Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Analyses et commentaires > sur la B.H. > Editorial d’Oslobodjenje, du 22 février 2003

Editorial d’Oslobodjenje, du 22 février 2003

mardi 25 février 2003


Plus de sept ans après la signature des Accords de Dayton, la situation en Bosnie-Herzégovine est devenue pratiquement insoutenable. Réflexion que l’on peut entendre dans les diverses rencontres organisées pratiquement chaque jour à Sarajevo. Comme vient de le déclarer un éminent intellectuel, un économiste, celui qui aujourd’hui, en Bosnie, fait montre du moindre optimisme - n’est pas vraiment normal. De tristes syntagmes sont utilisés pour décrire la situation, tels que "l’état d’urgence", "le règne de la terreur", "la colonisation", etc.. La Bosnie-Herzégovine n’exporte rien, car elle ne produit rien. Les donations, de l’ordre de quatre milliards de dollars, ont été dépensées de telle sorte que seuls deux pour cent ont été alloués à l’industrie. En B-H, les seuls domaines où le taux de croissance est positif sont le nationalisme, la misère, la criminalité et la violence. La population se voit sans cesse rabaissée et la meilleure illustration pourrait être la diminution de la taxe pour les cartes d’identité. Le conseil des ministres a en effet pris la décision, il y a de cela quelques jours, d’abaisser cette taxe ; cela ne vous coûtera plus quinze marks, mais dix seulement. Le soir même, cette nouvelle était à la une des journaux d’information de la télévision de l’Etat et de la télévision fédérale. Ces misérables cinq marks ont été jetés aux citoyens comme une aumône pour qu’ils comprennent bien que les pouvoirs pensent à eux. Les forces probosniaques estiment qu’il sera bientôt trop tard pour faire quoi que ce soit. Ses représentants ont fait plusieurs propositions, de l’organisation de manifestations massives à la création d’une troisième république. Il faudrait, pour sortir de ce tunnel, supprimer ou plutôt amender la Constitution de Dayton. Mais cette constitution est une potion si amère que la communauté internationale refuse d’y goûter !...

Gojko Beric


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP