Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > Europe du Sud-Est > L’Union européenne dit non à la BH, réserve sa réponse à la (...)

L’Union européenne dit non à la BH, réserve sa réponse à la Serbie.

mercredi 17 octobre 2007


Les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Union européenne, réunis les 15 et 16 octobre, ont sans surprise, constaté l’échec de la réforme de la police et maintenu que celle-ci constituait une condition de la signature d’un accord de stabilisation et d’association avec la Bosnie-Herzégovine, qui demeure donc à la porte de l’UE. Ils ont indiqué que le Conseil de mise en oeuvre des accords de Dayton, qui se tiendra les 30 et 31 octobre, aura à faire le point de la situation dans le pays.

C’est donc avant la fin du mois d’octobre que l’on connaîtra les mesures que le Haut-Représentant envisage de prendre pour répondre à l’impossibilité de trouver une solution, qu’il impute à tous les dirigeants bosniens, avec une mention particulière pour ceux de la RS, accusés de refuser les principes de base de la réforme auxquels ils avaient adhéré en 2005, notamment celui de la centralisation de la législation et du budget de la police. Ayant déclaré qu’il ne ferait pas la réforme à la place des dirigeants locaux, certains observateurs pensent qu’il imposera, dans le cadre de ses "pouvoirs de Bonn", un renforcement de l’Etat central et des sanctions contre les hommes politiques responsables des blocages. Se trouveraient particulièrement visés les deux antagonistes principaux de la scène politique bosnienne, Milorad Dodik et Haris Silajdzic, qui avaient esquissé un simulacre d’accord sur la police et qui se sont de nouveau rencontrés pour montrer leur disposition à mener un dialogue constructif. On parle aussi d’élections anticipées qui permettraient l’émergence de nouveaux interlocuteurs D’autres commentateurs sont plus circonspects sur les marges de manoeuvre de Miroslav Lajcak et doutent de l’existence d’un plan B pour sortir la BH de son bourbier.

Tous les dirigeants de la RS montent en ligne pour dénoncer par avance toute sanction et toute mesure qui mettraient en péril la direction et les pouvoirs de l’entité serbe. Dodik dénie au Haut-Représentant le droit de se servir de ses "pouvoirs de Bonn" pour faire progresse la BH sur la voie européenne, sa mission étant seulement de faire appliquer les accords de Dayton, accords jugés par le Premier ministre de la RS intangibles et satisfaisants dans leur application actuelle. Dans un registre tout différent, Haris Silajdzic s’élève contre l’idée de sanctions, la BH ayant déjà connu celles des camps, des sièges, du génocide et de la faim.

Si la signature d’un accord de stabilisation et d’association entre Bruxelles et Sarajevo se retrouve ainsi renvoyée sine die, celle entre Bruxelles et Belgrade demeure en suspens. Les ministres des Affaires étrangères des 27 se sont donné un délai de réflexion pour juger, à la lumière du nouveau voyage de Carla Del Ponte à Belgrade, le 27 octobre, du degré de coopération des autorités serbes avec le TPIY. Le rapport que leur a présenté la Procureure en chef du tribunal de La Haye ne leur a apparemment pas paru suffisamment convaincant dans un sens ou dans un autre, mais l’estimation donnée par le Commissaire à l’élargissement Olli Rehn , selon lequel le verre était plutôt à moitié plein qu’à moitie vide, est peut-être un signe. On peut imaginer qu’il aurait été du plus mauvais effet d’ouvrir la porte de l’Europe à la Serbie le jour même où on la fermait à la Bosnie, et qu’on s’accordait pour ce faire un léger intervalle de décence. Il est fort possible que les dirigeants européens cèdent finalement à l’argument avancé par les "modérés pro-européens" de Belgrade qui qualifient de contre-productives les pressions internationales sur la Serbie et agitent, si elles se poursuivaient, la menace d’une arrivée au pouvoir des ultra-nationalistes anti-européens du parti radical, comme si la politique menée aujourd’hui par le Premier ministre Vojislav Kostunica n’était pas elle même ultra-nationaliste et anti-européenne. La non arrestation de Mladic serait ainsi à passer au compte de pertes et profits de l’intégration de la Serbie à l’Europe, seuls cadre et garantie d’un règlement durable des problèmes balkaniques.

Le Monténégro venant de signer son propre accord de stabilisation et d’association, resterait seule hors du processus de l’unification européenne la Bosnie-Herzégovine, mais certains envisagent déjà de lever l’obstacle de la réforme de la police et de permettre à la Bosnie-Herzégovine de se lancer dans le bain européen, telle qu’elle est, dans l’espoir qu’elle sera contrainte de se transformer par la suite.

Cette politique d’intégration accélérée de tous les pays des Balkans occidentaux vient d’être préconisée à l’occasion d’une conférence, à Vienne,par Goran Svilanovic, ancien ministre des Affaires étrangères de Serbie et Wolgang Petritsch, ancien Haut-Représentant en BH. Elle semble aussi être celle que voudrait promouvoir le Premier ministre de Slovénie Janez Jansa, dont le pays va prendre la présidence de l’Union européenne en janvier prochain.

On doit se demander s’il ne s’agit pas là d’une solution factice et d’une fuite en avant qui ne feraient pas disparaître le problème récurrent qui empêche la pacification de la région, celui de la politique serbe qui bloque toute solution durable au Kosovo comme en Bosnie-Herzégovine. Faire le clair sur la nécessité de réviser cette politique en profondeur,sur l’exigence de justice par l’arrestation de Mladic et de Karadzic, sur l’intégrité et l’unité de la BH, sur la reconnaissance que le Kosovo ne peut plus "appartenir" à la Serbie, doit être présenté comme une condition du processus d’adhésion à l’UE, sauf à introduire au sein de celle-ci les conflits qu’elle n’aurait pas su résoudre au préalable.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP