Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > Paddy Ashdown à Belgrade

Paddy Ashdown à Belgrade

vendredi 7 janvier 2005


Le Haut-Représentant de la communauté internationale en B.-H. Paddy Ashdown s’est rendu à Belgrade le 6 janvier 2005. Il y a rencontré le Président de Serbie Boris Tadic, le Premier ministre Vojislav Kostunica, et le ministre des affaires étrangères de Serbie-Monténégro Vuk Draskovic.

Selon le communiqué publié par le bureau du président Tadic, le Haut-Représentant et les dirigeants serbes ont constaté qu’il ne pouvait y avoir de changement des accords de Dayton sans le consentement des trois Etats signataires que sont la B.-H., la Serbie et la Croatie. Selon le même communiqué, P.Ashdown s’est engagé à ne pas prendre " de mesures unilatérales qui pourraient influer sur l’état constitutionnel de la B.-H. et le statut de la R.S.". La nécessité de coopérer avec le T.P.I, a été reconnue comme une condition première de l’intégration européenne des pays de la région.

A son retour à Sarajevo, le Haut-Représentant a publié une déclaration dans laquelle il a répété que son but n’était pas de supprimer les entités existantes en Bosnie mais de faire appliquer les accords de Dayton dans leur ensemble, y compris les clauses qui obligent toutes les parties à coopérer avec le T.P.I. Il a précisé que les modifications constitutionnelles qui s’imposent n’étaient pas de son ressort, mais qu’elles découlaient des obligations propres au processus de l’adhésion de la B.-H. aux structures euro-atlantiques.

Paddy Ashdown avait expliqué aux dirigeants de Belgrade qu’il avait destitué des responsables en R.S. parce qu’ils refusaient de coopérer avec le TPI, ce qui, selon lui, menace l’existence de RS. Les dirigeants de Belgrade ont violement critiqué ces mesures, accusant le Haut-Représentant de violer les accords de Dayton. Celui-ci a déclaré à la presse que Belgrade empêchait Banja-Luka de coopérer avec la Haye en n’arrêtant pas les criminels de guerre qui se déplacent, comme Mladic, sur les deux territoires.

Le quotidien de Sarajevo "Oslobodjenje"estime que la rencontre de Belgrade s’est soldée par un compromis : du côté serbe, on s’engage à intensifier la coopération avec La Haye, du côté du Haut-Représentant on renonce aux mesures unilatérales.

On assiste en fait à la poursuite d’un dialogue de sourds entre, d’une part, les dirigeants serbes des deux côtés de la Drina, qui s’arc-boutent au statu quo institutionnel de Dayton et d’autre part, le Haut-Représentant, qui attend des autorités de Belgrade et de Banja-Luka qu’elles passent aux actes en ce qui concerne le test décisif de l’arrestation de Mladic et de Karadzic. Le rendez-vous est maintenant fixé en avril, à l’occasion du nouvel examen de passage pour l’admission de la B .-H. au Partenariat pour la Paix. Face à cet avenir incertain, le journal indépendant de Banjaluka "Nezavisne novine" parle du "crépuscule de la Republika srpska".

Pendant ce temps, les discussions continuent en R.S. pour constituer un gouvernement. Aux désaccords entre partis serbes s’ajoute la volonté des partis non-serbes, de faire entendre leurs voix. Ce blocage en R.S. entraîne la paralysie du gouvernement central de Sarajevo, faute d’une participation suffisante de ministres serbes.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP