Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > Un rapport du Comité Helsinki pour les droits de l’homme

Un rapport du Comité Helsinki pour les droits de l’homme

vendredi 14 janvier 2005


Le comité Helsinki pour les droits de l’homme en B.-H. vient de publier son rapport pour l’année 2004 (voir le texte,en anglais,sur le site www.bh-hchr.org).Il passe en revue l’ensemble des problèmes qui concernent la protection des droits de l’homme et l’exercice des libertés individuelles et publiques dans le pays.

Après avoir relevé les quelques points qui indiquent une amélioration de la situation dans ces domaines, tels que la bonne tenue des élections locales, le règlement quasi général des problèmes de propriété, la publication du rapport de la RS sur Srebrenica, le document met surtout en évidence ce qui apparaît comme une stagnation, voire une régression.

Particulièrement intéressantes à cet égard sont les observations détaillées qu’on trouve dans le rapport, sur la question des retours. Sans contester la véracité des chiffres communiqués par le Ministère bosnien des réfugiés et personnes déplacés et l’UNCHR (voir le rapport de ce dernier sur notre site le 24-9-2004) le Comité Helsinki de Sarajevo , montre, nombreux exemples à l’appui, leur caractère largement illusoire. La revente des habitations récupérées, les séjours temporaires des personnes soi-disant de retour, les fausses adresses enregistrées, ajoutés aux difficultés d’installation, existantes ou provoquées, réduisent considérablement la portée des demi-succès annoncés. Le Comité estime, quant à lui, que les retours réels tourneraient autour de 30% des 2.200.000 des personnes réfugiées et déplacées du fait des guerres.

Conséquence de cela, la « purification ethnique » a bien produit ses effets, que le rapport résume dans la comparaison entre les situations d’avant et d’après la guerre quant à la composition de la population des communes. Alors qu’avant la guerre, aucun groupe ethnique n’atteignait, à lui seul, la majorité absolue dans 80% de celles-ci, c’est maintenant l’hégémonie nationale qui prévaut, avec des majorités dépassant largement les 90%, sauf à Tuzla et à Sarajevo-centre, où elles sont inférieures à ce chiffre. Les partis dominants font tout pour maintenir cette situation, dans le but de préserver leur emprise, face à la menace que sont censés représenter les « autres ». La non-application des règles de protection et de représentation des minorités nationales en matière électorale favorise cet état des choses.

Bien qu’il existe des exemples de rapports de bon voisinage,les actes de violence diminuent très peu par rapport aux années précédentes,tandis que la recherche des auteurs et la justice sont d’une extrême lenteur.

Le rapport conclut par l’énoncé d’un certain nombre de recommandations adressées aux autorités nationales et internationales.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP