Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > sur la B.H. > Compromis en vue ?

Compromis en vue ?

samedi 24 novembre 2007


Les six partis de la coalition majoritaire réunis le 22 novembre à l’invitation de Haris Silajdzic, membre bosniaque de la Présidence tripartite, semblent avoir avancé vers un apaisement de la crise qui n’a cessé de s’approfondir ces dernières semaines en BH. Ils ont ,du moins, voulu lancer des signes de leur volonté d’aller dans ce sens.

Ils ont d’abord confirmé qu’ils entendaient aboutir à la réforme de la police posée par l’Union européenne comme condition de la conclusion de l’Accord de stabilisation et d’association avec la BH. Ils se sont mis d’accord sur des dispositions visant à centraliser et coordonner certaines structures et activités policières, mais éludé le point crucial des limites des circonscriptions en le subordonnant à la future et hypothétique révision constitutionnelle, ce qui satisfait pour le moment le Premier ministre de RS, Milorad Dodik.

Ils ont ensuite envisagé les suites à donner aux récentes mesures prises par le Haut-Représentant pour débloquer le fonctionnement des institutions centrales de l’Etat, qui ont provoqué l’ire et les menaces des dirigeants de la RS, appuyés à fond par Belgrade. Tant en ce qui concerne le parlement que le gouvernement, un accord a été réalisé sur des solutions qui représentent un compromis entre les propositions de Miroslav Lajcak et les exigences de Milorad Dodik, en faisant la part la plus belle à celles-ci, en ce qu’elles ne réduisent que très peu le pouvoir de nuisance du "vote par entité". Le paradoxe est que le principal artisan de l’accord a été Haris Silajdzic, qui a bâti sa fortune politique sur son combat pour une BH citoyenne, pour la limitation, sinon le refus de ce " vote par entité". En tendant la perche à son meilleur ennemi, Milorad Dodik, le dirigeant du SBiH ( Parti pour la BH), s’est séparé de l’autre parti nationaliste bosniaque, le SDA, qui n’accepte, pour sa part, aucun recul par rapport aux mesures annoncées par Miroslav Lajcak, de même que le SPD (parti social-démocrate), parti d’opposition et à ce titre absent de la réunion du 22 novembre.

Le vote sur la modification du règlement de la Chambre des Représentants, nécessaire pour faire appliquer cet accord entre les partis de la RS, les partis croates et le SBiH, doit intervenir en principe le 27 novembre. La proposition bénéficierait d’une majorité parlementaire, mais au prix d’une rupture entre le SBiH et le SDA et de l’exclusion du SDP. Il faudrait néanmoins que Miroslav Lajcak accepte de transiger sur un des points de ses propositions qu’il jugeait essentiel, celui qui porte sur la prise en compte, pour le calcul des voix au parlement, des membres présents et non des élus, ceci afin d’empêcher l’obstruction par le simple absentéisme des députés.

Quoi qu’il arrive, ces rabibochages de dernière minutes qui relèvent avant tout et de part et d’autre de la manoeuvre politique, ne permettraient qu’un court relâchement de la tension. Milorad Dodik annonce déjà qu’il reprendra son offensive pour la fin de la présence internationale en Bosnie. L’attente de l’après 10 décembre au Kosovo plane sur la suite des événements dans la région. Des mots comme ceux prononcés par Vojislav Kostunica à Banja Luka le 21 novembre, à l’occasion de l’inauguration du nouveau siège du gouvernement de la RS, sur le fait que "la Drina ne sera pas une frontière" ne peuvent, dans le contexte actuel, qu’attiser les craintes répandues dans la région. Le Conseil de sécurité a reconduit pour un an le mandat de l’EUFOR et l’Union européenne, pour deux ans, celui de sa mission de police en BH (MPUE).

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP