Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > Holbrooke et Kouchner à Sarajevo.

Holbrooke et Kouchner à Sarajevo.

lundi 6 octobre 2003


Les membres de la Présidence de Bosnie-Herzégovine ont rencontré le 2 octobre à Sarajevo une délégation de hauts responsables internationaux, présidée par l’ambassadeur Richard Holbrooke et Bernard Kouchner. Ils ont discuté de l’évolution de la situation en B-H depuis la signature de l’Accord de Dayton, de la mise en œuvre des réformes et de l’inclusion de la Bosnie aux processus d’intégration européens et euro-atlantiques.

Les membres de la présidence collégiale, Dragan Covic, Sulejman Tihic et Borislav Paravac, ont déclaré aux journalistes qu’ils avaient informé les membres de la délégation qu’il fallait élargir leurs responsabilités tout en maintenant la présence administrative et militaire de la communauté internationale et que leur but était de créer un Etat moderne, stable et économiquement et politiquement autonome.

Tihic a insisté sur la nécessité de revoir l’annexe 4 de l’Accord de Dayton (le texte constitutionnel) se déclarant convaincu qu’un accord sur l’amendement de la Constitution de la B-H pourrait faire l’objet d’un consensus entre les différentes parties.

La réforme du système de la défense et les problèmes que cela pose ont également été discutés.

Selon Holbrooke, l’Accord de Dayton représente un cadre général pour la paix et la prospérité susceptible d’être modifié et amélioré si l’ensemble des citoyens en décident ainsi. Il a déclaré soutenir le Tribunal de la Haye mais estime que le fait que ni Karadzic ni Mladic n’aient été arrêtés constitue un véritable échec. Kouchner a affirmé pour sa part que la situation en Bosnie s’était grandement améliorée depuis la signature de l’accord de Dayton.

DECLARATION DE HOLBROOKE A SARAJEVO :

"L’accord de paix de Dayton est le cadre du récent passé et du futur de la B-H. Ce n’est pas un document parfait et il peut être amélioré de diverses manières. Je suis tout à fait en faveur de cette solution et pense que nous devrions aller de l’avant. Il y a place pour d’autres améliorations. Même la Constitution des Etats-Unis pourrait être améliorée. Mais j’estime très important de conserver l’accord de Dayton en tant que cadre.

La priorité des Bosniens doit être de préserver la stabilité de leur économie, de s’intégrer au niveau régional et de tout faire pour rejoindre les institutions européennes et l’UE. Mais tout ceci exige l’amendement de l’Accord de Dayton. Les criminels de guerre encore au large doivent être arrêtés et il faut mener à bien la réforme du système de défense pour qu’il n’y ait plus trois différentes armées sur le sol de la Bosnie-Herzégovine."

COMMENTAIRE :

La Constitution octroyée à la B.-H. par les accords de Dayton permet en effet sa modification par simple « décision de l’Assemblée parlementaire prise à la majorité des deux tiers des votants présents en personne à la Chambre des représentants » ( Art. 10, al. 1 )

Le problème est qu’une révision fondamentale de ce texte, dans le sens d’une recherche de la cohésion nécessaire à toute politique de reconstruction du pays et de sa société, est impossible à obtenir de la part des groupes politico-mafieux actuellement dominants en Bosnie, qui se nourrissent de sa division institutionnalisée, aboutissement voulu de la guerre et accepté par la « Communauté internationale ».

Seule l’émergence de nouvelles forces, porteuses d’une vision de l’avenir de la Bosnie et soutenues, réellement et non seulement en paroles, par un engagement fort de l’Europe, serait en mesure de changer le cours des choses. Au vu de la situation, aussi bien en Bosnie qu’en Europe, cette perspective apparaît, pour le moment, très incertaine.

Association Sarajevo.


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP