Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > Europe du Sud-Est > La coopération entre la RS et la Serbie

La coopération entre la RS et la Serbie

lundi 21 juin 2010


On trouvera ci-dessous le communiqué, diffusé le 20 juin dans sa version française, par la station de radio "Glass Srbija" (La voix de la Serbie), sous le titre : "Dacic et Dodik:coopération efficace de la Serbie et de la Republika Srpska. :

"Le vice-Premier ministre, serbe et ministre de l’Intérieur, Ivica Dacic et le Premier ministre de la Republika srpska , Milorad Dodik, ont constaté, à Banjaluka, la coopération efficace des deux pays, sur la base de l’Accord sur les liens spéciaux, parallèles, et, celle des deux Ministères de l’Intérieur dans la lutte contre le crime organisé. La Serbie, a signalé M. Dodik, est un facteur important dans la région et a réussi à reprendre le rôle de garant de l’Accord de paix de Dayton. M. Dacic a mis en vedette qu’il fallait intensifier les liens spéciaux entre la Serbie et la RS, et, développer davantage la coopération politique et économique. La Serbie, en tant que garant de l’Accord de Dayton, n’est pas uniquement le garant de la RS, mais aussi de la BH, a mis en relief M. Dacic, en répétant que la Serbie était intéressée à la stabilité en Bosnie."

Dans sa brièveté, ce communiqué peut apparaître comme la meilleure illustration de la singulière situation qui s’est établie dans les Balkans occidentaux, non seulement en ce qui concerne les relations entre la Bosnie-Herzégovine et la Serbie, mais aussi quant au rôle que prétend y jouer Belgrade.

Comment ne pas s’étonner, lorsque l’on a un peu de mémoire, de voir l’ancien collaborateur de Milosevic et son successeur à la tête du parti qui a dirigé la Serbie pendant toutes les années de conflits et de guerres, venir se déclarer garant, au nom de la Serbie, du chaos qu’a engendré une politique dont il a été le porte-parole de 1992 à 2000 et qu’il n’a pas reniée dans son fondement ?

On retiendra la subtilité de la formule de Milorad Dodik sur la "réussite" de la Serbie à "reprendre" ce rôle de "garant". On appréciera l’humour, sans doute inconscient, d’Ivica Dacic, lorsqu’il se pose en quelque sorte en protecteur de la Bosnie-Herzégovine. On remarquera que c’est le ministre de l’intérieur de Serbie, dont les services sont incapables, et pour cause, d’arrêter le grand criminel Ratko Mladic, qui se veut le héraut de la lutte contre le crime organisé. On observera que tout cela se passe avec le consentement de l’Union européenne. Il faut noter à ce propos, que dans une interview au journal de Sarajevo "Avaz", le procureur en chef du TPI Serge Brammertz a déclaré que, pour justifier leur décision de dégeler le processus de ratification de l’Accord de stabilisation et d’association, les ministres des Affaires étrangères des 27, ne s’étaient appuyés que sur une partie de son exposé devant eux : "Vous devez savoir que j’ai été très clair….:Je leur ai dit que s’agissant des fugitifs, très peu de résultats ont été atteints et qu’il restait beaucoup à faire". Il a confirmé que pour lui, l’arrestation de Mladic et d’ Hadzic demeurait la priorité.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP