Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > Après l’arrestation de Milan Lukic

Après l’arrestation de Milan Lukic

vendredi 12 août 2005


Milan Lukic, accusé par le TPI de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre commis entre 1992 et 1994 dans la région de Visegrad par le groupe paramilitaire des « Aigles blancs » qu’il dirigeait, a été arrêté le 8 août à Buenos Aires. Comparaissant devant un magistrat argentin, il a accepté son extradition tout en contestant les crimes qui lui sont imputés. Son transfert à La Haye devrait se faire avant la fin du mois. En juin dernier, un autre criminel de guerre serbe, l’ancien commandant de police Nebojsa Minic, poursuivi pour des crimes commis au Kosovo, avait été arrêté en Argentine.

Le très lourd dossier de Milan Lukic, accusé du meurtre de 140 Bosniaques, comporte notamment la mise à feu, à Visegrad, d’une maison dans laquelle ont été brûlées 72 personnes, incendie auquel a échappé une femme qui a fait le récit du massacre à la presse. Il a été par ailleurs condamné à 20 ans de prison, par contumace, en Serbie, en septembre 2003, pour l’assassinat de 16 Musulmans passagers d’un bus, à Sjeverin (Serbie), en octobre 1992. Il avait auparavant été arrêté, jugé et relâché à trois reprises.

Il paraît que cette fois, les services de renseignements de Serbie et de RS ont activement participé à la traque et à l’arrestation de Milan Lukic, ce dont le Tribunal de La Haye s’est félicité, de même que de la coopération des autorités argentines. Milan Lukic a fait partie de la garde rapprochée de Karadzic, avant de la quitter, il y a deux ans, à la suite de dissentiments avec d’autres membres de l’entourage de ce dernier. L’ambassadeur des Etats-Unis à Sarajevo a déclaré que l’arrestation de Milan Lukic constituait un « sérieux avertissement » à ses anciens supérieurs Karadzic et Mladic.

De nombreux observateurs estiment, en tout cas, que l’étau se resserre autour des deux hommes, les appels se multipliant, du côté serbe, pour demander à Karadzic de se rendre. Ils émanent de sa famille et, dernièrement, sous forme d’un appel publié dans le journal de Banja Luka « Nezavisne Novine », ce qui constitue une première en Bosnie. Les rumeurs de négociations courent, qui porteraient sur les « garanties » que demanderait Karadzic, localisé par des médias au Monténégro, où il bénéficierait de la protection des milieux religieux liés au puissant chef de l’Eglise orthodoxe serbe du Monténégro, l’évêque Amfilohije Radovic. Certains analystes avancent que Karadzic et Mladic se retrouveront bientôt à La Haye, mais la prudence impose de ne pas trop se fier à ce genre de prédictions, maintes fois démenties dans le passé, bien qu’elles semblent maintenant plus crédibles en raison des pressions considérables qui s’exercent sur les autorités serbes.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP