Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur le TPI > A propos du TPIY

A propos du TPIY

samedi 12 mars 2005


Un tribunal spécial pour juger les crimes de guerre a été inauguré à Sarajevo le 9 mars 2005 en présence du Président du TPIY Theodor Meron et de la Procureure générale Carla del Ponte. La présidente de cette nouvelle juridiction sera Mesdzida Kreso.

Fonctionnant dans un premier temps avec le concours de magistrats étrangers, ce tribunal, qui a vocation à juger les crimes de guerre commis en Bosnie-Herzégovine, se verra attribuer certains dossiers actuellement entre les mains des juges de La Haye, ceux-ci se réservant les affaires concernant les criminels les plus hauts placés. Le Président a pris l’engagement, dans l’allocution qu’il a prononcée à Sarajevo, que le Tribunal de La Haye ne se séparera pas avant d’avoir jugé Karadzic et Mladic, ainsi que Gotovina.

Vers la fin de l’année dernière, Carla del Ponte avait déclaré que seraient transmis à Sarajevo les cas de 12 personnes accusées de crimes de guerre perpétrés à Omarska,Keraterm, Visegrad,Sarajevo et Foca. On croit savoir que les accusés de crimes de guerre en B.-H. se chiffreraient à 7.000 au moins. Les premiers procès pourraient se tenir dans quelques mois.

Le quotidien de Sarajevo « Oslobodjenje » considère qu’il s’agit d’une grande confiance faite en priorité à la B.-H , mais aussi d’une énorme responsabilité, qui exige un bon fonctionnement des organes de la justice et de la police. Le journal exprime sa crainte que les partis nationalistes au pouvoir fassent tout pour sauver « les leurs » et éviter qu’ils passent devant le nouveau tribunal, au prix d’un accord tacite entre les groupes intéressés. L’impartialité de la magistrate nommée à la présidence du nouveau tribunal est d’ores et déjà mise en doute en Republika Srpska.

Le TPIY est par ailleurs le centre d’une intense activité en raison de l’affluence à La Haye de nombreux inculpés, anciens ou nouveaux, qui se rendent plus ou moins volontairement à la justice internationale. Après la comparution de Momcilo Perisic, ancien chef d’état-major de l’armée serbo-monténégrine, qui a joué un rôle clé dans les guerres en Croatie et en Bosnie, la dernière arrivée marquante a été celle de Ramush Haradinaj, Premier ministre du gouvernement du Kosovo. La facilité avec laquelle celui-ci accepté son inculpation suscite un certain embarras du côté serbe qui n’honore guère ses engagements de coopérer avec La Haye. Un nouveau pas dans ce sens a toutefois été accompli avec la reddition de Mico Stanicic, ancien ministre de l’intérieur de la R.S., accusé de crimes contre l’humanité commis en Bosnie pendant la guerre de 92-95. Il reste cependant parmi les inculpés de premier plan, poliment invités à se rendre par les autorités serbes, les généraux Pavkovic et Lukic, pour ce qui concerne le Kosovo. Mladic et Karadzic sont, quant à eux, toujours déclarés introuvables dans l’espace serbo-monténégrin.

La candidature de Zagreb à l’Union Européenne est par ailleurs bloquée en raison de l’absence de Gotovina à Scheveningen et le Président Mesic doit déployer tout son talent de persuasion pour , face à une opinion publique croate rétive, démonter le mythe du héros national et convaincre que l’envoi de l’ancien légionnaire à La Haye est, pour la Croatie, une œuvre de salut national.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP