Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > Nouveau charnier, même situation générale

Nouveau charnier, même situation générale

mardi 12 décembre 2006


La Commission des personnes disparues de BH vient d’annoncer l’exhumation des restes de 258 corps d’un charnier découvert à proximité de Brcko. Il s’agit, selon les experts, de victimes bosniaques et croates des milices serbes qui ont envahi la région au tout début de la guerre. Certaines d’entre elles ont été tuées de deux ou trois balles dans la tête.

A Foca, c’est l’enterrement des dépouilles de six Bosniaques qui a revivifié le souvenir des tueries qui, d’après les associations des civils tués ou disparus de la ville, ont causé la mort de 1200 personnes, 800 des corps retrouvés n’ayant pas encore pu être identifiés.

A ce chapitre des crimes de guerre commis en BH et à leurs suites, l’affaire de la décoration décernée par le gouvernement néerlandais aux casques bleus de Srebrenica continue de provoquer de très vives réactions dans le pays, dont des protestations officielles de la Présidence et du gouvernement central auprès des autorités des Pays-Bas. Certaines des familles des victimes vont engager , en janvier, une action en justice contre le gouvernement néerlandais devant un tribunal ordinaire de La Haye.

L’Association des mères de Srebrenica et Zepa considère que le geste de ce gouvernement est un signe supplémentaire de la tendance de la "Communauté internationale" à minimiser les crimes commis par les forces serbes, pour alléger le poids de sa propre responsabilité. Elle s’indigne par ailleurs du refus de la publication des noms des participants au massacre, dont la liste figure dans le rapport de la commission d’enquête de la RS et de la mauvaise volonté des autorités de celle-ci à collaborer à la recherche des charniers.

L’assurance de Milorad Dodik à défendre sans vergogne le droit de la RS à se maintenir dans sa position actuelle de quasi-Etat tient en effet à ce qu’il rejette le constat de la création de l’entité serbe comme fruit de l’agression et du nettoyage ethnique. Se drapant dans une posture d’opposant à Karadzic et au SDS, tenus pour seuls responsables des atrocités commises pendant le conflit, il ne veut voir dans celui-ci qu’une malheureuse guerre civile dont toutes les parties furent responsable au même degré, les Serbes n’ayant fait que résister à la tentative des "Musulmans" d’imposer leur domination aux autres peuples de Bosnie, ce qu’ils continueraient de vouloir en demandant la suppression des entités. Selon des sources informées, la Cour Internationale de Justice rendrait son jugement sur la plainte pour agression et génocide déposée par la BH contre la Serbie-Monténégro, le 21 février 2007.

Avec sa vision du passé, du présent et de l’avenir de la BH, Milorad Dodik se targue, fort de son succès dans la RS et du pouvoir dont il y dispose, de mieux gérer les affaires de son entité, par exemple en y attirant des investissements extérieurs, notamment de Serbie, que les autorités politiques de l’Etat central et de la Fédération, empêtrées dans leurs multiples divisions "ethniques" et politiques. Sur ce point, la lenteur dans l’avancement des études et des travaux concernant la construction de l’autoroute Corridor 5C, qui doit relier Budapest au port croate de Ploce, en traversant la Bosnie-Herzégovine, paraît apporter de l’eau à son moulin. Le coût des travaux de la partie bosnienne doit définitivement être connu à la fin de l’année, avec une estimation finale 5 milliards d’euros, contre les 3,5 prévus au départ. Sur les 330 km du parcours bosnien, 20 sont déjà construits.

Si le calcul de Dodik s’avérait le bon, du moins pour ses intérêts propres, il pourrait se révéler désastreux pour la BH, empêchée pour longtemps de se constituer en un Etat viable et fiable. Les responsables européens devraient tenir compte de l’analyse que Paddy Ashdown a présentée récemment au cours d’un débat sur le Kosovo et les Balkans devant la Chambre Haute du Parlement britannique. L’ancien Haut-Représentant, bien que sa gestion ait été fort critiquée en Bosnie, n’en est pas moins un bon connaisseur de la situation de la région. Il a déclaré en substance : " Je suis effrayé que la BH aille en arrière et non en avant. La Communauté internationale permet une nouvelle fois à la RS de croire qu’elle est un Etat et non une partie de la BH. La RS a été autorisée à rejeter les accords et les promesses de réformes, particulièrement celles touchant à la TVA et à la police....La RS a rompu l’accord conclu sur la police, si important pour l’avenir de la BH. Pour le pire, elle envisage d’ouvrir des ambassades dans des pays étrangers, appelées missions représentatives, par exemple à Bruxelles. Certains, en RS, sont encouragés par Belgrade, laissant penser qu’il pourrait y avoir un échange de territoire après l’annonce de la décision sur le Kosovo. Il est de la plus haute importance que la Communauté internationale dise très clairement et d’une voix forte que de telles actions et aspirations ne passeront pas. Il doit être demandé à Belgrade de s’engager clairement à ne pas revendiquer d’ échange de territoire, faute de quoi il lui serait signifié que la Serbie n’aura pas d’avenir et qu’elle ne rejoindra pas les structures euro-atlantiques".

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP