Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > Milorad Dodik contre Valentin Inzko

Milorad Dodik contre Valentin Inzko

mercredi 30 décembre 2009


L’Assemblée de la RS a rejeté, le 28 décembre, la décision du Haut-Représentant Valentin Inzko, soutenu par le PIC (Conseil de mise en œuvre des accords de Dayton), de prolonger pour trois ans le mandat des magistrats internationaux siégeant à la Cour de Bosnie-Herzégovine compétente en matière de crimes de guerre. Milorad Dodik, Premier ministre de l’entité serbe, a dans le même temps annoncé qu’il soutenait la proposition du SDS (parti de Karadzic) d’amender la législation de la RS pour rendre possible un référendum sur la question, référendum qui pourrait, selon lui, se tenir en mars ou en avril prochains.

Le Haut-Représentant a immédiatement répliqué que la décision de l’Assemblée était contraire aux accords de Dayton et aux résolutions du Conseil de Sécurité, desquels il détenait ses pouvoirs.

On ne sait s’il s’agit de la part de Milorad Dodik et de ses partisans, d’entretenir leur guerre verbale avec le Haut-Représentant dans la perspective des élections de l’automne, ou s’ils entendent pousser l’épreuve de force jusqu’au bout. Pour "Oslobodjenje" la vraie question est celle de la réaction de la "Communauté internationale" devant cette nouvelle montée de l’escalade dans laquelle est lancé le dirigeant de la RS. Valentin Inzko a bien spécifié qu’il agissait dans le cadre des résolutions contraignantes du Conseil de Sécurité, prises selon le chapitre VII de la Charte des Nations-Unies, mais le journaliste Farik Beric note que cette "Communauté internationale" telle qu’elle s’exprime dans le PIC, est très divisée. Il redoute qu’elle demeure une nouvelle fois inerte, ce qui signifierait l’engagement vers une révision des accords de Dayton en vue de la création d’une union de petits Etats ethniques, qui satisferait aussi bien Milorad Dodik que ses "partenaires" croate Dragan Covic (président du HDZ-BiH) et bosniaque Fahrudin Radoncic (propriétaire du journal Avaz et fondateur d’un nouveau parti bosniaque, proche du reis Ceric). Ce journaliste ajoute toutefois que les événements récents empêchent, dans l’immédiat, la fermeture du bureau du Haut-Représentant et le retrait de la "Communauté internationale de BH.

Il sera intéressant de connaître dans les prochains jours la position de Belgrade à ce sujet. Les dirigeants serbes, qui assurent être attachés à la souveraineté et à l’intégrité de la Bosnie-Herzégovine, déclarent aussi soutenir les revendications qu’ils estiment légitimes de leurs amis de Banja Luka. Que feront-ils si cette double fidélité s’avère impossible ? Choisiront-ils la voie de la stabilité régionale, nécessaire à leur engagement pro-européen mais déjà écornée par leur refus d’établir des relations avec Pristina, ou leur solidarité envers les populations serbes de toute la région, récemment rappelée par Boris Tadic à l’occasion d’une réunion de tous leurs représentants à Belgrade ?

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP