Archives de la Lettre d'information de l'Association Sarajevo - Fondatrice Mirjana Dizdarevic

Association Sarajevo

Accueil du site > Informations > sur la B.H. > Joseph Biden à Sarajevo

Joseph Biden à Sarajevo

mercredi 20 mai 2009


Si tous les commentateurs bosniens s’accordent pour souligner l’importance de la visite à Sarajevo du vice-président des Etats-Unis, Joseph Biden, comme preuve du renouvellement de l’intérêt américain pour les Balkans et en particulier pour la BH, ils sont partagés sur sa signification et les suites à en attendre.

Dans son discours devant le Parlement de BH, Joseph Biden, connu pour ses prises de position résolument hostiles à la politique de Milosevic lorsqu’il prédisait la Commission des Affaires étrangères du Sénat, n’a sur le fond fait que répéter le discours rituellement tenu par tous les dirigeants européens qui s’adressent à leurs interlocuteurs bosniens : il n’est pas d’autre choix pour la Bosnie-Herzégovine que celui de son intégration aux structures euro-atlantiques, Union européenne et OTAN ; le processus de son adhésion à l’UE nécessite des réformes qui ne pourront s’accomplir que sous la conduite d’un gouvernement et d’un Etat renforcés ; ceci nécessite des compromis et des modifications constitutionnelles excluant aussi bien la sécession que l’abolition des entités créées par les accords de Dayton.

La reprise de ce schéma général par le vice-président américain permet à chacun de s’y retrouver, les dirigeants de la RS n’en retenant que Dayton et la pérennité de leur entité, selon eux inviolable dans ses limites territoriales et ses compétences, les milieux politiques de la Fédération s’attachant, pour leur part, à privilégier la réforme constitutionnelle et l’unicité de représentation du pays et de l’Etat ainsi que son intégrité. Ce sont là les termes du débat récurrent en Bosnie depuis la fin de la guerre.

On a néanmoins noté dans le message public de J. Biden un ton et certaines formules plutôt inhabituelles dans ce genre de discours, telle que sa mise en garde contre le "chaos ethnique qui a caractérisé la BH dans la plus grande partie de la dernière décennie" et "l’appui des Etats-Unis aux hommes politiques qui s’opposeraient aux intérêts ethniques et étroitement partisans qui jouent contre l’intégrité et la souveraineté de la Bosnie-Herzégovine". Bien que le visiteur n’ait nommé personne, on a aussi relevé qu’avant de s’entretenir collectivement avec les dirigeants des cinq partis officiellement membres de la coalition gouvernementale et des trois d’opposition - le SDS fondé par Karadzic étant tenu à l’écart-, il avait longuement reçus séparément Milorad Dodik et Haris Silajdzic, à qui il a dû probablement tenir des propos spécifiques. Certains observateurs croient savoir par ailleurs que dans ses conversations avec le Président Tadic à Belgrade le 20 mai, il lui demandera de bien vouloir "calmer" son ami Milorad Dodik.

Javier Solana, qui joue le rôle de ministre des Affaires étrangères de l’UE, a accompagné le dirigeant américain dans sa visite à Sarajevo, en signe de l’identité des vues de l’UE et des Etats-Unis sur la situation et l’avenir de la BH. Il est pourtant apparu de légères dissonances dans les déclarations de l’un et de l’autre, par exemple sur l’urgence de la réforme constitutionnelle, Javier Solana estimant qu’il fallait laisser du temps à son élaboration, ou encore sur la fermeture du bureau du Haut-Représentant, présentée comme possible avant la fin de l’année par le responsable de l’UE, conditionnée à la pleine réalisation de toutes les conditions posées par le Conseil de mise en œuvre des accords de Dayton (PIC), par Joseph Biden. Celui-ci n’a dit mot de la nomination d’un Représentant spécial des Etats-Unis en BH, demandée par le Congrès américain mais mal reçue par les autorités européennes et le Haut-Représentant Valentin Inzko.

Ce n’est qu’à l’issue de la brève tournée balkanique du vice-président Joseph Biden, qui l’aura mené de Sarajevo à Pristina en passant par Belgrade, qu’on saura si quelque chose a changé dans la politique américaine pour la région et ses conséquences pour une éventuelle nouvelle donne en Bosnie-Herzégovine.

Association Sarajevo


© Association Sarajevo - 17, rue de l'Avre 75015 Paris - http://www.association-sarajevo.org/

Nous contacter - Référence légales - Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - Espace privé - SPIP