Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > Après le sommet de l’OTAN,des limogeages en R.S.

Après le sommet de l’OTAN,des limogeages en R.S.

jeudi 1er juillet 2004


Le sommet de l’OTAN à Istanbul

Le Sommet de l’OTAN qui s’est tenu à Istanbul les 28 et 29 juin a pris les décisions qu’on attendait sur les pays des « Balkans occidentaux » : l’Albanie, la Croatie et la Macédoine ont été encouragées à poursuivre les réformes nécessaires à leur adhésion à l’Organisation, la Bosnie-Herzégovine et la Serbie n’ont pas été admises au Partenariat pour la Paix en raison, principalement, de leurs carences à coopérer avec le TPIY. Les noms de Karadzic, Mladic et Gotovina figurent nommément dans le communiqué final publié à l’issue de la réunion. Le limogeage par le Haut-Représentant Paddy Ashdown de 59 personnalités du SDS de la RS est la conséquence directe de ce constat, qui entraîne une sanction globale contre la Bosnie-Herzégovine.

Le sommet a par ailleurs mis formellement fin à la mission de la SFOR en Bosnie-Herzégovine, qui sera remplacée par l’EUFOR, sous direction de l’Union Européenne. L’OTAN maintiendra sur place une présence réduite, d’assistance pour les réformes du système militaire bosnien, la recherche des criminels de guerre et la lutte contre le terrorisme.

Les limogeages en R.S.

1. Au lendemain du sommet de l’OTAN , le Haut Représentant Paddy Ashdown a destitué 59 dignitaires de la Republika srpska en raison de leur obstruction à toute initiative visant à arrêter Radovan KARADZIC, en fuite depuis 9 ans.

En tête de liste figure Dragan Kalinic, président du parlement de RS et du parti SDS ( fondé par Radovan Karadzic). Suivent 4 vice-présidents du même parti, et d’autres dignitaires, parmi lesquels des fonctionnaires de la police de R.S. P. Ashdown a précisé que les 11 premiers de la liste étaient définitivement éloignés de la vie publique, tandis que les 48 autres (y compris, curieusement, Zoran DJERIC,ministre de l’intérieur) "pourraient reprendre des activités politiques après l’arrestation de Radovan Karadzic". Dans cette partie de la liste, se trouvent plusieurs maires et parlementaires SDS, ainsi que des responsables économiques. Parmi d’autres mesures contre le SDS, on relève le blocage des comptes bancaires et l’interdiction de voyager dans l’Union Européenne et aux Etats-Unis.

2. Les réactions à ces mesures sont diverses.

L’Union européenne, par la voix de son commissaire Chris PATTEN, a salué les décisions du HR, soulignant que " la coopération avec le tribunal de la Haye, en particulier de la part de Republika srpska, était une condition fondamentale pour le rapprochement de la BH à l’UE". L’ambassade américaine à Sarajevo déclare dans un communiqué que les "activités de ceux qui, comme le parti SDS, soutiennent Karadzic, font de la B.H. un otage".

Le gouvernement de RS, présidé par Dragan Mikerevic,a accepté ces décisions, parmi lesquelles la destitutions de deux de ses ministres, Zoran DJERIC (Interieur) et Milan BOGICEVIC (Economie). Les députés SDS au parlement de R.S. ont, par contre, quitté la salle en signe de protestation. A cette occasion, Dragan KALINIC, destitué, a déclaré qu’il saisirait le Tribunal européen des droits de l’homme à Strasbourg, affirmant que les mesures prises « constituaient la purge la plus brutale effectuée jusqu’à présent dans la vie politique de R.S. ». Il a dit qu’il ne regrettait rien, qu’il avait encore " quatre vies" et que « Dieu lui-même et les anges » protégeaient Karadzic.

Dragan CAVIC, président de Republika srpska, a pour sa part déclaré : « Les mesures prises par Paddy ASHDOWN sont draconiennes et sans précédent dans le monde démocratique d’aujourd’hui. Toutes ces destitutions mettent en danger les institutions de la R.S. et provoquent une crise terrible dans la vie institutionnelle. Dans les jours qui viennent, je prendrai les mesures nécessaires pour éloigner la crise".

Pour ce qui est du parti SDA ( Parti d’action démocratique, fondé par Izetbegovic, partageant actuellement le pouvoir avec le SDS), son vice-président Mme PALAVRIC a déclaré que le problème était dans les institutions créées par les accords de Dayton. Elle estime que la solution se trouve dans des changements constitutionnels "parce que les fonctionnaires (destitués) seront simplement remplacés par d’autres, qui feront la même chose" !

Zlatko LAGUMDZIJA, président du SDP (Parti social-démocrate), premier parti d’opposition, pense que les mesures prises par ASHDOWN sont partielles et ne donneront pas de grands résultats. Selon lui, la communauté internationale doit choisir entre l’interdiction du parti SDS et la pratique d’homogénéisation des Serbes, Croates et Boshniaques avant chaque élection.

Haris SILAJDZIC, fondateur du Parti pour la B.H. ,a déclaré que le cœur du problème résidait dans la structure de la Bosnie-Herzégovine, « qui est la conséquence de l’agression contre le pays et le génocide contre son peuple ».

Le président de l’Union social-démocrate (opposition) SejdudinTOKIC pense que les mesures du Haut-représentant ne résoudront pas le problème des pouvoirs actuels.

Pour la Nouvelle initiative croate ( parti d’opposition ), les mesures prises ne changeront rien aux structures de BH." Le problème de la BH réside dans sa division en deux entités ( Dayton) et, aussi longtemps que cela durera les citoyens de BH ne verront aucun progrès".

A l’opposé, le leader du parti SNSD (sociaux-démocrates indépendants) Milorad DODIK estime que l’existence de Republika srpska ne devrait pas être mise en question. Il pense que "la situation est délicate" et qu’une solution "devrait être trouvée rapidement".

Le quotidien de Sarajevo OSLOBODJENJE écrit que les changements personnels ne résoudront pas le problème et rappelle les destitutions précédentes. Dans son commentaire, le journal cite la déclaration suivante du premier ministre de R.S, Dragan MIKEREVIC : « Nous sommes tous prêts, tous les hommes poltiques, à nous sacrifier pour Republika srpska"."Si ASHDOWN n’a pas compris le message du premier ministre de l’entité R.S. ,écrit le journal, il aura alors perdu plus de deux années de son mandat".

A Sarajevo, des observateurs trouvent curieux que Paddy ASHDOWN n’ait pas également limogé CAVIC,MIKEREVIC et IVANIC, respectivement président, premier ministre de la R.S. et ministre des affaires étrangères de B.H., tous les trois partageant au fond le point de vue de Kalinic.

ASSOCIATION SARAJEVO


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP