Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > Europe du Sud-Est > L’Accord de stabilisation et d’association signé avec la (...)

L’Accord de stabilisation et d’association signé avec la Serbie, pas avec la BH

dimanche 4 mai 2008


L’Accord de stabilisation et d’association entre l’Union européenne et la Serbie a été signé en grande pompe à Luxembourg le 29 avril par Dimitrij Rupel, ministre des Affaires étrangères de Slovénie, pays actuellement président de l’Union, et Bozidar Djelic, vice-premier ministre du gouvernement serbe.

Les gouvernements des Pays-Bas et de Belgique avaient finalement, sous la forte pression de leurs partenaires, levé leur opposition fondée sur le refus des autorités de Belgrade de coopérer pleinement avec le TPIY, en laissant courir les grands criminels de guerre encore en liberté, et particulièrement Ratko Mladic, qui se trouve à coup sûr en Serbie. Les deux pays récalcitrants ont néanmoins obtenu que la ratification de l’accord et son application soient subordonnées à la réalisation de cette condition, ce qui a fait dire au ministre des Affaires étrangères belge, Karel De Gucht, que "c’était juste de la phraséologie", ce que Dimitrij Rupel interprète au nom des capitales européennes différemment, comme un "signal fort envoyé à la Serbie pour nous rejoindre". Il s’agit en effet, sans ambiguïté, de donner un coup de pouce aux forces proeuropéennes serbes pour qu’elles arrachent la majorité aux élections législatives du 11 mai, faute de quoi l’accord signé serait annulé par les ultra-nationalistes, du Premier ministre sortant Kostunica et du leader des radicaux Nikolic. Boris Tadic a eu beau répéter, dans le discours qu’il a tenu lors de la cérémonie de signature, qu’il continuerait de défendre l’intégrité de la Serbie, Kosovo compris, ceux-ci l’accusent de trahison pour avoir commis un acte anticonstitutionnel et avoir bradé une province serbe en se soumettant au diktat de Washington et de Bruxelles. On connaîtra le 11 mai le résultat de cette tentative de sauvetage de dernière heure.

Mais la porte entrouverte à la Serbie ne l’a pas encore été à la Bosnie-Herzégovine. Les lois de réforme de la police, supposées ouvrir au pays la voie royale de l’intégration européenne n’ont pas suffit à lui faire immédiatement franchir la première étape du parcours. Les 27 réunis à Luxembourg le 29 avril ont certes salué les progrès accomplis par la BH, mais ils ont estimé que des détails "techniques" empêchaient une signature le jour même. Il semble que les traductions des documents diplomatiques et leurs vérifications soient plus difficiles dans et des langues officielles de BH ( bosniaque, croate et serbe) que dans et du serbe de Serbie. Les spécialistes apprécieront, mais ce ne sont pas seulement les médias et les politiques de Sarajevo qui mettent en doute le prétexte invoqué et s’insurgent contre la priorité donnée, une fois de plus, aux intérêts de la Serbie. L’ ICG ( International Crisis Group), l’ESI ( European Stability Initiative), comme "Human Rights Watch" critiquent la récompense accordée à la Serbie, malgré les manquements à ses obligations internationales. Il ne fait pas de doute que la fleur faite à la Serbie aurait eu moins d’éclat, associée à un satisfecit parallèle à un autre Etat de la région. Elle devait être unique. Cedomir Jovanovic, dirigeant du LDP (parti libéral-démocrate), seule formation carrément antinationaliste et proeuropéenne en campagne pour les élections du 11 mai en Serbie, de passage à Sarajevo, a proclamé sa solidarité avec la BH.

La signature avec la BH est maintenant attendue pour fin mai, ou fin juin ou en juillet, pendant la présidence française de l’Union. A moins que de malencontreux événements survenus entre-temps dans la région ne remettent tout en question…

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP