Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > sur le TPI > Verdict du TPIY contre cinq hauts responsables serbes

Verdict du TPIY contre cinq hauts responsables serbes

dimanche 1er mars 2009


Sonja Biserko, présidente de la section de Serbie du Comité Helsinki des droits de l’homme, commente en ces termes le verdict énoncé le 26 février par le TPIY contre cinq hauts responsables militaires et civils serbes , reconnus coupables de crimes contre l’humanité commis au Kosovo en 1999 :

"Le verdict contre le sommet de l’Etat serbe, les chefs de l’armée et de la police, pour les crimes commis au Kosovo, est d’une importance majeure pour la région et particulièrement pour la société serbe. Cela est particulièrement vrai pour l’élite intellectuelle et la classe politique qui sont maintenant obligées de réexaminer leur responsabilité concernant la campagne de terreur d’Etat menée au Kosovo. C’est le jugement le plus significatif rendu par le Tribunal de La Haye depuis son établissement, en ce qu’il prouve pour la première fois les accusations portées contre Slobodan Milosevic, dont la mort a empêché que le procès soit mené à son juste et légal terme". (voir le texte intégral de son article, en anglais, sur le site du Bosnian Institute : www.bosnia.org.uk )

A travers Nikola Sainovic, ancien vice-président de la RFY, Nebojsa Pavkovic, général des forces armées serbes, Sreten Lukic, général à la tête des forces de police, condamnés à 22 ans d’emprisonnement et les généraux Vladimir Lazarevic et Dragoljub Ojdanic, condamnés à 15 ans de la même peine, c’est bien Milosevic qui a, en quelque sorte, été condamné à titre posthume, et avec lui, l’Etat serbe, qu’il dirigeait en tant que président de la RFY. L’acquittement de Milan Milutinovic, alors président en titre de la Serbie, aussi discuté qu’il soit, peut même être invoqué comme une preuve de plus contre Milosevic, en ce qu’il est expliqué par le fait qu’il ne disposait d’aucun pouvoir réel face au seul maître de la Serbie, alors que Nikola Sainovic et les généraux condamnés ont été directement associés à ce que le TPIY qualifie comme une entreprise criminelle commune dont l’objectif était "le recours à la violence et à la terreur afin de forcer un nombre significatif d’Albanais du Kosovo [ estimés par le tribunal à 700.000] à partir de chez eux et à passer la frontière pour permettre aux autorités de l’Etat de garder le contrôle du Kosovo".

Le verdict a été accueilli avec consternation par les dirigeants et les médias serbes, même si l’acquittement de Milutinovic a pu leur fournir un motif de satisfaction. Exprimant plus que des regrets, le SPS, parti membre de la coalition gouvernementale réputée "démocratique et proeuropéenne" n’a pu cacher ses vrais sentiments, exprimés par exemple par le ministre Milutin Mrkonic qui a déclaré que " les condamnés ont seulement défendu leur pays dans une des périodes les plus difficiles de son histoire" et que l’"Histoire montrera que Milosevic avait raison". Les milieux officiels feignent de considérer que ce jugement ne saurait altérer leur thèse du "Kosovo, partie intégrante et éternelle de la Serbie", mais de nombreux juristes observent qu’il est de nature à retirer un peu plus de crédibilité à la requête de la Serbie de voir reconnaître par la Cour Internationale de Justice l’ "illégalité" de l’indépendance du Kosovo.

Il est en tout cas établi que lorsque les preuves de la politique criminelle du régime de Milosevic sont accessibles et rendues publiques, la vérité et la justice peuvent être dites. C’est ce qui rend encore plus incongru le procès intenté par le TPI à Florence Hartmann, qui n’a fait, après d’autres, que pointer cette évidence. Si ces conditions sont réunies, le procès de Karadzic, qui peine à s’engager, celui de Mladic, s’il est un jour arrêté, ne manqueront pas de démontrer, pour la Bosnie-Herzégovine, ce qui vient de l’être pour le Kosovo.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP