Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > sur la B.H. > Départ de Miroslav Lajcak-Nouvel "accord" tripartite

Départ de Miroslav Lajcak-Nouvel "accord" tripartite

mercredi 28 janvier 2009


Après l’annonce inopinée, le 23 janvier, de la nomination de Miroslav Lajcak comme Ministre des Affaires étrangères de Slovaquie, les ambassadeurs auprès du Conseil de mise en œuvre des accords de Dayton (PIC) ont décidé, au cours d’une très brève réunion, que le partant serait maintenu à son poste jusqu’à l’arrivée de son successeur, ses fonctions étant assurées en son absence de Sarajevo par son adjoint, le diplomate américain Raffi Gregorian, privé toutefois des pouvoirs spéciaux dits de Bonn.

Miroslav Lajcak a tenu à démentir que sa promotion sanctionnait l’échec de sa mission en Bosnie, mais ce n’est pas l’avis de tous les observateurs. Ce n’est pas par exemple celui du quotidien "Pravda", de Bratislava, qui croit savoir que son retour en Slovaquie serait dû à des pressions, aussi bien de politiques bosniens que d’officiels de Bruxelles et de Washington, mécontents de son travail en BH. De fait, après les espoirs suscités par son arrivée, en juillet 2007, Miroslav Lajcak n’a, pas plus que ses prédécesseurs, réussi à mettre la BH sur ses rails, certains commentateurs estimant même que les choses se sont aggravées pendant son mandat écourté, faute d’avoir voulu ou pu mettre fin aux revendications et surenchères permanentes de Dodik. La signature de l’Accord de stabilisation et d’association avec l’UE, dont il se targue, n’a guère modifié les chances européennes de la BH, dernière de sa classe dans les Balkans.

Cet affaiblissement de la présence internationale en BH intervient au moment où les participants à l’agrément enregistré à Prud en novembre dernier (SNSD serbe, SDA bosniaque et HDZ-BIH croate), viennent de signer un nouveau document dans le prolongement de deux précédents. Il apporte des précisions sur le district de Brcko dont le statut serait intégré à la constitution, sur le régime de la propriété des biens publics qui fait la part belle aux "entités" et, surtout, évoque un projet prévoyant l’établissement de quatre unités territoriales en BH. C’est ce dernier point qui soulève le plus d’interrogations, d’autant qu’à peine le prétendu accord conclu, ses trois signataires en ont donné des interprétations opposées. Pour Sulejman Tihic, (SDA), il s’agirait de créer des régions sur des bases géographiques et économiques, indépendamment de considérations "ethniques", pour Dragan Covic, (HDZ- BIH), principalement attaché à la création d’une "entité" croate, le projet concernerait toute la BH, y compris la RS, mais pour le chef de celle-ci, Milorad Dodik, il ne saurait être question de toucher à son domaine. Dodik a même calculé qu’il manquait à la RS 0,4 % de territoire pour parvenir exactement aux 49 % que lui ont accordés les accords de Dayton. Il réclame donc ces 0,4%.Par ailleurs, rien n’est dit sur les compétences respectives des différents niveaux de pouvoirs ni sur des point aussi essentiels que le processus de prises de décision et le droit de veto dont disposent actuellement les entités. Pour les dirigeants de la RS, les nouvelles unités territoriales envisagées ne concerneraient que la Fédération, l’entité serbe demeurant immuable dans ses limites, ses prérogatives et son pouvoir de blocage.

Le vague des formulations de ce dernier accord a suscité quelques réserves en RS de la part des milieux opposés à Dodik, qui invoquent le risque d’une atteinte au statut de l’entité, mais les plus fortes critiques ont été émises à Sarajevo, par des journalistes, des intellectuels et les partis qui ne sont pas engagés dans ce qu’on appelle maintenant le processus de Prud. Certains, comme le membre SBiH de la Présidence Haris Silajdzic condamnent violemment ce qu’ils considèrent comme la poursuite du démantèlement de la BH, d’autres, comme Zlatko Lagumdzija, président du SDP, parlent d’une farce. De nombreux observateurs doutent qu’il se trouve à l’Assemblée des Représentants la majorité qualifiée des 2/3 pour approuver des projets issus d’une telle ébauche d’accord.

Milorad Dodik et les dirigeants de la RS voient en tout cas dans l’entente réalisée entre les trois partis nationalistes dominants la preuve que la BH peut se passer de tuteurs internationaux et espèrent que la prochaine réunion du PIC, en mars prochain, verra la fin de l’institution du Haut-Représentant, souhaitée aussi par la Russie. Les autres hypothèses avancées sont qu’une autre personnalité sera tout simplement nommée à la place de Miroslav Lajcak, ayant, comme lui, la double casquette de Représentant de l’UE et de la Communauté internationale ou bien que ces fonctions seront séparées, avec cette fois peut-être un Américain comme représentant de cette dernière, ce qui signifierait le retour dans le jeu des Etats-Unis et une nouvelle preuve de l’impuissance de l’Europe à régler ses propres problèmes.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP