Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > Miroslav Lajcak s’adresse aux Bosniens

Miroslav Lajcak s’adresse aux Bosniens

jeudi 5 juillet 2007


Dès son entrée en fonction, le nouveau Haut-Représentant de la Communauté internationale et Représentant spécial de l’UE, Miroslav Lajcak s’est, le 3 juillet, adressé directement aux citoyens de BH, dans leur langue, sur les principales chaînes de télévision du pays. Il a voulu leur montrer qu’il connaissait bien la situation et les problèmes de la Bosnie-Herzégovine, principale victime des guerres yougoslaves et dernière, dans la région, en état de prendre part au processus d’intégration à l’Union européenne, présentée comme seule planche de salut.

Il a repris le principal thème des discours tenus par ses prédécesseurs et tous les responsables internationaux sur la nécessité de procéder aux réformes nécessaires, dont celle de la constitution, par des compromis dans le cadre des accords de Dayton. Il a invoqué l’expérience de son propre pays, la Slovaquie, qui a connu l’épreuve de la construction d’un Etat et est parvenue, par son inclusion dans l’Union européenne, à se transformer positivement, après avoir été elle aussi qualifiée, il y a dix ans, de "trou noir" de l’Europe. Parlant du génocide de Srebrenica et des atrocités de la guerre en BH, il a toutefois, en soulignant l’exigence du passage de la justice , limité quelque peu le bien-fondé de la comparaison entre la Slovaquie et la Bosnie-Herzégovine et entre la dissolution de la Tchécoslovaquie et celle de la Yougoslavie.

Les termes de la mission du nouveau Haut-Représentant demeurant les mêmes que ceux de ses prédécesseurs, Miroslav Lajcak était très attendu sur ses intentions concernant l’exercice de ses "pouvoirs de Bonn", qui lui permettent de révoquer des responsables ou d’imposer des décisions pour faire appliquer les accords de Dayton. Il a clairement indiqué qu’il ne s’interdirait pas d’en user, contrairement à son prédécesseur, qui n’a dérogé à sa ligne de conduite qu’à l’extrême fin de son mandat, en instituant un Centre pour le Mémorial de Srebrenica-Potocari dépendant de l’Etat, ce qui a provoqué une vive réaction des dirigeants de la RS qui ont déclaré qu’ils refuseraient le financement de l’institution. La façon dont Miroslav Lajcak surmontera cette opposition pourrait être un test de sa méthode de gestion des innombrables crises qui minent la Bosnie-Herzégovine.

Dans une de ses dernières interventions publiques, Christian Schwarz-Schilling a regretté que les observateurs et autorités internationaux qui se préoccupent des Balkans sous-estiment la gravité du cas de la Bosnie-Herzégovine, en fixant uniquement leur attention sur la Serbie et le Kosovo. Le quotidien de Sarajevo "Dnevni Avaz" rapporte que le groupe de travail de l’Union européenne intitulé "Council’s working group on the Western Balkans" (COWEB) partagerait le même avis. Il serait grand temps que cette vérité s’impose au plus haut niveau des responsables de l’Union européenne et de la Communauté internationale. La tactique de pourrissement de la situation au Kosovo et en Bosnie-Herzégovine, déployée jusqu’à présent avec succès par les dirigeants serbes de Belgrade et de Banja-Luka, avec l’appui de leur ami Poutine, pourrait avoir des fruits amers pour toute la région.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP