nous partirons de Nezuk : ce village qui tenait la ligne de front a accueilli le 17 juillet les 6500 survivants de la colonne.<br /> La Marche passe par la vallée de Kamenica, le mont Udric, Cerska, Konjevic Polje, Pobudje, Bulim. Les habitants de ces villages et vallées, qui ont dû se réfugier à Srebrenica en mars 93, sont les principales victimes du génocide.<br /> Par solidarité avec les rescapés de cette population paysanne, courageusement retournée sur ses terres, nous marchons dans le sens du retour. Le 11 juillet, nous serons accueillis au Memorial de Potocari où nous participerons à la Commémoration du génocide de Srebrenica avec 40.000 personnes.</p> <p class="spip">Comment s'organise la Marche ?<br /> Elle est organisée par un Comité local, dont nous sommes membres.<br /> Il y a des véhicules d'accompagnement pour le transport des bagages et dépannage en cas de problème. L'hébergement est prévu chez l'habitant (7 Euros la nuit) ou sous tente.<br /> Participation aux frais d'organisation : 65 E <br /> Les passages entre les zones encore minées sont bien signalés. Il n'y a eu aucun incident lors des Marches 2005 et 2006. <br /> Une solidarité en marche :<br /> Cette Marche veut rendre hommage aux milliers d'hommes sans défense tués dans leur fuite. C'est le plus grand massacre commis en Europe après 1945 ; à la fin du génocide subi par la Bosnie entre 1992 et 1995. <br /> En marchant au côté des Srebreniciens, nous voulons aussi apporter notre contribution à la résolution des problèmes présents.<br /> La région de Srebrenica a scandaleusement été laissée, par les Accords de Dayton, sous l'autorité de la "République serbe de Bosnie", qui s'est imposée par la barbarie et le génocide.<br /> Il est temps maintenant que l'Europe reconnaisse ses responsabilités et soutienne un travail de mémoire, de reconnaissance des crimes et réconciliation afin que les personnes des différentes communautés puissent revivre ensemble, dans le cadre d'une République de Bosnie-Herzégovine réunifiée et sans partition.<br /> C'est pourquoi la participation de marcheurs de toute l'Europe et des anti-fascistes de Serbie, comme les « femmes en noir », sont bienvenus.<br /> Il est important de soutenir les projets présentés par les associations locales : bourses scolaires, création d'entreprises, aménagement routes, centres d'animation avec bibliothèque.<br /> La Permanence Srebrenica y participe.</p> <p class="spip">Indications pour le voyage :<br /> Départ le 5 juillet en car., fr. 200.-, 20 h. de voyage avec retour à différentes dates.<br /> N'hésitez pas à nous contacter</p> <p class="spip">Permanence Srebrenica Maison des Associations 15, rue des Savoises 1205 Genève<br /> Tél. 0041/22/349.36.06 ou 328.03.49. Portable : 079/428.64.67<br /> E-mail : srebrenica@romandie.com Site www.srebrenica-asds.com <br /> CCP : 17-96054-1 (dons bienvenus pour le soutien de la Marche).<br /> Contact à Srebrenica . Sead Jahic, dir. tourisme & hébergement. Tél.-fax 00387/56/440.072<br /> E-mail : tours_srebrenica@yahoo.com <br /> La Permanence Srebrenica est membre de l'Association des survivants de la Drina-Srebrenica (Suisse) Pour la France : Forum pour la Démocratie dans les Balkans. Tél. (334)76.53.55.29 ou (336)18038842</p> <p class="spip">Talon d'inscription :</p> <hr class="spip" /> <p class="spip">Nom et prénom : <br /> Tél. :</p> <p class="spip">Adressse :<br /> E-mail :</p> <p class="spip">Je participe au voyage en car de Genève à Tuzla le 5 juillet : <br /> Je participe à la Marche sous ma responsabilité :</p> <p class="spip">Signature :</p></div> Le gouvernement des Pays-Bas décore le bataillon néerlandais qui a permis le massacre de Srebrenica http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article495 http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article495 2006-11-11T11:10:07Z text/html fr Les membres des familles de victimes et les survivants des massacres de Srebrenica sont stupéfaits et consternés suite à la décision du ministère de la Défense des Pays-Bas de décerner une médaille militaire aux troupes du Bataillon néerlandais de la Force d'interposition des Nations Unies. <br />« C'est absurde et incompréhensible. Huit mille victimes ça ne compte donc pas ? » a déclaré Muska Begovic-Omerovic. Son grand-père, son père et son frère ont été assassinés par les troupes de l'armée (...) - <a href="http://www.association-sarajevo.org/spip.php?rubrique2" rel="directory">srebrenica</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">Les membres des familles de victimes et les survivants des massacres de Srebrenica sont stupéfaits et consternés suite à la décision du ministère de la Défense des Pays-Bas de décerner une médaille militaire aux troupes du Bataillon néerlandais de la Force d'interposition des Nations Unies.</p> <p class="spip">« C'est absurde et incompréhensible. Huit mille victimes ça ne compte donc pas ? » a déclaré Muska Begovic-Omerovic. Son grand-père, son père et son frère ont été assassinés par les troupes de l'armée Bosno-serbe en juillet 1995. Le bataillon hollandais des troupes des Nations Unies n'a pas pu arrêter les massacres. Begovic déclare : « Et maintenant ils vont rentrer chez eux avec une médaille et le sentiment ‘d'avoir bien fait leur travail' Cela me rappelle notre ancien régime communiste ».</p> <p class="spip">Selon l'IKV (Conseil Néerlandais Inter-églises pour la Paix) cette décoration marque un contraste net, douloureux et écoeurant avec la manière dont les Pays-Bas traitent les survivants et les familles de victimes. « Cela montre une fois de plus que les Néerlandais ne pensent qu'à eux » déclare leur représentant Dion van den Berg.</p> <p class="spip">Le Ministre de la Défense Kamp a décidé de décerner une « Insigne Troisième Bataillon Hollandais » comme « symbole de reconnaissance pour les 850 militaires qui ont rempli honorablement leur mission dans des circonstances difficiles et qui ont été injustement mal considérés depuis longtemps ».</p> <p class="spip">Les vétérans sont très heureux de leur insigne. « Après des années de mépris nous avons enfin la reconnaissance publique que nous avons fait ce que nous pouvions et qu'on nous avait autorisé à faire ».Le rôle du bataillon a été expliqué par le NIOD [Institut Néerlandais de la Documentation de Guerre], mais la médaille a plus de valeur.</p> <p class="spip">Hasan Nuhanovic, qui était le traducteur du Bataillon Hollandais a été très déçu lorsqu'il a eu connaissance de cette information. « Je n'ai pas vu un seul militaire hollandais qui ait fait quelque chose pour mériter une médaille. Parmi les officiers, certains mériteraient même d'être poursuivis en justice ». Nuhanovic a porté plainte contre l'État Hollandais pour sa responsabilité dans la mort de ses parents et de son frère qui ont été obligés de quitter la base hollandaise de Potocari en juillet 1995.</p> <p class="spip">Le Ministre Kamp remettra les insignes le 4 décembre 2006 à Assen. Le Ministère de la Défense se chargera des frais de voyage des militaires et des vétérans même s'ils doivent venir de l'étranger.</p> <p class="spip">pour en savoir plus : <br> <a href="http://www.domovina.net/latest/page_001.php#vijesti#vijesti" class="spip_out">http://www.domovina.net/latest/page_001.php#vijesti#vijesti </a></p> <p class="spip">avec le concours de Sylvie Matton à Paris, Aude Cuénot et André Prochasson à Grenoble ; le 10/11/06</p></div> La commission de la RS sur Srebrenica achève son enquête http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article380 http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article380 2005-10-05T12:09:08Z text/html fr La commission de RS chargée d'enquêter sur le massacre de Srebrenica a finalement remis au gouvernement de Banja Luka un dernier document, contenant la liste de 19.473 civils et militaires impliqués, à un degré ou un autre, dans le massacre. <br />Cette liste sera remise au parquet de Bosnie-Herzégovine, qui aura à se prononcer sur les suites judiciaires à donner, ainsi qu'au TPI. Les noms qu'elle contient ne seront pas rendus publics. Le Haut-Représentant Paddy Ashdown, qui a donné acte aux (...) - <a href="http://www.association-sarajevo.org/spip.php?rubrique2" rel="directory">srebrenica</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">La commission de RS chargée d'enquêter sur le massacre de Srebrenica a finalement remis au gouvernement de Banja Luka un dernier document, contenant la liste de 19.473 civils et militaires impliqués, à un degré ou un autre, dans le massacre.</p> <p class="spip">Cette liste sera remise au parquet de Bosnie-Herzégovine, qui aura à se prononcer sur les suites judiciaires à donner, ainsi qu'au TPI. Les noms qu'elle contient ne seront pas rendus publics. Le Haut-Représentant Paddy Ashdown, qui a donné acte aux autorités de RS de ce qu'elles ont mené à bien les investigations qu'il leur avait demandées, attend d'elles qu'elles examinent en priorité le cas des individus qui occupent toujours des fonctions dans l'administration civile et militaire de l'entité serbe.</p> <p class="spip">Association Sarajevo</p></div> Après la dixième commémoration du massacre de Srebrenica http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article357 http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article357 2005-07-13T08:28:47Z text/html fr Les cérémonies commémoratives du massacre de Srebrenica de juillet 1995 se sont déroulées à Potocari comme prévu, avec la participation d'une très nombreuse assistance bosniaque -environ 50.000 personnes, le chiffre de 100.000 étant aussi avancé -, venue une nouvelle fois exprimer sa douleur et sa soif de justice. 610 corps de victimes identifiées ont été mis en terre. <br />Plus de 500 délégués étrangers, représentants des grandes organisations internationales et d'une cinquantaine de pays (...) - <a href="http://www.association-sarajevo.org/spip.php?rubrique2" rel="directory">srebrenica</a> <div class='rss_texte'><p class="spip">Les cérémonies commémoratives du massacre de Srebrenica de juillet 1995 se sont déroulées à Potocari comme prévu, avec la participation d'une très nombreuse assistance bosniaque -environ 50.000 personnes, le chiffre de 100.000 étant aussi avancé -, venue une nouvelle fois exprimer sa douleur et sa soif de justice. 610 corps de victimes identifiées ont été mis en terre.</p> <p class="spip">Plus de 500 délégués étrangers, représentants des grandes organisations internationales et d'une cinquantaine de pays étaient sur place, les messages officiels affluant de toutes parts. Ceux qui ont laissé s'accomplir le crime n'ont pu que témoigner leurs regrets, voire leur honte de ce qui s'est passé il y a dix ans. C'est ce mot « honte » qui a notamment été prononcé par le ministre britannique des Affaires étrangères, Jack Straw, pour qualifier l'action passée de la « communauté internationale », mais il serait fastidieux de citer toutes les déclarations qui allaient dans le sens de ce repentir plus ou moins avoué. Carla Del Ponte, procureure en chef du TPI, a préféré manifester sa désapprobation de la carence toujours actuelle, de toutes les autorités, locales ou internationales, à capturer Karadzic et Mladic, en s'abstenant de paraître à Potocari. La France, représentée par le ministre des affaires étrangères Philippe Douste-Blazy, ne s'est pas distinguée par l'éclat de sa prise de position. On ne peut s'empêcher de penser que la focalisation sur Srebrenica permet de faire l'économie d'un retour sur l'ensemble des guerres yougoslaves,leur origine, leur déroulement, leur aboutissement, alors que, selon les propos tenus devant la mission d'information parlementaire française par le premier ambassadeur de France à Sarajevo, Henry Jacolin, « ce qui s'est passé à Srebrenica a été, en quelque sorte, un concentré dans le temps (dix jours) de ce qui est advenu dans toute la Bosnie-Herzégovine pendant trois ans, particulièrement à Sarajevo dont le siège a duré trois ans ».</p> <p class="spip">Parmi les personnalités présentes, qu'il soit permis de relever particulièrement celle du représentant de la Pologne,Tadeusz Mazowiecki, un des rares hommes d'Etat qui se soit montré à la hauteur de sa fonction en l'abandonnant lorsqu'il s'est avéré qu'elle ne relevait que de la fiction. L'Association des Mères de Srebrenica et de Zepa lui a remis, à l'occasion de son passage en Bosnie, un prix dont il a reversé le montant à une œuvre d'éducation des enfants de Srebrenica.</p> <p class="spip">Une grande attention a été portée au déplacement du Président de Serbie Boris Tadic, qui avait maintenu sa décision de participer à la cérémonie en dépit des oppositions qu'elle avait suscitées en Bosnie et d'ailleurs aussi en Serbie. Il l'a justifiée auprès de ses compatriotes serbes, la veille de son départ pour la Bosnie, par trois raisons : une considération d'ordre humanitaire, montrer l'opposition des citoyens serbes aux crimes de guerre, favoriser la coopération entre les pays de la région. Son but, clairement affiché, était de dissocier la Serbie des crimes commis par certains de ses représentants, avec l'espoir émis que Mladic serait arrêté dans les prochains jours.</p> <p class="spip">L'opinion et les milieux politiques de Bosnie ont diversement apprécié la démarche du Président serbe, qui s'est prudemment gardé de présenter des excuses en bonne et due forme. Si certains veulent y voir les premiers pas en direction de la reconnaissance de la responsabilité de Belgrade dans la destruction de la Bosnie, d'autres n'y décèlent que le signe d'une habile manœuvre politique pour attirer à la Serbie les bonnes grâces de la communauté internationale et notamment de l'Union européenne, d'autant plus que du côté serbe, la tendance est d'englober le massacre de Srebrenica dans la condamnation indistincte de tous les crimes commis pendant les guerres yougoslaves. La minute de silence observée par l'Assemblée nationale de Serbie l'a été à la mémoire des victimes de Srebrenica, de Bratunac et... des attentats de Londres. Comme s'il leur fallait répliquer à la commémoration de Srebrenica qu'ils estiment avoir été détournée à des fins politiciennes ant-serbes, les autorités religieuses et politiques de la RS ont organisé à Bratunac, avec le soutien de leurs homologues de Serbie, une cérémonie à la mémoire des victimes serbes de la région, qu'ils estiment à 3.000, en demandant que Naser Oric soit inculpé par le TPI de crimes contre l'humanité.</p> <p class="spip">La position des dirigeants de Belgrade est, en fait, loin d'être claire, d'une part parce qu'elle dépend des luttes pour le pouvoir qui se mènent en Serbie, d'autre part parce qu'une lecture lucide du passé y reste difficile. Une chose est de proclamer qu'il n'y pas de culpabilité collective du peuple serbe pour les crimes perpétrés en son nom -c'est une des raisons d'être du TPI -, une autre est de refuser de considérer que les guerres déclenchées par Milosevic l'ont été avec le soutien, à l'origine majoritaire, de l'opinion serbe, y compris de ses élites. Sur ce dernier point, il faut rappeler que la « question nationale serbe », qui a permis le ralliement au régime de Milosevic des secteurs dominants de la société serbe, de son armée, de son Eglise orthodoxe, de ses intellectuels, n'est aujourd'hui pas fondamentalement remise en cause, ce qui a des conséquences évidentes pour la résolution des problèmes du Kosovo et de la RS. L'influence des courants nationalistes, les « modérés » et les « ultra » ne se distinguant guère sur le fond, demeure suffisamment forte pour empêcher toute nouvelle approche.</p> <p class="spip">Que ce passé continue de peser de tout son poids sur le règlement des questions actuelles se remarque par exemple à propos de la plainte pour agression et génocide déposée par la Bosnie-Herzégovine contre la Serbie-Monténégro devant la Cour Internationale de Justice de La Haye (à ne confondre ni avec le Tribunal Pénal International, ni avec la Cour Pénale Internationale) qui l'examinera à partir de février prochain. D'après l'expert américain de droit international Francis Boyle, interrogé par « Oslobodjenje », cette plainte aurait toutes les chances d'aboutir, ce qui pourrait avoir des conséquences considérables tant du point de vue pécuniaire que de celui du statut constitutionnel de la Bosnie-Herzégovine en raison du caractère dès lors illégitime de la division ethnique du pays. D'après le quotidien de Sarajevo, le membre bosniaque de la présidence collégiale de B.-H., Sulejman Tihic, de même que le Président de Croatie Stjepan Mesic, la Croatie ayant elle aussi déposer une plainte pour agression serbe devant la même juridiction, aurait refusé de prendre en considération une proposition d'arrangement en dehors de la CIJ formulée par Jack Straw, au nom de l'Union européenne et des Etats-Unis.</p> <p class="spip">Association Sarajevo</p> <p class="spip">A Paris, une petite centaine de personnes se sont réunies le 9 juillet sur le parvis de Beaubourg dans le cadre de la dixième commémoration du massacre.</p></div> Le Parlement européen et Srebrenica http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article356 http://www.association-sarajevo.org/spip.php?article356 2005-07-09T08:42:18Z text/html fr Communiqué du service de presse du Parlement européen du 7 juillet 2005 <br />Dans une résolution adoptée aujourd'hui, les députés condamnent vigoureusement le massacre de Srebrenica et honorent le souvenir des victimes des atrocités. Ils soulignent la nécessité de transférer et de condamner les coupables de ces crimes de guerre. Soutenant sans réserve le travail du tribunal pénal international (TPIY), le Parlement répète qu'une coopération "pleine et entière" de tous les pays de la région avec (...) - <a href="http://www.association-sarajevo.org/spip.php?rubrique2" rel="directory">srebrenica</a> <div class='rss_texte'><p class="spip"><i class="spip">Communiqué du service de presse du Parlement européen du 7 juillet 2005</i></p> <p class="spip">Dans une résolution adoptée aujourd'hui, les députés condamnent vigoureusement le massacre de Srebrenica et honorent le souvenir des victimes des atrocités. Ils soulignent la nécessité de transférer et de condamner les coupables de ces crimes de guerre. Soutenant sans réserve le travail du tribunal pénal international (TPIY), le Parlement répète qu'une coopération "pleine et entière" de tous les pays de la région avec cette juridiction constitue une condition préalable à une coopération plus étroite avec l'Union européenne.</p> <p class="spip">Les députés sont préoccupés par le fait qu'une partie encore importante de l'opinion publique serbe ne reconnaît pas les crimes de guerre commis à l'encontre des civils musulmans et ils encouragent vivement le gouvernement serbe à prendre des mesures afin de confronter la nation à son passé.</p> <p class="spip">Pour assurer la paix et la stabilité dans les Balkans occidentaux, les députés insistent sur la mise en œuvre de l'agenda de Thessalonique. Le mandat et la force de maintien de la paix des Nations unies n'ayant pas suffi à assurer la protection des zones de sécurité ; les Nations unies et les institutions internationales concernées sont invitées à tirer les leçons de cet échec et à se préparer à de futures missions de pacification.</p> <p class="spip">Pour les députés, l'accord de Dayton ne constitue plus un cadre adapté, aussi invitent-ils le Conseil et toutes les parties concernées à soutenir les initiatives visant à l'aménager. Les citoyens de toutes les entités et de tous les groupes ethniques du pays doivent assumer leur responsabilité pour parvenir à un nouvel accord constitutionnel et à la création d'un État viable pour tous.</p> <p class="spip">Le Parlement réaffirme l'engagement pris par l'UE d'aider les pays des Balkans candidats et candidats potentiels à se préparer à une adhésion. Dans cet objectif, des instruments et financements adéquats devraient être prévus dans les prochaines perspectives financières qui soient à la hauteur des ambitions de l'Union et des attentes légitimes des pays de la région.</p> <p class="spip">Enfin, les députés sont gravement préoccupés par la situation économique et sociale qui règne dans le pays. Un règlement de cette question cruciale constitue la clé de la stabilisation de la région. Les gouvernements et l'Union européenne sont invités à reconnaître que l'essor économique et social constitue la priorité des priorités pour les peuples de la région. Dans cet objectif, la coopération régionale et transfrontalière devra être renforcée.</p></div>